Origine des viandes L’étiquetage deviendra obligatoire courant 2022

Origine des viandes

L’étiquetage deviendra obligatoire courant 2022

Publié le : 03/10/2021 

Dans le courant de l’année prochaine, les consommateurs pourront enfin savoir de quel pays proviennent les viandes qu’ils mangent en restauration hors domicile. Le décret d’application devrait être publié d’ici fin 2021.

 

Plusieurs fois annoncée mais toujours repoussée, l’obligation d’étiqueter l’origine des viandes devrait se mettre en place courant 2022. Les consommateurs sauront enfin d’où vient la viande qu’ils mangent, pas seulement celles de bœuf (dont l’étiquetage est obligatoire depuis 2000 suite à la crise de la vache folle), mais aussi celles de porc, de volailles, d'ovins et de caprins. Julien Denormandie, le ministre de l’Agriculture, a annoncé que cette réglementation tant attendue par les consommateurs, mais aussi par les éleveurs français, serait promulguée d’ici « fin 2021 ».

La loi relative à la transparence de l’information sur les produits agricoles et alimentaires date de juin 2020, mais le décret d’application concernant l’obligation d’étiquetage se faisait attendre, la mise en œuvre ayant été « compliquée à la fois du fait de procédures européennes et françaises », justifie le ministère de l’Agriculture. Cette fois, promis, il sera signé « avant la fin de l’année ». Et il concernera toute la restauration hors domicile (RHD), collective (cantines, hôpitaux, Ehpad, restaurants d’entreprise…) et commerciale (restaurants). C’est la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) qui en contrôlera la bonne application.

Espérons qu’il ne sera pas retoqué, comme l’a été récemment la réglementation sur l’étiquetage de l’origine du lait ! A priori non, car ce décret « a fait l’objet d’échanges avec l’Union européenne. De plus, on notera que s’agissant des viandes, l’obligation d’indiquer l’origine des viandes en restauration collective existe déjà en viande bovine », nous a répondu le ministère.

Elsa Casalegno

Contacter l’auteur(e)