Hypertension Certains médicaments peuvent faire monter la pression

Hypertension

Certains médicaments peuvent faire monter la pression

Publié le : 08/07/2021 

Plusieurs types de médicaments sont susceptibles de provoquer une augmentation de la pression artérielle. Si l’on souffre déjà d’hypertension, cela peut nuire à l’efficacité du traitement. Ces interactions, mal connues, sont encore trop souvent présentes.

 

Lorsque l’on souffre d’une hypertension artérielle, bien suivre son traitement est important. Mais cela ne suffit pas toujours. Il est aussi important de ne pas prendre de médicaments susceptibles d’augmenter la pression artérielle. Or, d’après une étude américaine (1), près d’un patient sur cinq a déjà pris au moins un produit ayant cet effet.

Au rang des traitements les plus consommés, les antidépresseurs, les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) ou encore les corticostéroïdes. Parmi les médicaments à risque figurent aussi des traitements de la maladie de Parkinson, des antimigraineux ou encore des contraceptifs oraux. Selon les auteurs, ces médicaments sont susceptibles de nuire à l’efficacité du traitement anti-hypertenseur. Les éviter pourrait aider à avoir une meilleure tension.

Dans la plupart des cas, il existe des alternatives n’interférant pas avec le traitement anti-hypertenseur. Si la décision ultime revient au médecin, il est possible de l’aider à choisir le médicament approprié. À chaque consultation, n’hésitez pas à lui rappeler la liste de vos traitements en cours et à l’interroger sur les interactions possibles avec votre anti-hypertenseur. En cas de doute, vous pouvez lui apporter vos ordonnances précédentes.

Il est également possible d’agir de façon individuelle : certains médicaments en accès libre peuvent augmenter la tension. C’est le cas d’anti-inflammatoires non stéroïdiens, comme l’ibuprofène (Advil, Nurofen, etc.) et de décongestionnants nasaux utilisés en cas de rhume (Dolirhume, Advil Rhume, etc.). En cas de doute, demandez conseil à votre pharmacien.

(1) Congrès de l’American College of Cardiology, 16/05/21.

Audrey Vaugrente