Covid-19 Les tests antigéniques élargis aux cas contacts

Covid-19

Les tests antigéniques élargis aux cas contacts

Publié le : 04/12/2020 

Jusqu’ici réservés aux patients symptomatiques, les tests antigéniques peuvent être proposés à un nombre élargi de personnes. Cette alternative au test virologique RT-PCR a prouvé son intérêt chez les cas contacts.

 

Déployés à une vitesse éclair en pharmacie et dans les aéroports, les tests antigéniques représentent une alternative réelle aux tests virologiques RT-PCR. Si leur usage a d’abord été limité aux patients dont les symptômes évoquent le Covid-19, ils peuvent maintenant être proposés à aux personnes asymptomatiques si elles sont cas contacts. La Haute Autorité de santé (HAS) vient de mettre à jour ses recommandations en ce sens.

Le test RT-PCR reste la référence dans le diagnostic du Covid-19, car il s’agit de l’examen le plus fiable. Cependant, le test antigénique permet d’obtenir un résultat bien plus rapidement. Il n’était jusqu’ici pas recommandé aux personnes asymptomatiques, faute d’études suffisantes. « De nouvelles publications scientifiques sont parues, et elles sont rassurantes quant à la capacité des tests antigéniques à diagnostiquer efficacement les personnes contacts », explique la HAS dans un communiqué. Afin d’identifier – donc d’isoler – plus rapidement les personnes contaminées, l’agence sanitaire est favorable à un usage élargi des tests antigéniques.

Des exigences d’efficacité

Les cas contacts identifiés isolément ou au sein d’un cluster auront donc la possibilité de réaliser un test antigénique. Les conditions sont les mêmes que pour un test RT-PCR : le prélèvement doit être fait 7 jours après le contact à risque. Seule exception, les personnes vivant avec le patient doivent réaliser un prélèvement au plus vite et un autre 7 jours plus tard. Elles ont, en effet, plus de risques d’être contaminées.

Les exigences d’efficacité des test antigéniques sont maintenues : au minimum 99 % de spécificité, pour limiter les résultats faussement positifs, et 80 % de sensibilité, afin de limiter les résultats faussement négatifs. Les populations à risque de formes graves (personnes âgées ou souffrant de maladies chroniques) n’auront donc pas besoin de réaliser un test RT-PCR en cas de résultat négatif.

Les personnes asymptomatiques n’ayant pas eu de contact à risque avec une personne infectée, en revanche, doivent continuer de réaliser un test RT-PCR. Le test antigénique n’a toujours pas prouvé son efficacité dans cette situation.

Audrey Vaugrente