Impôts

Demande de remise gracieuse dite « recours gracieux »

Vous êtes dans l’impossibilité de payer vos impôts, en tout ou partie, du fait d’une situation financière particulièrement difficile que vous pouvez justifier. Différentes hypothèses sont concernées : il peut s’agir de votre impôt principal, des pénalités y afférentes ou encore des intérêts de retard relatifs à cet impôt. Il existe une possibilité pour sortir de cette situation. Vous pouvez demander à votre centre des finances publiques l'effacement (remise gracieuse) ou la diminution (modération) de la somme due.

 
Télécharger en .docx   Télécharger en .doc   Télécharger en .odt

Ce que dit la loi

L'administration fiscale peut accorder des remises gracieuses totales ou partielles sur les impôts directs (impôt sur le revenu et taxe d'habitation) si vous vous trouvez dans l'impossibilité de les régler. Encore faut-il que vous soyez dans une situation de précarité due au chômage, au décès de votre conjoint, à la survenance d'une maladie ou une invalidité entraînant une baisse significative de revenus.

Cette remise est une faveur de l'administration et non un droit des contribuables. Elle peut vous être refusée par la Direction générale des finances publiques (DGFIP) qui peut vous accorder, le cas échéant, des délais de paiement (voir la lettre type « demande de délais de paiement »). Il est également possible de vous adresser, en cas de refus,  au conciliateur fiscal départemental et, si nécessaire, au médiateur des ministères de l’Économie et du Budget.

Si l’administration fiscale n’a pas statué dans les deux mois de la demande gracieuse, elle est implicitement rejetée. Ce délai peut être porté à 4 mois, en cas de complexité de la demande.

Articles L. 247, R. 247-1 du livre des procédures fiscales,  L. 231-4du code des relations entre le public et l’administration, article 2  décret n° 2001-907 du 3 octobre 2001 et BOI-CTX-GCX-10-30-30-10-20120912.

Ce que vous pouvez faire

Si vous êtes dans l’une des situations décrites ci-dessus, vous avez tout intérêt à adresser une demande de remise gracieuse à l’administration fiscale qui peut prendre en compte vos difficultés et diminuer, voire effacer, votre dette fiscale.

Votre demande doit donc contenir les indications nécessaires pour identifier l'imposition et, le cas échéant, être accompagnée soit de l'avis d'imposition, d'une copie de cet avis ou d'un extrait de rôle, soit de l'avis de mise en recouvrement ou d'une copie de cet avis.

Elle doit surtout être accompagnée de pièces justificatives faisant état de vos difficultés financières : photocopies  à joindre.

Devant quel tribunal agir

Si toutes vos demandes ont connu une réponse négative, il vous restera à saisir le tribunal administratif pour obtenir l’octroi de la remise gracieuse. Votre recours doit être intenté dans un délai de 2 mois à compter de la décision de refus, qu’elle soit explicite ou implicite.

Sachez toutefois que le juge ne peut accorder la remise gracieuse. Sa décision se limitera, le cas échéant, à annuler la décision laissant ainsi le soin à l’administration de tirer toutes les conséquences de cette annulation.  

L’assistance d’un avocat n’est pas obligatoire, mais peut être conseillée.

Le tribunal administratif compétent est celui dans le ressort duquel se situe l’administration concernée.

Bon à savoir
Vous pouvez consulter le site du ministère de la Justice pour savoir de quel tribunal dépend une commune : http://www.annuaires.justice.gouv.fr/annuaires-12162/annuaire-des-juridictions-dune-commune-25193.html

À noter
Ce modèle de lettre a été rédigé par le Service d’Information Juridique de l’UFC-Que Choisir. Composé de juristes, il répond aux questions des abonnés à Que Choisir afin de leur indiquer la marche à suivre pour venir à bout de la plupart des problèmes de consommation qu’ils peuvent rencontrer dans leur vie quotidienne : produits défectueux et prestations de services peu satisfaisantes, contentieux en matière d’assurance ou de banque, litiges locataires-propriétaires, questions relatives à la copropriété etc.

Attention : ce modèle de lettre n’a pas vocation à se substituer à des conseils personnalisés qui pourraient vous être fournis par nos associations locales ou par des professionnels du droit. Il a pour objet de vous proposer une argumentation que vous jugez pertinente au regard de votre situation.