Kia Rio Premières impressions

Kia Rio

Premières impressions

Publié le : 07/02/2017 

Revue de fond en comble, la nouvelle Kia Rio arbore un style plus conventionnel, au risque de manquer de personnalité. La citadine de Kia n'en demeure pas moins bien finie, bien équipée et, selon le moteur, agréable à conduire.

 
Image

2017 est une année importante pour Kia. Le constructeur coréen va en effet  commercialiser pas moins de quatre nouvelles voitures cette année. Après la citadine Rio, ce sera au tour de la mini-citadine Picanto de faire son apparition fin mars. Arriveront ensuite un coupé sportif, le Stinger, et un SUV compact concurrent du Renault Captur. Mais c’est bien la Rio qui représente, pour l'instant, le plus gros challenge pour Kia car c’est ce modèle qui réalise le plus gros de ses ventes en France. Le constructeur a donc mis les moyens pour présenter une voiture citadine innovante au style néanmoins convenu.

 

Qualité de vie à bord

Image
Malgré l'utilisation de matériaux rigides, la planche de bord est bien réalisée.

L'intérieur de la Rio est plutôt accueillant et agréable à l'œil. Même si tous les matériaux sont rigides (certains peuvent néanmoins, en option, devenir « moussés » pour une meilleure sensation au toucher), ils offrent un bel aspect visuel et sont très bien assemblés. Même sur les routes dégradées que nous avons empruntées, nous n'avons pas remarqué de vibrations ni de bruit particulier des éléments de l'habitacle. Nous émettons toutefois une réserve sur la tenue dans le temps du bandeau horizontal qui semble sensible aux rayures.

De son côté, la planche de bord nous a particulièrement convaincu par sa simplicité et sa facilité de prise en main. Les boutons sont en effet assez rares et ceux présents s’avèrent bien placés. Ainsi, sous l'écran, seules les commandes du chauffage et de la climatisation sont présentes. Tout ce qui concerne la navigation et les fonctions multimédias (la Rio est compatible Apple CarPlay et Android Auto ce qui permet d’afficher les fonctions de son smartphone sur l'écran déporté de 7 pouces) est géré soit depuis l'écran tactile, soit depuis les touches d'accès direct situées sur son pourtour. À noter que la navigation est d'origine TomTom et que le constructeur propose gratuitement 7 ans de mises à jour et 7 ans d'accès aux services TomTom Live. Un bonus qui correspond à un avantage financier global de plus de 1 300 € sur cette période. Un plus non négligeable par rapport à la concurrence. À l'usage, la navigation ne pose pas de souci particulier et s’avère pertinente. On comprendra alors d'autant moins pourquoi, sur la nouvelle Citroën C3, ce système, qui provient du même fournisseur, ne soit pas aussi performant.

La lecture du combiné d'instruments de la Rio est également sans reproches mais la gestion de l'affichage de l'ordinateur de bord n'est pas très intuitive et il faudra un peu de patience avant de trouver la bonne manipulation.

Image
L'écran multimédia de 7 pouces.

L'habitacle est d’autant plus agréable à vivre qu’il s'avère spacieux et confortable. Même les passagers arrière sont bien lotis avec une très bonne largeur aux coudes et, surtout, une excellente garde au toit. Même les plus grands pourront voyager dans de bonnes conditions. Dommage toutefois que les rangements soient un peu limités dans l'habitacle. Certes, les occupants avant pourront éventuellement disposer d'un coffre entre leur siège (de série sur la finition haut de gamme Premium, sinon, il est en option) et de deux porte-gobelets, mais c'est à peu près tout. Les vide-poches des portières sont en effet assez petits, tout comme la boîte à gants. Heureusement, la Rio dispose d'un coffre assez grand, l'un des plus logeables de la catégorie. Avec ses 325 litres, il est juste en dessous de celui d'une Skoda Fabia mais devance d’au moins 25 litres celui des Citroën C3 ou Renault Clio, de 40 litres celui d’une Peugeot 208, et même de 45 litres celui d’une Volkswagen Polo.

Image
Les places arrière sont relativement spacieuses, tout comme le coffre.

