Britax Römer Advansafix III SICT

Britax Römer Advansafix III SICT

Groupe 1/2/3 - Enfant de 9 à 36 kg - Siège Isofix(*4*)

Mis à jour le : 20/05/2022

ATTENTION
PRODUIT ARCHIVÉ !
Rendez-vous sur le comparateur mis à jour avec les derniers produits testés !

Avis du testeur

Que Choisir regrette

  • Poids
  • Habitabilité
  • Installation du siège compliquée
  • Démontage et remontage de la housse

Le rehausseur à dossier Britax Römer Advansafix III SICT (groupe 1/2/3, enfants de 9 à 36 kg) succède à la version 2 que nous avons testée en juin 2016. Nous avons affaire à un siège auto installé face à la route, équipé d’un harnais de sécurité classique à 5 points pour le groupe 1 (de 9 à 18 kg), qu’il faut retirer pour l’utilisation en groupe 2/3 (à partir de 15 kg). Dans tous les cas, il faut impérativement utiliser les attaches Isofix et la sangle antirotation « top-tether », ce qui limite son utilisation aux véhicules dotés d’attaches Isofix et d’un point d’ancrage pour la « top-tether ».

Pour le groupe 1, la ceinture de sécurité n'est pas utilisée, le siège étant Isofix universel. Pour le groupe 2/3, elle passe devant l’enfant, le harnais ayant été retiré. En outre, il faut ajouter le système SecureGuard, constitué d’un guide de ceinture de sécurité, placé entre les jambes de l’enfant, qui empêche la sangle ventrale de remonter vers l’abdomen, notamment en cas de choc frontal (le SecureGuard a été inauguré sur l’Advansafix II SICT).

Grâce aux attaches Isofix, l’Advansafix III SICT est bien stable sur la banquette. Comme son devancier, il possède les protections latérales escamotables SICT (Side Impact Cushion Technology) dont l’une doit prendre appui contre la porte ou le montant le plus proche. Ce système permet de commencer à absorber l’énergie du choc dès les premiers instants de la collision, donc d’en diminuer la violence en la répartissant dans le temps. Malheureusement, la protection n’est que moyenne, en frontal comme en latéral. On note toutefois que les guides de ceinture de sécurité inférieurs et le système SecureGuard évitent bel et bien à la partie ventrale de la ceinture de sécurité de s’enfoncer dans l’abdomen du mannequin.

Bénéficiant d’une bonne qualité de fabrication, l’Advansafix III SICT est un siège confortable, grâce ses rembourrages épais, mais il manque de volume pour les enfants corpulents et, bien que possédant plusieurs positions inclinées, l’angle d’assise est un peu trop droit. Dès que le harnais est retiré, le dossier devient réglable en hauteur, d’une seule main.

L’installation du siège est compliquée et peu commode, notamment à cause de son poids élevé (11 kg) et de l’utilisation des attaches Isofix et de la sangle « top-tether ». Ceci conduit à un risque de mauvaise utilisation (mauvaise tension de la « top-tether » ou simple oubli de l’attacher). Il existe également un risque d’oublier de déployer les protections latérales, et de mal positionner la ceinture de sécurité en groupe 2/3.

Enfin, la housse est difficile à retirer et à remettre en place, mais elle peut être lavée en machine.

Remarque :
par rapport à la version précédente, l’Advansafix III SICT est simplifié dans la mesure où l’utilisation avec le harnais n’est plus autorisée en groupe 2. Avec l’Advansafix II SICT, on risquait de s’y perdre un peu, car les enfants du groupe 2 pouvaient être installés avec ou sans le harnais. Mais les changements ne se limitent pas à ça. Il semble en effet que les tolérances entre les différents éléments constitutifs du siège aient été modifiées afin d’en faciliter les réglages. Mais selon nos tests, nous avons perdu en protection latérale, par rapport au devancier.

Lars Ly

Lars Ly

Rédacteur technique