Camembert de Normandie

Concurrence déloyale

Publié le : 07/04/2011 

Votre camembert préféré est-il « de Normandie » ou « fabriqué en Normandie » ? Car derrière ces notions se cachent des produits bien différents. À tel point que les producteurs de camembert AOC/AOP voudraient faire interdire cette dernière dénomination, qu’ils estiment trompeuse pour le consommateur.

 

Fleuron de notre identité nationale, le camembert est depuis quelques années l’enjeu d’une guerre économique sans merci entre les défenseurs du camembert de Normandie AOC/AOP et les géants de l’industrie laitière. Après avoir remporté la bataille du lait cru (lire notre article), l’Organisme de défense et de gestion (ODG) des producteurs de camembert AOC/AOP veut désormais faire interdire l’utilisation de la dénomination « camembert fabriqué en Normandie » sur les produits qui ne revendiquent pas l’AOP. « Cette mention est illégale, explique Patrick Mercier, président de l’ODG. Elle est source de confusion dans l’esprit de 90 % des consommateurs. » En effet, contrairement au « camembert de Normandie » dont la fabrication est régie par un cahier des charges draconien, la mention « camembert fabriqué en Normandie » n’a aucune valeur légale. Elle signifie uniquement que l’usine de production du fromage est située dans cette région, sans garantie quant à l’origine de ses composants : lait pasteurisé, lait en poudre ou lait importé des quatre coins de la planète en fonction des cours du marché. Les représentants de l’AOC/AOP exigent donc des pouvoirs publics français qu’ils fassent appliquer l’article 13 du règlement 2081/92 de l’Union européenne interdisant « toute utilisation directe ou indirecte d’une dénomination déjà utilisée pour des produits protégés dans la mesure où cette utilisation permet de profiter de la réputation de la dénomination protégée pour induire le public en erreur ». En clair, le terme « Normandie » étant protégé, il ne peut être usurpé par des producteurs ne respectant pas les obligations de l’appellation. Il ne reste donc plus qu’à croiser les doigts et à espérer que le gouvernement reste ferme face aux pressions du tout-puissant groupe Lactalis (Besnier), gros producteur de camemberts « fabriqués en… ».

Florence Humbert