Connexion 3 G

Ce n'est pas de l'illimité ni de l'internet !

Publié le : 19/11/2009 

Les trois derniers incidents majeurs de facturation de l'opérateur Orange illustrent à quel point le consommateur est induit en erreur par les termes utilisés pour vendre ce type de prestations. L'UFC-Que Choisir demande une remise en cause de la dénomination commerciale utilisée pour vendre les connexions 3G.

Le fond du problème tient au fait que l'accès illimité ne l'est pas, puisque la quantité de données disponibles est limitée à quelques giga-octets (1 ou 2 généralement). Au-delà de ce quota, le consommateur pourrait avoir à payer.

Il en va de même pour internet. Cet outil s'est développé sur le principe d'un accès universel, or les opérateurs vendent des forfaits qui ne comprennent pas l'accès à ces services, parce qu'ils sont soit interdits (peer to peer, newsgroupes, téléphonie IP) soit parce que, compte tenu de la quantité de données nécessaires, ils donnent lieu à des paiements supplémentaires (utilisation de médias audio-video via téléchargement, streaming et autres télévisions de rattrapage ou échanges de photographies, etc...).

L'UFC-Que Choisir avait déjà mis en garde les opérateurs à ce sujet suite à plusieurs dérapages qui concernaient les clés 3G mais aussi les terminaux téléphoniques. Les opérateurs avaient alors juré que cela ne se reproduirait plus et que des mécanismes d'alerte seraient mis en place.

Nous pouvons voir, aujourd'hui, ce qu'il en est de leurs promesses. Cette défaillance est d'autant plus gênante que, depuis ces récents incidents, de nombreux témoignages nous remontent de consommateurs qui ont eu le même type de problèmes. Parce que les montants étaient moindres (10 à 30 euros) et parce que les opérateurs arguaient d'une mauvaise utilisation de cet outil, ces consommateurs ont payé.

Par conséquent peut-on vraiment prétendre vendre de l'internet lorsqu'il s'agit de prestations assorties d'autant d'impossibilités ? Là aussi la dénomination « internet » est totalement hors de propos. Internet est un ensemble d'usages qu'il est de facto impossible d'utiliser avec les connexions 3G des clés USB et des téléphones mobiles.

Manifestement l'utilisation des termes « Illimité » et « Internet » induit les consommateurs en erreur. Par conséquent, l'UFC-Que Choisir demande à ce que les opérateurs n'utilisent plus les termes « Internet » et « Illimité » pour vendre des prestations qui ne sont finalement que l'accès en ligne à des services spécifiques et de manière limitée !