Renault Captur 2017 Premières impressions

Renault Captur 2017

Premières impressions

Publié le : 18/05/2017 

Pour redonner un second souffle à son SUV compact, Renault propose quelques modifications sur le Captur et le décline désormais en une très chère version haut de gamme. Un peu léger pour parler de nouvelle version.

 
photo-1-renault-captur-2017
La face avant du nouveau Captur change très légèrement.

S’il n’est pas évident d’atteindre la marche la plus haute du podium, il est tout aussi difficile d’y rester. Le Renault Captur vient d’en faire la désagréable expérience. Le SUV compact jusqu’alors le plus vendu dans l’Hexagone s’est en effet vu souffler la première place au palmarès des ventes par le Peugeot 2008 sur la période allant de janvier à avril 2017. Le restylage opéré par le constructeur français est donc censé redynamiser les commandes du Captur. Mais le constructeur de Billancourt se révèle un peu timide et a seulement voulu donner un style un peu plus baroudeur à son SUV en l’équipant de sabots de protection plus proéminents à l’avant et à l’arrière et, sur certaines versions, de nouveaux feux à LED et d’un toit en verre fixe. Le niveau d’équipement monte également d’un − tout petit − cran avec l’apparition de nouveaux systèmes d’aide à la conduite.

 

Qualité de vie à bord

photo-2-renault-captur-2017
L'habitacle de la version Initiale Paris fait la part belle au cuir.

Bien inspiré celui qui trouvera au premier coup d’œil les nouveautés à bord du Captur version 2017. En effet, rien ne change sur la forme et seuls quelques matériaux légèrement rembourrés font leur apparition sur la planche de bord. Pour trouver des modifications, il faudra monter dans la nouvelle version haut de gamme Initiale Paris. Cette dernière reçoit en effet des matériaux nobles tel que le cuir sur la plupart des parties (planche de bord, volant, pommeau de levier de vitesses…). Le résultat est plutôt convaincant même si nous avons remarqué, notamment autour des aérateurs, des ajustements perfectibles. Un toit panoramique en verre est également proposé sur cette version (en option à partir de la finition Intens). Il apporte une luminosité appréciable et égaye l’intérieur mais il est dommage qu’il ne puisse pas s’ouvrir.
 

photo-3-renault-captur-2017
Le nouveau système R-Link est décliné en trois versions.

Pour le reste, on retrouve exactement la même ambiance, la même habitabilité et les mêmes défauts que nous avions souligné lors de notre prise en main de 2013, comme la banquette arrière qui ne donne pas de plancher plat une fois repliée.

Les commandes du Captur sont intuitives et simples d’utilisation. À noter que la version 2017 bénéficie d’une évolution et propose désormais trois niveaux du système multimédia. Les premiers modèles disposent du système R&GO doté d’un support de smartphone intégré et qui permet de dupliquer le contenu de son téléphone sur l’écran. Arrive ensuite le Media Nav Evolution, un système multimédia avec écran 7" intégrant la navigation avec l’info trafic, le Bluetooth, le streaming via le smartphone ou encore l’affichage de la caméra de recul et la fonction Driving Eco2 pour optimiser sa conduite et sa consommation. Enfin, la version R-LINK Evolution (pour la première fois compatible avec Android Auto) offre une navigation connectée avec la possibilité d’obtenir une grande variété d’applications grâce à Renault R-LINK Store.

 

Au volant

photo-4-renault-captur-2017
C'est sur la version Initiale Paris qu'est inaugurée la couleur noir améthyste.

Rien de nouveau sous le capot du Captur, tous les moteurs (six versions au total) proposés aujourd’hui sont déjà connus. Nous avons eu l’occasion de conduire les versions essence TCe de 120 ch et diesel dCi 110 en finition Initiale Paris. Avec l’une comme l’autre, le Captur s’est montré performant et confortable. Dans les deux cas, les reprises sont appréciables et les moteurs permettent un roulage serein. À noter que pour 1 500 € de plus, les moteurs TCe 120 et dCi 90 peuvent être équipés de la boîte de vitesses à double embrayage EDC.

 

Sécurité

En termes de sécurité et d’aides à la conduite, le nouveau Captur reçoit désormais, de série ou en option, le stationnement mains libres (Easy Park Asist), l’avertisseur d’angle mort (Blind Sport Warning), les rétroviseurs rabattables automatiquement et l’aide au stationnement avec radar avant et arrière et caméra de recul. Pas de grand chamboulement donc, et on regrette par exemple l’absence d’un système de freinage automatique d’urgence.
 

photo-5-renault-captur-2017
Parmi les nouveaux systèmes d’aide à la conduite : le stationnement mains libres et les détecteurs d’angle mort.

Le Renault Captur en résumé

Dans le segment des SUV, difficile de parler de « nouveau Captur » tant les modifications sont mineures. Même les équipements proposés ne sont pas vraiment au goût du jour et on regrette l’absence de freinage automatique d’urgence, un système désormais fréquemment utilisé. Et, côté prix, le Captur prend un peu la grosse tête et s’affiche entre 17 100 et 28 500 € alors qu’un Peugeot 2008 débute à 16 050 € pour s’arrêter à 25 850 €. Certes, la finition Initiale Paris du Captur arbore du cuir mais ses finitions laissent à désirer. Pourtant, avec un tarif dépassant les 28 000 €, le conducteur serait en droit d’être exigeant. En outre, pour cette somme, il peut s’offrir un Audi Q2 1.0 TFSI 116 Sport à la finition vraiment un cran au-dessus. Ni la couleur spécifique noir améthyste, ni les jantes de 17 pouces ou le système audio Bose n’arrivent donc à faire passer la facture.

 

Les +

  • Équipement en légère hausse
  • Confort
  • Habitabilité
  • Facilité de prise en main

Les –

  • Bruits aérodynamiques
  • Diesel bruyant
  • Prix pas toujours compétitif
visu-fin-renault-captur-2017