Crash tests Mauvais scores pour les anciennes voitures

Crash tests

Mauvais scores pour les anciennes voitures

Publié le : 17/03/2019 

Si le durcissement régulier du protocole de crash test Euro NCAP permet de rendre les véhicules plus sûrs, il met aussi en évidence le retard de certaines voitures, surtout en ce qui concerne les équipements d’aide à la conduite.

 

Depuis sa création en 1997, l’Euro NCAP, dont est partenaire l’UFC-Que Choisir,  réalise des crash tests pour évaluer le niveau de sécurité des voitures. Et si à l’époque cela ne concernait qu’un crash test frontal et un latéral contre une barrière déformable, aujourd’hui l’organisme en réalise deux frontaux et deux latéraux, mesure le niveau de protection des occupants adultes comme enfants et évalue celle des piétons et des cyclistes. Ces crash tests toujours plus poussés engendrent un effet bénéfique : les constructeurs modernisent leurs voitures pour aller vers plus de sécurité. Désormais, le niveau d’équipement d’aide à la conduite fait partie intégrante de la note finale.

Les anciennes voitures mal notées

Dès lors, dans le monde de l’auto, il ne fait pas bon vieillir tant l’évolution technologique est rapide en termes de sécurité. Nous le constations déjà en 2017 et nos derniers résultats de crash tests réalisés fin 2018 le démontrent à nouveau. Nous avons ainsi décidé de repasser au crible une ancienne voiture, la Fiat Panda. Et c’est la catastrophe pour cette citadine répandue qui ne récolte aucune étoile ! Elle suit le même destin que sa grande sœur, la Fiat Punto, qui avait réalisé le pire score en 2017. Le Jeep Wrangler, dont la dernière génération est commercialisée depuis 2018, fait à peine mieux avec son unique étoile. Il faut dire que cette 4génération n’est qu’une évolution de la première de… 1987. C’est son niveau de protection des enfants, assez bon, qui lui sauve la mise. Car, pour lui aussi, on doit regretter l’absence totale d’aides à la conduite dernier cri.

Jeep Wrangler

crash-test-2018-1-etoile
 
  • Protection des occupants adultes : 50 %
  • Protection des enfants : 69 %
  • Protection des piétons : 49 %
  • Aide à la sécurité : 32 %

Le Jeep Wrangler de 4e génération ne décroche qu’une étoile à cause de ses résultats souvent moyens. Lors du choc frontal à 64 km/h, la structure de l’habitacle a cédé à plusieurs endroits et l’enfoncement des côtes du conducteur est assez important. Pour l’autre choc frontal, c’est la passagère arrière qui est mise à mal au niveau du thorax et de l’épaule par la ceinture de sécurité. La protection des enfants est correcte mais lors du choc latéral, nous observons un contact entre la tête de l’enfant de 10 ans et la portière. La protection des piétons est inégale et si la zone d’impact de la tête d’un piéton adulte est relativement sûre, celle de la tête d’un enfant est particulièrement dangereuse. Enfin, la pauvreté de l’équipement d’aide à la sécurité, outre le régulateur-limiteur de vitesse manuel, handicape le Wrangler qui aurait pu prétendre à une deuxième étoile.

 

Fiat Panda

crash-test-2018-0-etoile
 
  • Protection des occupants adultes : 45 %
  • Protection des enfants : 16 %
  • Protection des piétons : 47 %
  • Aide à la sécurité : 7 %

Testée selon le dernier protocole en vigueur, beaucoup plus sévère que celui de 2011, la vieille Fiat Panda n’est pas convaincante et ne reçoit même aucune étoile. La faute principalement à l’absence d’équipements d’aide à la sécurité et à un niveau de protection des enfants limité. La tête et le cou des enfants installés à l’arrière sont extrêmement exposés à des blessures graves, avec un risque de se cogner la tête entre eux lors du choc latéral. Le thorax de l’enfant de 10 ans est également fortement compressé en choc frontal. Mis à mal dans quasiment toutes les configurations d’accident, les adultes sont à peine mieux lotis. En choc latéral, le thorax du conducteur subit même un enfoncement élevé à cause de l’absence d’airbag latéral (disponible uniquement en option). Et en raison de l’absence d’airbags latéraux, la Panda n’a pas subi le test latéral contre un poteau.

 

Fiat Punto

crash-test-2017-0-etoile
 
  • Protection des occupants adultes : 51 %
  • Protection des enfants : 43 %
  • Protection des piétons : 52 %
  • Aide à la sécurité : 0 %

Sans airbags latéraux (en option sur certains modèles) ni de genoux, ni même d’airbags à l’arrière et encore moins de freinage automatique d’urgence ou de système de maintien dans la voie, la Fiat Punto réalise le pire score en matière d’aide à la sécurité et ne récolte aucun point. Lors du choc frontal, l’habitacle de la Punto ne s’est pas déformé mais il s’avère que la structure du tableau de bord risque d’occasionner des blessures pour les occupants avant selon leur position. La protection de la poitrine du passager a, elle, été jugée marginale, notamment lors du choc latéral où le risque d’enfoncement des côtes est important. La Punto n’étant pas dotée d’airbags latéraux, le choc latéral contre le poteau n’a pas été réalisé. Enfin, nos essais ont révélé une faible protection contre le coup du lapin en cas de collision par l'arrière.

Le protocole des crash tests

Notre test est réalisé selon la procédure Euro NCAP avec des mannequins instrumentés (2 adultes et 2 enfants de 6 et 10 ans). La note finale, de 0 à 5 étoiles, tient compte de 4 critères :

  • protection des adultes (chocs frontal, latéral, latéral contre un poteau, coup du lapin) ;
  • protection des enfants (comportement lors des chocs, compatibilité sièges/véhicule, marquages de sécurité, désactivation de l’airbag passager, installation…) ;
  • protection des piétons et des cyclistes (évaluation des zones d’impacts à l’avant du véhicule et efficacité des systèmes de détection) ;
  • aide à la sécurité (présence et efficacité des équipements de sécurité montés de série).

Lars Ly

Rédacteur technique