Lave-vaisselle Choisir le bon lave-vaisselle

Lave-vaisselle

Choisir le bon lave-vaisselle

Même s’il n’est pas autant plébiscité que le lave-linge ou le réfrigérateur, le lave-vaisselle équipe tout de même près de 60 % des foyers. Qu’il s’agisse d’un premier achat ou d’un renouvellement d’équipement, voici toutes les questions à se poser avant d’acheter un lave-vaisselle.

 

Test Que Choisir : Comparatif Lave-vaisselle

Avez-vous besoin d’un lave-vaisselle ?

L’aspect pratique et économique du lave-vaisselle n’est plus à démontrer. Côté consommation d’eau et d’électricité, laver à la main requiert au minimum 30 litres d’eau par lavage. Un lave-vaisselle consommera moins de 15 litres par cycle. À la main, le coût de l’énergie nécessaire pour chauffer l’eau sera comparable à la consommation du lave-vaisselle, soit un modeste 25 centimes par lavage.

Si vous avez pour habitude de nettoyer à chaque repas votre vaisselle et que vous mettez moins de 15 minutes pour laver et sécher, le lave-vaisselle n’est pas indispensable. Il faut savoir qu’un lave-vaisselle nettoie à haute température avec des détergents qui ne se valent pas tous, du liquide de rinçage et du sel régénérant. Il peut abîmer la vaisselle fragile. Le coût des tablettes tout-en-un (jusqu’à 30 centimes d’euros par lavage) ou du détergent, liquide de rinçage et sel régénérant est à intégrer dans le budget.

Notez que suivant le programme sélectionné, il faut parfois attendre jusqu’à 2 h 30 par cycle, voire 4 h sur certain modèles, pour récupérer une vaisselle propre et sèche.

Bon à savoir

- Les ustensiles en bois, les couverts en argent, les verres en cristal, la vaisselle avec motifs ou craignant la chaleur se lavent à la main.

- Certains accessoires de robots ménagers, machine à pain, cafetière expresso, mixeur plongeant… peuvent aussi être nettoyés au lave-vaisselle. Consultez la notice.

- Les salissures sèchent à l’air libre et deviennent de plus en plus difficiles à nettoyer. Au-delà de 48 h, il vaut mieux lancer un cycle de trempage ou bien un lavage, même si le lave-vaisselle n’est pas rempli.

Où l’installer ?

Près de l’évier, vous profitez de l’arrivée d’eau et de l’évacuation existantes. L’intervention d’un plombier pour la pose d’un robinet et le raccordement d’un siphon à l’évacuation peut être nécessaire. Sans oublier la prise de courant, à protéger par un disjoncteur séparé.

Prévoyez 45 cm de largeur pour un 9 à 10 couverts. Les 12 à 16 couverts – les plus vendus – ont une largeur de 60 cm. La profondeur des appareils est généralement de 60 cm. Attention aux plinthes épaisses et autres tuyaux qui pourraient faire obstacle à la bonne pose du lave-vaisselle. La hauteur à prévoir est de 90 cm pour un pose libre et un intégrable de grande capacité. Prévoyez 85 cm pour un intégrable standard.

Si vous manquez de place, les mini-lave-vaisselle 6 couverts tiennent dans un cube de 55 cm de largeur, 44 cm de hauteur et 50 cm de profondeur. Ils sont largement suffisants pour deux personnes. Il existe aussi des 8 couverts qui s’encastrent dans une niche de 60 cm de largeur, 60 cm de hauteur et 50 cm de profondeur.

Mini-lave-vaisselle 6 couverts

Intégrable ou pose libre ?

Lave-vaisselle pose libre (à gauche) et intégrable (à droite).

Plus cher, un lave-vaisselle intégrable est destiné à une niche de 81 à 87 cm de hauteur. Il pourra être habillé d’une façade (non fournie) assortie aux autres meubles de la cuisine. Les commandes d’un lave-vaisselle « full » intégrable, lorsque la porte est fermée, sont invisibles et inaccessibles à un enfant. La durée du cycle restant ne peut alors être affichée. Si cette option vous intéresse, optez pour un intégrable avec bandeau apparent, avec façade d’habillage adaptée. Certains fabricants proposent des lave-vaisselle intégrables XXL avec des hauteurs d’encastrement de 85 à 90 cm.

Un lave-vaisselle pose libre possède des parois, une porte déjà habillée et un bandeau de commande en façade. Le couvercle supérieur de l’appareil – appelé aussi « top » – peut, sur de nombreux modèles, se retirer. Cela permet de gagner un peu de hauteur et faciliter son installation sous un plan de travail.

Quelles options et programmes choisir ?

Selon notre enquête sur l’utilisation de votre lave-vaisselle, le programme « auto », « normal » ou « principal » est a priori le programme le plus utilisé. Le programme « éco » l’est un peu moins. Les programmes « intensif » et « rapide » sont lancés occasionnellement. Nous vous conseillons de choisir un appareil qui se limite à l’essentiel des programmes : « auto » ou « normal », « éco », « rapide », « intensif » et « trempage ». Il sera plus simple à utiliser et à comprendre.

Le programme « auto » ou « normal » est prévu pour laver tout type de vaisselle avec des salissures quotidiennes normales. Le programme « auto » est censé adapter le cycle en fonction du degré de salissure. Il écourtera la durée de nettoyage si le capteur de salissures n’en détecte plus. Vous gagnerez ainsi quelques dizaines de minutes et des centimes d’euros en eau et électricité. Comptez entre 1 h 30 et 3 h par lavage en programme normal.

