Moustache Friday 27 FS Speed Premières impressions

Moustache Friday 27 FS Speed

Premières impressions

Publié le : 14/03/2021 
Moustache renouvelle son speed bike Friday 27 FS Speed avec quelques améliorations, notamment le nouveau compteur Bosch Nyon avec écran tactile et GPS intégré et la possibilité d’accueillir deux batteries pour une autonomie totale de plus de 100 km. Son nom ne change pas, mais son prix augmente significativement : il passe de 5 799 € à 6 299 € minimum. Nous avons pu le prendre en main pour livrer nos premières impressions. 
 

Image

Le Friday 27 FS Speed est le speed bike de Moustache. Et comme tous les speed bikes, il peut aller très, très vite : l’assistance électrique ne se coupe pas à 25 km/h comme pour les vélos électriques classiques, mais à 45 km/h. Il sort d’ailleurs du cadre légal du vélo pour rejoindre celui des cyclomoteurs 50 cc, avec les obligations réglementaires associées. Le pilote doit ainsi être titulaire du permis de conduire B, A ou AM, il doit aussi porter un casque et des gants. Assurance et immatriculation sont obligatoires. Enfin, il est interdit sur les pistes cyclables.

Image
Comme tout cyclomoteur, le Friday 27 FS doit être immatriculé et la plaque éclairée.

Si Moustache livre habituellement des vélos haut de gamme, le Friday 27 FS Speed est carrément… ultra premium. Il est en effet vendu 6 299 € (batterie 625 Wh) ou 7 199 € (version « Dual » avec deux batteries totalisant 1 125 Wh), contre 5 799 € pour la précédente version. À ce prix, c’est heureusement un vélo très bien équipé aux finitions soignées. Moustache développe en interne les cadres de ses vélos et les jantes de ses roues. Les composants, homologués pour les speed bikes, sont parmi les plus performants : pneus Schwalbe (Super Moto X), freins à disque Magura (203/180 mm), transmission Shimano (XT 11 vitesses), selle Brooks (Cambium).

Côté électrique, le Friday 27 FS Speed est équipé d’un moteur Bosch Performance Line Speed et d’un nouveau compteur Nyon intégrant un GPS, un écran tactile et une connexion au smartphone. La batterie (PowerTube 625 W) intégrée au cadre offre, selon Bosch, une autonomie de plus de 60 km. La batterie externe (PowerPack 500 W) de la version FS Speed « Dual » ajouterait 50 km environ. Ces données indicatives dépendent toutefois de nombreux paramètres (relief du parcours, gabarit du cycliste, mode d’assistance notamment).

Ce vélo, comme les autres speed bikes, est à envisager pour les longs trajets, qui comprennent de la route en plus de la ville, pour gagner du temps.

Pilotage

Nous avons pu prendre en main le vélo sur un parcours d’une vingtaine de kilomètres entre La Défense et Versailles, en région parisienne. Une fois en selle, tête dûment casquée et mains gantées, le poste de pilotage réserve une première surprise : contrairement à un vélo classique, le frein arrière est situé à gauche et le frein avant à droite (réglementation oblige). Le grand compteur central en couleur promet une bonne lisibilité. À gauche, la commande déportée permet de naviguer dans les menus et surtout, une fois en route, de changer le mode d’assistance parmi les 4 proposés. À ses côtés, le klaxon de rigueur, et au bout du cintre, le rétroviseur, lui aussi obligatoire. À droite, un bouton pour passer l’éclairage du mode plein phare au mode veille.

Image
Le poste de pilotage « homologué 50 cc », avec un rétroviseur gauche, un avertisseur sonore et des phares à commande déportée, un compteur qui affiche la vitesse en permanence.
 

Dès les premiers kilomètres, le moteur délivre une assistance progressive et mordante ; si le terrain le permet, on atteint rapidement les 45 km/h. Le port de lunettes est d’ailleurs conseillé : à cette vitesse, les larmes brouillent la vue ! Le moteur permet d’avaler les montées, même raides, à 20 km/h en « moulinant » (c’est en pédalant à bonne cadence que le moteur est le plus efficace). Attention, les descentes longues et raides peuvent faire exploser le compteur (nous avons dépassé les 50 km/h !). À cette allure, aucune erreur de pilotage n’est permise. Et toute grisante qu’elle soit, une telle vitesse pousse à actionner les freins, par prudence. Ceux-ci s’avèrent doux en situation normale, très puissants pour un arrêt d’urgence. Ainsi, et grâce à la réactivité et à la stabilité du vélo, l’appréhension initiale du speed bike et de sa dangerosité potentielle laisse peu à peu la place à un sentiment de sécurité. Du moins pour un cycliste confirmé. Piloter ce genre d’engin exige non seulement une connaissance parfaite du code de la route, mais aussi des réflexes de cycliste doublés d’une bonne anticipation du comportement des automobiles qui sont, il faut le dire, les premières surprises de voir des vélos si rapides. Si vous êtes frileux ou débutants, commencez par un vélo électrique classique.

Image
Le moteur conduit vite aux 45 km/h, une vitesse qui ne tolère aucune erreur de pilotage et exige de bons réflexes de cycliste… et d’automobiliste.

Confort

Une fois identifiées, les commandes du guidon tombent sous les doigts, inutile de baisser le regard pour prévenir d’un danger en klaxonnant ou changer de mode d’assistance sur le compteur. D’autant que l’écran de cet afficheur Nyon change de couleur en fonction du mode choisi. En plus de la vitesse qu’il doit, comme tout autre scooter, afficher en permanence, le compteur peut donner le nombre de kilomètres parcourus, la fréquence de pédalage ou encore le nombre de calories brûlées. Il sert aussi de GPS pour vous mener à destination, et intègre une connexion Bluetooth pour communiquer avec votre smartphone via l’application eBike Connect de Bosch. Bien sûr, il informe aussi de l’état de la batterie et adapte l’autonomie restante au mode d’assistance sélectionné. L’écran lisible offre un accès direct et confortable aux constantes du trajet.

Image
Outre la vitesse, le compteur affiche le dénivelé, le niveau de la batterie ou encore l’effort fourni par le cycliste et le moteur pendant le trajet.

Le vélo en lui-même est constitué d’un cadre « tout suspendu », c’est-à-dire qu’à la suspension avant, dans la fourche, s’ajoute une suspension centrale. Ce Friday 27 FS Speed encaisse ainsi les pavés, les ralentisseurs et autres déformations de la chaussée en ménageant votre dos. Moustache a équipé le vélo des jantes qu’il destine habituellement à ses VTT, des modèles larges qui offrent aux pneus un bon « ballon », comprenez un bon rebondi. Les batteries sont installées très bas sur le cadre, ce qui place le centre de gravité au plus près du cœur du vélo, assurant ainsi une bonne maniabilité, notamment quand il faut sèchement changer de direction ou s’insérer dans la circulation.

Image
Le Friday 27 FS Speed est un vélo suspendu doté d’un amortisseur central en plus de la suspension de la fourche.

Le Moustache Friday 27 FS Speed en résumé

Difficile de trouver des défauts à ce Friday 27 FS Speed parfaitement pensé pour son usage : permettre aux cyclistes avertis de rouler vite sur des trajets adaptés. Mais le budget requis exige d’y réfléchir à deux fois avant d’investir dans ce speed bike ultra haut de gamme. Le prix moyen des speed bikes est plus bas (autour de 5 000 €), on trouve des speed bikes moins chers chez d’autres fabricants comme Gazelle ou Trek Bikes (à partir de 3 800 €).

Camille Gruhier