Fours encastrables Conseils

Fours encastrables

Conseils

Utilisation quotidienne, consommation d'énergie et sécurité : quelques conseils pratiques pour faire cuire, préparer, mijoter en toute sérénité.

 

L'utilisation

- Enlevez les grosses salissures avant d'enclencher la pyrolyse (la température y monte à 500 °C), car les résidus et la graisse peuvent s'enflammer au cours de l'opération.

- Évitez de la mettre en route la nuit ou en votre absence, pour les mêmes raisons.

- Utilisez de faibles quantités d'alcool si vous flambez vos préparations culinaires : leurs vapeurs peuvent s'enflammer dans le four (ou faites-le hors du four).

- Ne placez aucun torchon sur la poignée (risque d'incendie).

- Ouvrez prudemment la porte du four, de la vapeur chaude peut en effet s'en échapper.

- Ne déposez rien sur la sole (partie basse du four), ni plat ni casserole. Cela risquerait d'endommager l'émail.

- Retirez tous les accessoires et grilles lors de la pyrolyse (risque de déformation et de décoloration).

La consommation d'énergie

L'étiquette énergétique, obligatoire depuis 2003 sur les fours, indique la classe d'efficacité énergétique, la consommation en chauffage classique (convection naturelle) et/ou en convection forcée (chaleur tournante) ainsi que le volume utile. Le niveau sonore est facultatif.

Pour les appareils dont le volume se situe entre 35 et 65 litres, la norme exige une consommation inférieure à 0,800 kWh pour obtenir la classe « A » (avec une tolérance de + 10 % et une autre de 0,040 kWh...). Cependant, pour demander la reconnaissance d'une classe donnée, le fabricant a le choix entre les résultats obtenus en mode classique ou en chaleur tournante. Un produit peut dès lors être « A » pour un mode de cuisson, mais pas pour l'autre, ce que le consommateur ignore... Tests après tests, nos mesures révèlent de fortes disparités entre des appareils ayant la même classe énergétique, surtout lors du préchauffage. Les écarts sont généralement moins marqués lors de la cuisson.

 

Économie d'énergie

Vous voulez économiser de l'énergie ? Évitez la veille (la consommation d'un four peut varier de moins de 0,5 kWh à plus de 3 kWh ; en coût annuel estimé, cela donne une somme variant de 0,38 à 3,71 euros) ; optez pour les recettes préprogrammées (le four adapte alors automatiquement la température, la durée et la source de chaleur aux mets enfournés) ou succombez aux charmes de la cuisson à basse température (100 °C maxi), elle est d'ailleurs recommandée par les professionnels pour réussir viandes et poissons. Cette cuisson lente, douce et régulière donnerait plus de moelleux. En d'autres termes, elle vous fait gagner sur les deux tableaux.

 

Vitre, attention fragile !

Micro-fêlures provoquées par des chocs lors des transports, de l'emballage, de l'utilisation, ou défaut de fabrication... les raisons à l'origine de l'explosion de la vitre d'un four sont nombreuses. Ces accidents, malheureusement encore trop fréquents, sont assez peu prévisibles et les fabricants ne savent toujours pas s'en garantir. Seule amélioration : le verre trempé utilisé ne coupe pas une fois brisé... Reste le grand « boum » de l'explosion et le verre éparpillé partout, qui peut blesser les personnes présentes.

Chaud devant !

Attention à la porte du four ! Elle peut atteindre des températures élevées (supérieures à 60 °C), notamment pendant la pyrolyse. Bien que la technique dite de la « porte froide » existe (ventilation de la façade, triple vitre...) sans que cela implique nécessairement un surcoût important, tous les fabricants ne l'ont pas encore adoptée.

Micaëlla Moran