Chaises hautes pour bébés De trop nombreuses défaillances détectées

Chaises hautes pour bébés

De trop nombreuses défaillances détectées

Publié le : 15/05/2017 

Nos tests en laboratoire ont relevé, outre quelques défauts de marquages, de graves manquements de sécurité sur certains modèles de chaises hautes. Le modèle Marcel de la marque Combelle, très répandu en France, est particulièrement concerné. L’UFC-Que Choisir va donc porter plainte contre la marque et demande le retrait et le rappel immédiat de cette chaise haute.

 

Les chaises hautes sont responsables chaque année dans l’Union européenne de 7 700 accidents impliquant des enfants âgés de 0 à 4 ans, suffisamment graves pour nécessiter une visite aux urgences, selon les données de la base de données européenne sur les blessures (European Injury Data Base). Preuve que le premier élément de choix lors de l’achat de cet article doit être la sécurité. Or, nos tests en laboratoire montrent que toutes les chaises ne se valent pas. En décembre dernier, nous avions déjà lancé une alerte, suite à un test de nos homologues hollandais, danois et tchèques sur 36 modèles. Quatre d’entre eux, vendus en France, s’étaient révélés défaillants : la Nuna Zaaz, la Peg Perego Prima Pappa Zero 3, l’Evolu 2 de Childwood et la Flexa. Suite à cette alerte, Childwood et Flexa ont modifié leur notice en conséquence.

Un test de chaises hautes mené depuis par Que choisir a permis de soulever des non-conformités à la norme d’autres modèles présents sur le marché français. Certaines sont assez mineures (marquages non actualisés), mais d’autres sont un peu plus gênantes, comme la présence d’ouvertures où peuvent se coincer les doigts (sans qu’il y ait un risque de blessure) sur le modèle Blames vendu par Ikea.

visu-chaises-hautes-combelle-ikea
Les chaises hautes Marcel de Combelle et Blames d’Ikea.

La situation est plus délicate pour la Marcel de Combelle, chaise haute que nombre de petits ont déjà connue. Elle a montré plusieurs irrégularités par rapport à la norme en vigueur. Tout d’abord, l’un des marquages est écrit dans une police plus petite qu’autorisée. Ensuite, l’arête de l’assise est trop agressive et peut marquer les jambes des plus petits. La Combelle s’est également montrée instable lorsque le laboratoire lui a appliqué un poids sur l’arrière. Les pattes en plastique qui ont été ajoutées à la version originale de ce modèle emblématique, pour plus de stabilité, semblent ne pas suffire. Ces observations ont été confirmées par un second laboratoire français de référence.

Par conséquent, l’UFC-Que Choisir a décidé de porter plainte contre le fabriquant pour pratiques commerciales trompeuses, dans la mesure où l’argument de la conformité à la norme applicable (NF EN 14988) est mis en avant par la marque pour rassurer le consommateur sur la sécurité du produit.

Décidée à garantir la sécurité des consommateurs, particulièrement celle des plus jeunes, l’UFC-Que Choisir demande également à la Répression des fraudes (DGCCRF) le retrait de ce produit.

Gabrielle Théry

Rédactrice technique