Peugeot 5008 (2017) Premières impressions

Peugeot 5008 (2017)

Premières impressions

Publié le : 23/02/2017 

Fini le style monospace, le nouveau Peugeot 5008 devient un SUV familial. Sorte de 3008 allongé dont il reprend la mécanique mais aussi le style avant et l’intérieur, le 5008 reçoit sept places et propose une bonne habitabilité.

 
visu-intro-peugeot-5008

Dans la famille des SUV de Peugeot, je demande le grand frère : le 5008. Avec plus de 85 % de pièces communes avec le nouveau 3008 sorti fin 2016, le 5008 aurait facilement pu s'appeler « grand 3008 ». Les différences ne sont en fait visibles qu’à partir des portes arrière. Normal, le 5008 est plus long de 19 cm et possède deux places supplémentaires.

 

Qualité de vie à bord

photo1-peugeot-5008
L'habitacle du nouveau Peugeot 5008 est très bien réalisé.

À l'intérieur du 5008, on retrouve donc logiquement la même ambiance que sur le 3008. L’habitacle est en tout point identique, avec les mêmes petits défauts comme par exemple les plastiques durs situés sur les côtés de la console centrale qui sonnent creux et sont, en termes de qualité, un cran en dessous des autres éléments. C’est dommage car la réalisation de l'habitacle est plutôt de bonne facture et les matériaux globalement très satisfaisants. Agréables au toucher et bien assemblés, ils offrent un intérieur chaleureux et une impression de haut de gamme.
 

photo2-peugeot-5008
Le grand écran tactile et les touches « piano » pour accéder rapidement aux différentes fonctions.

On retrouve également la même ergonomie que nous avions appréciée sur le 3008. Le 5008 dispose logiquement de l’i-Cockpit, un combiné d’instruments numérique très abouti. Le conducteur peut y afficher les informations qui l’intéressent mais aussi modifier la forme du compteur. Il est en outre très clair et agréable à regarder. Les touches « piano » permettent, grâce à une simple pression, d’afficher le menu associé sur l’écran déporté au centre de la planche de bord. Il suffit ensuite de régler les paramètres depuis l'écran tactile. Simple et efficace.

Le 5008 offre une bonne habitabilité à l'avant comme à l'arrière. C’est d’ailleurs ici que commencent les véritables différences avec le 3008 car le 5008 abandonne la banquette arrière au profit de trois sièges indépendants. L’habitabilité sera moins appréciée au niveau des deux places du troisième rang qui ne devront être destinées qu'à des enfants. Leur accès est assez délicat et la place allouée aux jambes est limitée. Notons que pour la première fois, ces deux sièges escamotables, dont la manipulation est d’une simplicité enfantine, peuvent aussi être retirés très facilement du véhicule. De quoi disposer de rangement supplémentaire (deux espaces de 39 dm3 chacun) en cas de besoin, mais à condition de ne voyager qu'à cinq personnes maximum.

Avec un peu plus de 4,6 mètres de longueur, le 5008 dispose d'un très bon volume de coffre avec 780 dm3 en configuration 5 places. Si le chargement du coffre est facilité par un seuil assez bas, il faut regretter une hauteur d’ouverture du hayon un peu limite et les personnes de plus de 1,70 mètre risquent de s'y cogner. Autre grief au niveau du coffre : le cache bagage rideau basique qui fait assez bas de gamme.
 

photo3-peugeot-5008
En configuration 5 places, le coffre aux dimensions XXL.