Au volant

Nous avons pu conduire deux des trois motorisations à essence proposées sur la nouvelle Rio et avons décelé du bon et du mauvais. Commençons par la déception : le moteur 1.2 de 84 ch. Si le constructeur mise beaucoup sur cette version et compte en faire le plus gros de ses ventes, de notre côté, nous n'avons pas été convaincu du tout. Loin de là. Ce bloc manque en effet cruellement de couple à bas régime et son utilisation demande une grande logistique des vitesses. En effet, en dessous des 2 000 tr/min, impossible de relancer la mécanique : même si on accélère à fond, il ne se passe rien. Les dépassements et les insertions dans le trafic peuvent alors s’avérer carrément problématiques. Ce moteur ne conviendra alors qu'à un usage urbain ou périurbain où il ne sera pas trop sollicité.

Pour les autres usages, mieux vaut opter pour le 1.0 T-GDi de 100 ch. Certes il s'affiche à 1 000 € de plus (à finition égale) mais il est largement plus agréable. Seul bémol : sa consommation affichée à 9 litres aux 100 km contre les 4,5 l annoncés. Soit le double ! Mais, que ce soit sur route ou autoroute, ce moteur s'est avéré agréable à conduire même si, lui aussi, manque légèrement de tonus à bas régime. Mais rien de rédhibitoire et c'est surtout sans commune mesure par rapport au 1.4. Avec le 1.0, les relances ne posent pas trop de souci et l’utilisation devient alors plus normale. Le moteur est même finalement assez vif et permet de rouler sans trop se préoccuper de la boîte de vitesses. Nous pouvons d’ailleurs regretter que Kia ne propose pas de boîte de vitesses automatique. Un manque qui, d'après le fabricant, devrait être comblé d'ici un an avec la commercialisation d’une version équipée d’une boîte robotisée à double embrayage. Sinon, sur route la voiture s'est montrée très confortable même si on peut noter une fermeté importante sur les petits défauts de la route. Ainsi, les routes pavées peuvent être délicates pour les occupants. Pour le reste, sur routes sinueuses ou sur autoroute, la voiture prend bien soin des occupants. Il sera alors possible d'envisager des longs trajets sans aucun souci. En ville, la nouvelle ligne de la Rio avec ses montants arrière réduits permet d'offrir une bonne visibilité générale. Et, comme la voiture est très maniable, les manœuvres seront un jeu d'enfant.

Image
Le moteur 3 cylindres T-GDi de 100 ch est celui que nous vous conseillons.

Sécurité

À grand renfort d'acier ultrarésistant, présent à hauteur de 51 %, Kia a réussi à alléger la structure de la nouvelle Rio de plusieurs kilos par rapport à l’ancienne génération tout en augmentant sa résistance. De quoi augurer d'un bon résultat aux crash tests Euro NCAP à venir. Côté sécurité active, le constructeur a doté sa citadine d'équipements inédits pour le segment. À commencer par un système de freinage automatique d'urgence avec fonction détection de piéton (proposé de série sur la finition Premium et en option sur le reste de la gamme) ou le dispositif d’alerte de franchissement involontaire de ligne. On trouve ensuite des solutions plus courantes comme le régulateur de vitesse ou la commutation automatique de feux de route en feux de croisement.

Image
Parmi les équipements de sécurité, le freinage autonome d'urgence avec détection des piétons.

La Kia Rio en résumé

Si le style devient plus consensuel et manque, à notre goût, d'originalité, la nouvelle Rio gagne en qualité de fabrication même si elle reste en deçà de ce que propose une Polo par exemple. Mais, si l'on tient compte des avantages apportés par les 7 années de mises à jour gratuites de la cartographie et d'utilisation des services TomTom Live, elle s'avère moins chère que la concurrence. Le premier prix, 13 490 €, est par ailleurs identique à celui de l’ancienne mouture. Mais, celui-ci ne donne accès qu’au moteur 1.2 de 84 ch, un bloc que nous déconseillons. Il faudra donc compter au minimum 17 590 € pour une Rio 1.0 T-GDi 100 en finition Launch Edition. Précisons que cette version, bien équipée et qui s’avère la plus intéressante aujourd’hui, est vouée à disparaître à plus ou moins long terme car il s’agit d’une finition dite « de lancement ».

 

Les +

  • Habitabilité
  • Volume de coffre
  • Ergonomie
  • Commande de boîte de vitesses

 

Les -

  • Moteur 1.2
  • Suspensions fermes sur les petites bosses
  • Espaces de rangement
Image

Yves Martin