Krups Dolce Gusto Movenza Prise en main

Krups Dolce Gusto Movenza

Prise en main

Publié le : 16/12/2016 

Avec ses lignes arrondies inspirées d’un grain de café, la Dolce Gusto Movenza ne passe pas inaperçue dans le rayon des cafetières à expressos à l’approche de Noël. Derrière son design singulier, on trouve une machine multi-boissons simple à utiliser et performante, mais qui souffre de quelques défauts d’ergonomie et d’un prix plutôt élevé (200 €).

 

Un design atypique

Apprécié ou détesté, le design de la Movenza ne laisse pas indifférent. C’est son but : après la cafetière Drop fin 2015, que Krups qualifiait de « chef-d’œuvre » esthétique, la marque se targue aujourd’hui de proposer un « objet de design » plus qu’une simple cafetière. Imposante (38,7 cm de profondeur et 17,8 cm de largeur), la machine aura plus sa place sur le plan de travail d’un grand loft que dans une cuisine étriquée.

La Movenza est constituée de deux plastiques différents. Le bas de la machine arbore un effet métal brossé réussi (noir ou argent), et sa partie supérieure est en plastique brillant noir, peu sujet aux traces de doigts.

visu-krups-drop-movenza
La cafetière Drop (à gauche) et la Movenza (à droite)

 

30 boissons simples à préparer

Un appui sur l’avant de la cafetière entraîne son allumage. Sa forme de grain de café disparaît quand se lève la « tête » de la Movenza (qui rappellera l’Alien de Ridley Scott aux cinéphiles). L’usage montrera si le bras mécanique est suffisamment fiable pour supporter des centaines de déploiements. Dommage qu’il n’y ait pas de bouton permettant de refermer la machine en douceur, il faudra le faire manuellement. On regrette également l’absence de bouton d’extinction : un voyant vert rappelle que la Movenza reste en permanence en veille.

La cafetière ne compte aucun bouton physique. Tout se fait via une interface tactile très intuitive. Un voyant bleu permet d’envoyer de l’eau froide, un voyant rouge de l’eau chaude. Une courbe centrale permet de régler la taille de sa boisson. Elle compte 8 niveaux, mais il est impossible de savoir à première vue à quelle quantité ils correspondent.

Heureusement, le réglage recommandé est indiqué sur les capsules Dolce Gusto. Mieux vaut suivre cette indication que tenter de calculer soit même la quantité désirée, d’autant que la machine n’est pas très précise. Sur une dizaine de tentatives, le premier réglage nous a délivré de 40 à 70 ml ; le second 70 ou 80 ml (contre 50 ml annoncés sur la boîte de capsules Espresso) ; le troisième de 100 à 130 ml, etc. Le septième niveau nous a délivré 220 à 270 ml de boisson : gare aux débordements si votre tasse n’est pas adaptée ! Il est possible à tout moment de stopper l’écoulement de la boisson.

La gamme Dolce Gusto comprend une trentaine de boissons : cafés serrés, « du matin » (au lait, Ricoré) ou gourmands (cappuccino, latte machiatto caramel, etc.), chocolats, thés et boissons froides. Les boîtes de capsules sont vendues 4,59 €. Elles permettent de réaliser 16 ou 8 tasses (les boissons lactées nécessitent deux capsules), ce qui implique un coût de 28 ou 57 centimes par préparation. Des capsules compatibles sont disponibles dans le commerce.

La variété des boissons proposées satisfera toute la famille, du Nesquick des enfants au thé des parents. Les boissons « doubles » sont simples à réaliser. Il suffit simplement d’insérer les deux capsules (dont les couleurs sont différentes) les unes après les autres.

Nos tests en laboratoire (disponibles dans leur intégralité dans quelques semaines) montrent que le temps de préchauffage et de préparation du premier café est de 26 secondes, ce qui est rapide. La température du café est excellente, selon nos experts, qui saluent aussi la facilité de préparation.

On note que les capsules Dolce Gusto ont tendance à goutter abondamment une fois la boisson préparée. Il conviendra donc de vider régulièrement le repose-tasse. Pour éviter les fuites lorsque la cafetière n’est pas utilisée, la machine empêche la fermeture du bras tant que la capsule usagée n’a pas été retirée.

visu-krups-positions-movenza
La Movenza dans ses différentes positions.

 

Des manipulations malaisées

Si préparer une boisson est un jeu d’enfant, la Movenza souffre de quelques soucis ergonomiques. Le gros bémol est l’impossibilité de connaître le niveau d’eau de la machine d’un coup d’œil, le réservoir (passé de 0,8 l pour la Drop à 1 l sur ce modèle) étant opaque. S’il se vide en pleine préparation d’une boisson, la machine suspend la préparation et la reprend où elle s’était arrêtée une fois le réservoir rempli. Le réservoir, à cause de sa forme, est en outre assez difficile à retirer et à remettre en place.

On regrette également que le repose-tasse, qui peut être positionné sur trois niveaux, empêche la fermeture du bras de la Movenza s’il n’est pas placé sur le niveau le plus bas. Il faudra donc le retirer et le remettre à chaque utilisation… Les tests en laboratoire confirment les petites faiblesses de la machine sur le critère « manipulations ».

La cafetière est par contre facile à nettoyer. Le mode d’emploi préconise un détartrage tous les 3 à 4 mois. Si vous avez tendance à l’oublier, pas de panique : la Movenza dispose d’un voyant lumineux pour le rappeler.

Aissam Haddad

Rédacteur technique