Au volant

La gamme de moteurs proposée sur le 5008 est identique à celle du 3008. Avec, à finition équivalente, quelque 66 kg de plus, nous étions un peu sceptique quant aux compétences des plus petites mécaniques. Et notamment de celles du moteur à essence 1.2 Puretech 130 ch associé à la boîte de vitesses automatique à 6 rapports EAT6 que nous avons conduit. Pourtant, cette mécanique s'est montrée très agréable et volontaire. Certes le duo ne permet pas d'excès de zèle mais remplit son rôle sans coup férir. Même sur des routes sinueuses, les accélérations sont honorables et les dépassements ne posent pas de souci particulier. Un constat qui devrait être plus nuancé sur des trajets en montagne avec cinq personnes à bord et leurs bagages.
 

photo4-peugeot-5008
Le moteur 1.2 Puretech 130 ch : une bonne mécanique mais trop gourmande.

La mécanique du nouveau 5008 se révèle assez silencieuse et permet de rouler avec un bon niveau de confort. Si le bloc nous a donc rassurés côté performance, il est un peu plus décevant côté appétit. Sur notre parcours mixte composé de petites routes de campagne et d’autoroute, nous n’avons pas réussi à descendre sous les 9 litres aux 100 km (soit presque 0,8 l de plus qu’avec la même configuration de mécanique conduit avec un 3008). Si on est presque au double de la valeur d’homologation de 5,2 l/100 km, attendons de voir les mesures en conditions réelles que le constructeur réalise désormais sur ses véhicules.

Sur route, le 5008 est assez agréable mais les suspensions, trop fermes (elles ont été durcies par rapport au 3008) sur les petites bosses et défauts de la route, viennent perturber le bien-être à bord. Ainsi, en passant sur un nid-de-poule ou en circulant sur une route dégradée, les passagers seront un peu mis à mal.

 

Sécurité

Le 5008 reçoit un arsenal de systèmes d’aide à la conduite et de sécurité. À commencer par le freinage automatique d’urgence (Active Safety Brake) et l’alerte risque de collision (Distance Alert), regroupés dans le pack Safety ; l’alerte active de franchissement involontaire de ligne (Active Lane Departure Warning) ; l’alerte d’attention conducteur ; le régulateur de vitesse adaptatif avec fonction Stop (version avec boîte de vitesses automatique) ; la commutation automatique des feux de route ; la reconnaissance des panneaux de signalisation ; le système actif de surveillance d’angle mort ; le système d’assistance au parking. En option, il peut aussi recevoir le système Advanced Grip Control doté d’une nouvelle fonction inédite, le Hill Assist Descent Control (HADC) d’assistance en descente. Grâce à ce système, le 5008 montre des capacités accrues pour  évoluer sur des terrains difficiles.
 

photo5-peugeot-5008
Le bouton qui gère l'Advanced Grip Control pour sortir des sentiers battus.

Le Peugeot 5008 en résumé

Le nouveau 5008, qui passe du segment des monospaces à celui des SUV, est  agréable à conduire et relativement confortable malgré des suspensions très fermes. Il dispose de nombreux atouts pour un véhicule à vocation familiale : trois sièges arrière indépendants, deux sièges supplémentaires escamotables et démontables (c’est une première), une très bonne habitabilité, une finition de bon niveau ainsi qu’une ergonomie appréciable.

Proposé à partir de 26 400 €, il s’affiche, à finition comparable, à 1 700 € de plus que son petit frère le 3008. Et, par rapport à la concurrence, il se place dans la moyenne. Par exemple, un Mitsubishi Outlander débute ses tarifs à 28 950 €, un Skoda Kodiaq démarre à 24 950 €. Et si le Hyundai Santa Fe débute à 35 200 €, il faut relativiser puisqu’il s’agit d’une version diesel de 200 ch. Dans ce cas, il faudrait le comparer à un 5008 2.0 BlueHDi 150 S&S BVM6 proposé à 36 950 €.

Les +

  • Moteur agréable
  • Ergonomie
  • Habitabilité
  • Sièges de troisième rang démontables
  • Qualité de fabrication

 

Les -

  • Consommation
  • Suspensions trop fermes
  • Hauteur d’ouverture du hayon
  • Cache-bagage 
visu-fin-peugeot-5008

 

Yves Martin