Four encastrable Bien choisir son four encastrable

Four encastrable

Bien choisir son four encastrable

Au royaume de la cuisine, le four encastrable n'est pas encore le roi : il ne séduit qu'un foyer sur trois. Mais l'engouement pour les cuisines équipées ne faiblissant pas, il poursuit sur sa lancée. Malgré sa démocratisation, il reste un élément électroménager coûteux. Il ne doit donc pas être choisi au hasard.

 

 

Test Que Choisir : Comparatif Four encastrable

Les modes de cuisson

 

La convection naturelle ou cuisson/chaleur classique

 

L'air de l'enceinte circule de façon verticale. Il est chauffé par les résistances situées en haut (voûte [1]) et en base (sole [2]). La cuisson se fait sur un seul niveau. Le préchauffage du four sert à élever la température de l'air dans l'enceinte ; les parois métalliques s'échauffent pour rayonner au moment de la cuisson.

La chaleur tournante (ou convection forcée)

Certains fours associent la chaleur tournante à leur mode de cuisson traditionnelle. Dans ce cas, l'air circule en tous sens, brassé par un ventilateur situé sur la paroi du fond. Ce mode permet la cuisson simultanée sur plusieurs niveaux (exemple : un rôti et une tarte). On distingue ceux à chaleur pulsée et ceux à chaleur brassée.

 

a) À chaleur pulsée

Une résistance circulaire (1) et une turbine (2) sont situées sur la paroi arrière du four. Seule chauffe la résistance circulaire, celles de voûte et de sole ne fonctionnent pas.

 

b) À chaleur brassée

La turbine (2) est située sur la paroi arrière du four mais cette fois, les résistances de voûte (1) et de sole (3) fonctionnent simultanément.

Les modes de nettoyage

La catalyse : Les parois de l'enceinte sont constituées d'un émail microporeux qui détruit la plupart des graisses pendant la cuisson.

La pyrolyse : En pyrolyse, le four fonctionne à très haute température (près de 500 °C), pendant 2 à 3 h. Avant d'enclencher le dispositif, il faut cependant retirer les gros dépôts pour diminuer les risques d'incendie (la graisse s'enflamme en effet à haute température) et pour que cela dégage moins de fumée. À la fin du processus, les déchets sont réduits en cendres, à éliminer d'un coup d'éponge humide. Les fabricants proposent aujourd'hui plusieurs programmes (pyrolyse économique, moyenne, intense) selon de degré de salissure du four.

La vitre du four se nettoie toujours manuellement, avec un produit non abrasif.

Les petits détails qui comptent

Si tous les fours cuisent aujourd'hui très bien, des petits « plus » ergonomiques peuvent faire la différence, comme le niveau sonore (à tester en chaleur tournante, le bruit provenant principalement du ventilateur), la conception des tournebroches dont les poignées ne sont pas toujours amovibles, la possibilité de démonter la porte facilement (utile pour nettoyer le joint et les recoins des charnières en cas de débordement lors de la cuisson). Pour surveiller vos cuissons, l'éclairage est important ; pensez à nettoyer le verre de protection régulièrement. Sachez qu'il existe des appareils dotés de grille(s) anti-basculement (parfois même un chariot), ce qui permet d'arroser le rôti sans devoir incliner le plat.

Certains fours offrent également une fonction décongélation (évidemment moins rapide que celle du micro-ondes, puisqu'il s'agit d'un simple brassage d'air froid ou tiède) et une fonction étuve (pour faire lever une pâte à pain, à pizza, une brioche...).

La porte « froide », une vraie sécurité

La majorité des fabricants proposent désormais deux versions de chaque four (avec ou sans porte « froide »). Constituée de trois à quatre parois de verre refroidies par une circulation d'air, elle offre une véritable sécurité contre les brûlures de contact. En cours de cuisson, la température de la porte n'excède généralement pas les 40 °C (et lors du nettoyage par pyrolyse, elle se situe aux environs de 60 à 77 °C, lors même qu'on avoisine les 500 °C à l'intérieur de l'appareil). Toutefois, pour plus de sécurité, mieux vaut respecter deux règles de base lors de l'installation : placez le four loin du réfrigérateur et dans un meuble pouvant supporter la chaleur. Car les parois du four, elles, ne sont pas « froides ».

Installation et ergonomie

Un four encastrable ne peut être installé sous un plan de travail que s'il est équipé d'une ventilation de refroidissement. Le revêtement des meubles de cuisine ainsi que la colle fixant ce revêtement doivent résister à la chaleur dégagée par le four en fonctionnement. Hauteur, sens et angle d'ouverture de la porte sont également importants. Le four sera donc choisi en fonction de l'endroit où il sera installé, mais aussi de son accessibilité. Mieux vaut placer le four loin du réfrigérateur et dans un meuble pouvant supporter la chaleur.

En l'absence de prise normalisée, le raccordement électrique doit être effectué par un technicien professionnel qualifié, conformément à la réglementation et aux instructions du constructeur (plaque signalétique et notice d'emploi). Si le four n'est pas raccordé au réseau par l'intermédiaire d'une fiche de prise de courant, un dispositif de coupure manuel est indispensable afin de respecter les prescriptions de sécurité. L'installation électrique doit être reliée à la terre. Après l'installation, le câble ne doit pas être en contact avec les parties chaudes du four ou rester coincé dessous.

 

Test Que Choisir : Comparatif Four encastrable

Micaëlla Moran