Appareils électroniques L’Europe donne son feu vert au chargeur universel

Appareils électroniques

L’Europe donne son feu vert au chargeur universel

Publié le : 09/06/2022 

Enfin ! Après plus de 10 ans de discussions, le Parlement et le Conseil européen ont confirmé le 7 juin que l’USB Type C deviendra le port de charge commun à tous les téléphones mobiles, tablettes, appareils photo, casques audio et enceintes sans fil d’ici l’automne 2024.

 

Après des années de démarches volontaires et d’accords « non contraignants » avec les fabricants d’appareils électroniques (l’idée du chargeur universel remonte à 2009 !), les négociateurs du Parlement européen et du Conseil européen se sont réunis à partir de septembre 2021 pour s’accorder sur une harmonisation du port de charge des appareils.

C’est désormais chose faite. Dans un communiqué publié ce mardi, le Parlement européen s’est félicité de l’accord trouvé par les négociateurs : « En vertu des nouvelles règles, les consommateurs n’auront plus besoin d’un dispositif et d’un câble de charge différents à chaque fois qu’ils achètent un nouvel appareil, et pourront utiliser un seul chargeur pour tous leurs appareils électroniques portables de petite et moyenne tailles. »

Sont concernés : les téléphones mobiles, les tablettes, les liseuses électroniques, les écouteurs intra-auriculaires, les appareils photo numériques, les casques et les écouteurs, les consoles de jeux vidéo portables et les enceintes portables rechargeables via un câble filaire.

Cet accord sera formellement approuvé par le Parlement et le Conseil après les vacances d’été, puis il sera publié au Journal officiel de l’Union européenne. Il entrera en vigueur 20 jours plus tard et ses dispositions commenceront à s’appliquer après 24 mois, soit à l’automne 2024.

Les ordinateurs portables devront également être adaptés à ces exigences dans les 40 mois suivant l’entrée en vigueur du texte, c’est-à-dire en 2026.

L’accord trouvé prévoit d’autres avancées. La vitesse de charge sera harmonisée pour les appareils autorisant la charge rapide, ce qui permettra aux utilisateurs de charger leurs appareils à la même vitesse avec n’importe quel chargeur compatible. Et pour éviter aux consommateurs un charabia technique sur le voltage, l’ampérage, la puissance et la vitesse des chargeurs, le texte obligera aussi les fabricants à délivrer une information plus claire.

Autre changement majeur : les acheteurs pourront choisir d’acheter leurs nouveaux équipements électroniques avec ou sans dispositif de charge.

Image
Les principales mesures proposées par la Commission européenne.

Simplifier la vie des consommateurs

Cette initiative vise d’abord à simplifier la vie des consommateurs en écartant les problèmes liés à l’incompatibilité des chargeurs avec leurs appareils. Trois formats de port de charge sont aujourd’hui exploités : l’USB-C ‒ présent sur 44 % des smartphones vendus en Europe en 2019 (2) ‒, le micro-USB (38 %) et le Lightning, exclusif à Apple (18 %). En imposant l’USB-C, plus efficace que les autres, l’Europe accélère le scénario naturel qui verrait disparaître le micro-USB en 2026.

Elle contraint surtout Apple à rentrer dans le rang. Même si le constructeur a déjà intégré l’USB-C sur certains de ses produits, dont l’iPad Pro et l’iPad Air, il a rejeté dans une lettre envoyée en 2020 à la Commission européenne l’idée d’un chargeur universel, qui « étoufferait l’innovation ». Faute d’avoir obtenu un recul de l’UE, Apple pourrait passer à l’USB-C pour tous ses produits en 2023, selon divers rapports concordants.

Une chose est sûre, retrouver le même connecteur sur tous les smartphones, mais aussi sur les tablettes, les appareils photo, les consoles de jeux portables, les enceintes sans fil et les casques audio est une avancée majeure pour le consommateur et pour l’environnement. Selon les estimations de l’Union européenne, les consommateurs pourront économiser jusqu’à 250 millions d’euros par an sur les achats inutiles de chargeurs. Et cette mesure devrait réduire le nombre de chargeurs inutilisés, qui représentent aujourd’hui environ 11 000 tonnes de déchets par an.

Morgan Bourven

morganBrv

Camille Gruhier