Lave-vaisselle Bosch

Alerte incendie

Publié le : 07/09/2013 

Depuis le 30 août, le groupe BSH communique sur le risque d’incendie qui touche des lave-vaisselle de marque Bosch, Siemens et Neff fabriqués entre 1999 et 2005. Une procédure par Internet ou par téléphone est en place pour les consommateurs.

 

Depuis quelques jours, le groupe BSH ne lésine pas sur les moyens pour avertir les consommateurs du risque de départ de feu sur certains lave-vaisselle de marque Bosch, Siemens ou Neff. Nous avons publié un rappel sur ces produits dès le 30 août.

Les appareils concernés ont été vendus entre 1999 et 2005. Une procédure d’identification par Internet a été mise en place. Pour savoir si votre lave-vaisselle est concerné, il faut entrer sur le site www.dishcareaction.fr trois éléments, à relever sur l’étiquette apposée sur le côté ou le haut de la partie interne de la porte : le numéro de modèle, le numéro de lot et le numéro de série. La même démarche est possible par téléphone au 0800 974 586.

Si votre lave-vaisselle fait partie des appareils comportant la platine électronique potentiellement déficiente, une réparation pourra être demandée, mais la pièce de rechange ne sera disponible qu’à la mi-septembre. Le fabricant propose aussi une ristourne de (seulement !) 20 % sur l’achat d’un lave-vaisselle neuf. Dans tous les cas, dans l’attente d’une solution, l’appareil ne devra pas être utilisé sans personne à côté, le communiqué du groupe BSH est sans équivoque : « Nous recommandons aux propriétaires des lave-vaisselle concernés de n'utiliser l'appareil que sous surveillance. C'est-à-dire qu'il faut une personne présente quand le lave-vaisselle est en marche ». Une précaution relativement inquiétante.

Selon des informations du journal allemand Die Welt, 5 millions de lave-vaisselle à travers le monde seraient touchés par le problème. Le quotidien signale aussi que le problème était connu depuis longtemps, puisqu’un rappel de produit pointant le même défaut a été lancé aux États-Unis en 2009. Bosch n’a ni confirmé ni démenti cette information. Mais surtout, n’a pas fourni d’explication sur le décalage entre la procédure américaine et celle qui concerne actuellement l’Europe.

Anne-Sophie Stamane

Contacter l’auteur(e)

asstamane