Résistance

Ambiance électrique avec Swiss Life

Publié le : 23/12/2021 

Certaines victoires (ou défaites) cachent des mois de bataille. Parfois, l’envie de baisser les bras gagne des particuliers englués dans un litige. Mais l’appui des associations locales (AL) de l’UFC-Que Choisir leur permet de tenir le coup. Un exemple récent, dont on ne connaît pas encore l’issue, l’illustre parfaitement. Monsieur B. loue des gîtes à des particuliers. En juin 2020, Enedis intervient sur le réseau du hameau où ces biens se situent. Le technicien commet une erreur : une surtension de 380 V occasionne de nombreux dégâts, notamment la destruction des appareils électroménagers de monsieur B. Celui-ci doit contacter sa compagnie d’assurances, lui indique la filiale d’EDF. Le propriétaire débourse 1 700 € pour remplacer les équipements détériorés. Mais après la visite d’une experte mandatée par Swiss Life, son assureur, une indemnisation de seulement 380 €, amputée d’une franchise de 211 €, doit lui être versée. La prise en charge nette (169 €, donc !) s’avère dérisoire comparé aux dépenses auxquelles il a dû faire face, mais aussi au tarif de sa police, qui s’élève à 1 200 € par an. Depuis, l’adhérent, soutenu par l’UFC-Que Choisir d’Alès, continue à se battre et adresse de multiples courriers à Swiss Life et à Enedis, afin d’obtenir un dédommagement acceptable. Il a, en outre, changé d’assureur et fait appel au médiateur du secteur pour trouver une solution. Résultat, depuis un an et demi, il n’a reçu aucune réponse de ses interlocuteurs, si ce n’est que Swiss Life lui réclame le paiement de ses contrats, pourtant résiliés en bonne et due forme. Espérons, pour monsieur B., que son dossier pourra bientôt rejoindre la case des litiges résolus.

Marie Bourdellès