Le programme « éco » est beaucoup plus long que le « normal ». Il optimise la consommation d’eau en utilisant, par exemple, la dernière eau de rinçage pour prélaver le cycle suivant. La température de l’eau est en général plus basse (45 à 55 °C) et permet de gagner quelques centimes d’électricité. Pour compenser, les durées des phases de lavage et de séchage sont plus longues. Comptez de 2 h 30 à 4 h par lavage.

Le programme « intensif » est prévu pour de la vaisselle très sale. Idéal pour les plats et casseroles par exemple. La consommation d’électricité est plus élevée car la température de lavage est très haute (au-delà de 70 °C).

Le programme « trempage » permet d’humidifier les salissures très incrustées ou ayant séché pendant plusieurs heures dans le lave-vaisselle. Il dure environ 15 minutes. Juste après ce programme, vous pouvez lancer un cycle intensif ou auto, en prenant soin de mettre du détergent. Pas de miracle non plus, mieux vaut faire tremper dans votre évier avec quelques gouttes de liquide vaisselle un plat qui a servi à cuire un gratin. Les lave-vaisselle de notre test comparatif qui obtiennent de bons résultats en lavage « de plats et casseroles » sont assez performants pour venir à bout des taches les plus tenaces, même avec un programme normal.

Le programme « rapide » dure entre 30 et 60 minutes. Il permet de réaliser un cycle de lavage express pour de la vaisselle peu sale et fraîche. L’inconvénient est le séchage. Un essuyage au torchon est indispensable.

Tiroir ou panier pour les couverts ?

Lave-vaisselle avec panier (à gauche) et tiroir (à droite). Le tiroir, situé tout en haut, limite forcément la place en hauteur.

Pas de différences au lavage, c’est une question d’habitude. Un tiroir libère de la place dans le grand panier inférieur mais il en prend dans la partie supérieure. Sur certains modèles, il est difficile d’y entreposer des grands saladiers, par exemple. L’inconvénient des tiroirs est le temps de chargement et déchargement. Il est vrai qu’avec un panier, les couverts sont à récupérer par poignées pour les ranger dans le tiroir ad hoc. 

Quel budget ?

Pour un lave-vaisselle pose libre de 60 cm de largeur, les premiers prix commencent à 250 €, les modèles haut de gamme atteignent 1 200 €. Les prix ont baissé ces 10 dernières années, passant de 550 € en moyenne en 2005 à 450 € aujourd’hui. Les fabricants ont fait évoluer leurs méthodes de production : rivetage, assemblage sans possibilité de démontage, voire cuve en plastique et non plus en Inox. Les cuves en plastique auraient, a priori, les mêmes caractéristiques que l’acier. Que valent-elles dans le temps ? Difficile de répondre pour le moment. Seules certitudes, si votre appareil tombe en panne, les pièces détachées sont chères.

Le bruit est-il un facteur important ?

Il peut être gênant si votre cuisine donne sur votre salon, mais il existe des lave-vaisselle silencieux. La valeur en décibel mentionnée sur l’étiquette énergétique de l’appareil est déclarée par le fabricant. En dessous de 42 décibels, l’appareil est censé être silencieux.

Quelle classe énergétique choisir ?

L’étiquette énergétique est obligatoire pour tous les appareils. Les fabricants doivent y déclarer la consommation d’eau et d’électricité calculée pour 280 cycles par an. Le bruit mesuré suivant le même protocole doit aussi être indiqué, au même titre que le nombre de couverts, la marque et le modèle. La classe énergétique et d’efficacité de séchage y figurent également.

La classe énergétique affichée sur l’étiquette énergétique devrait être calculée en fonction de la consommation électrique du programme standard. En réalité, les fabricants utilisent les valeurs du programme éco, moins énergivore et plus long. La formule qui permet de déterminer la classe énergétique tient compte de la puissance consommée pour 280 cycles, de la moyenne d’électricité consommée en mode « arrêt total » ainsi qu’en « mode allumé avec bouton actif », du nombre de couverts, de la largeur de l’appareil et d’autres constantes qui nous laissent sceptiques. Les appareils de classes énergétiques élevées (A++ ou A+++) sont les plus chers du marché. Au regard des faibles consommations d’électricité enregistrées par les lave-vaisselle (30 à 40 € annuels), l’économie d’énergie ne compense pas le surcoût, même sur des années. 

Quelle durée de vie ?

Notre étude de fiabilité nous apprend qu’une grande majorité des lave-vaisselle ont une durée de vie de plus de 10 ans, à condition de les entretenir un minimum : nettoyage régulier du filtre et du calcaire au niveau des joints avec du vinaigre blanc. Un joint n’est efficace que sur une surface lisse.

Les lave-vaisselle sont-ils équipés de systèmes de sécurité ?

Système « aquastop » sur un lave-vaisselle Whirlpool.

Tous les appareils disposent d'un système antidébordement qui déclenche automatiquement la vidange en cas d'entrée d'eau en continu dans la machine. Certains offrent un dispositif complémentaire, par exemple un flotteur au fond de la cuve pour détecter un niveau d'eau excessif. « L’aquastop » est un boîtier (voir photo) qui coupe l'alimentation en cas de fuite au niveau du tuyau d'arrivée. Le « waterstop », qui lui ressemble, est simplement constitué d'un boîtier avec un double tuyau permettant le passage du trop-plein du premier dans le second. Vous n'êtes pas inondé, mais vous continuez à consommer de l'eau sans le savoir... 

La sécurité enfant verrouille la porte par un système mécanique ou électronique, afin d'empêcher toute modification de la programmation choisie si l'enfant touche un bouton ou une commande ; elle empêche l'accès aux bacs à produits (source d'intoxication) ou à l'intérieur de la cuve (source de brûlures, car elle est très chaude en fin de cycle).

Test Que Choisir : Comparatif Lave-vaisselle

Aissam Haddad

Rédacteur technique