Retour au Comparatif Tablettes tactiles (103 tablettes tactiles)

Google Nexus 9

Google Nexus 9

16 Go - Autre capacité : 32 Go

Mis à jour le : 18/05/2022

ATTENTION
PRODUIT ARCHIVÉ !
Rendez-vous sur le comparateur mis à jour avec les derniers produits testés !

Avis du testeur

Que Choisir regrette

  • Boutons latéraux pas faciles à trouver
  • Coque en plastique décevante
  • Appareil photo et enregistrement de vidéo décevants

Fabriquée par HTC, la tablette tactile Google Nexus 9 remplace la Nexus 7 et la Nexus 10. Il s’agit d’un changement de stratégie du géant américain Google qui ne mise que sur une seule taille d’écran, 8,9 pouces, et sur un positionnement tarifaire revu à la hausse : il commence à 399 €. La tablette est disponible en version 16 Go (399 €), 32 Go (489 €) et 32 Go + 4G (569 €).
La grande nouveauté de la Nexus 9 est l’inauguration du système d’exploitation Android Lollipop (version 5.0) qui apporte une interface plus moderne et plus épurée.
La tablette fonctionne avec un processeur Nvidia Tegra K1 cadencé à 2,3 GHz et l’écran tactile affiche une haute résolution de 2048 × 1536 pixels. Elle dispose de ports USB 2.0, micro-USB, de connexions wi-fi AC, NFC et Bluetooth 4.0, mais pas d’un lecteur de carte mémoire. Deux caméras sont présentes avec des capteurs 8 et 1,6 Mpixels. Enfin, la batterie possède une capacité de 6700 mAh.
Avant d’avoir testé cette tablette, nous avons réalisé une prise en main de la Google Nexus 9.

La Google Nexus 9 est une bonne tablette tactile qui monte en gamme par rapport aux versions précédentes, mais qui souffre de quelques défauts. Elle permet de découvrir la nouvelle version d’Android, Lollipop, qui certes n’apporte pas de grande nouveauté, mais offre une modernité intéressante au système d’exploitation. Le clavier virtuel, notamment, est amélioré et, passé le temps d’adaptation nécessaire, il se montre ergonomique.

La prise en main de la tablette est très bonne mais le positionnement des boutons sur le côté n’est pas optimal. Ils sont tellement intégrés dans la coque que l’utilisateur ne peut pas les trouver au toucher et doigt regarder leur positionnement. La coque en plastique peut rebuter les utilisateurs, parfois tentés de la déclipser. C’est dommage, Google nous avait habitués à une meilleure qualité de finition sur ces précédentes tablettes.

L’écran tactile haute définition est un des points fort de la Nexus 9. L’affichage est bon même s’il manque un peu d’intensité. L’angle de vue est très bon latéralement, mais verticalement, la baisse de lisibilité est plus marquée. L’utilisation de l’écran tactile est excellente. Il se montre précis et réactif, au toucher comme lors d’un changement d’orientation. Bon point notamment pour les jeux. À noter que l’écran est réflectif sous forte luminosité, ce qui peut gêner pour la lecture de livres numériques (fonction ebook) en plein soleil.

Le son des haut-parleurs est correct mais les effets stéréo pourraient être plus prononcés. La présence des haut-parleurs en face avant est une bonne chose.

Les performances de la tablette sont à un bon niveau. Si elle ne se montre pas aussi performante que les nouveaux iPad, la Nexus 9 est quand même dans le haut du classement.

L’appareil photo, toutefois, est décevant. La mise au point avant de prendre une photo ou pour filmer une vidéo ne fonctionne pas bien. Les clichés manquent un peu de netteté et les images enregistrées manquent de détails. Mais le son capté est acceptable.

Les fonctions multimédia sont bien notées par le laboratoire. La lecture de vidéo, la navigation sur Internet et l’utilisation de la fonction e-mail sont toutes excellentes.

Il est facile de créer des comptes multi-utilisateurs (donc de séparer le contenu des différents comptes et de gérer depuis le compte principal des restrictions permettant par exemple laisser la tablette à un enfant).

Enfin, l’autonomie de la batterie est dans la moyenne des tablettes tactiles. Une pleine charge permet de l’utiliser pendant 7 à 8 heures et une charge rapide de 30 minutes fournit 54 minutes d’autonomie.

Vincent Erpelding

Vincent Erpelding

Rédacteur technique