Mutuelle des étudiants La MGEN au chevet de la LMDE

Mutuelle des étudiants

La MGEN au chevet de la LMDE

Publié le : 20/02/2013 

En grande difficulté, La mutuelle des étudiants (LMDE) accepte de la part de la Mutuelle générale de l’éducation nationale (MGEN) une aide qui ressemble fort à une prise de contrôle. Un soubresaut de plus dans le calamiteux dossier des mutuelles étudiantes.

 

Que Choisir l’évoquait en septembre 2012, c’est désormais officiel. La mutuelle des étudiants (LMDE, ex-Mnef) va « s’adosser » à la puissante Mutuelle générale de l’éducation nationale (MGEN) pour éviter l’effondrement. Le poids lourd mutualiste – 2 milliards d’euros de chiffre d’affaires, 1,8 milliard de fonds propres – a avancé en urgence 3 millions d’euros à la LMDE pour lui éviter le défaut de paiement. Dans les mois qui viennent, une « gouvernance partagée » va être mise en place, a déclaré la présidente de la LMDE, Vanessa Favarro. Tout en refusant de parler d’« absorption », elle a cru bon de préciser que le « périmètre d’emploi » de la LMDE serait maintenu, ce qui laisse entendre que les services de la MGEN vont assumer des tâches touchant au cœur du fonctionnement de la LMDE.

Les deux entités ont des liens déjà solides. La MGEN est la mutuelle de substitution de la LMDE (sa caution, en quelque sorte). Leurs plateformes informatiques sont communes, ce qui simplifierait énormément une fusion, si jamais elle devait finalement avoir lieu.

Depuis des mois, la gestion chaotique de la LMDE défraye la chronique. Les difficultés rencontrées par les assurés pour se faire rembourser ou même pour obtenir un simple renseignement, ont comme corollaire des indicateurs internes qui virent au rouge. La mutuelle, qui ne publie pas ses comptes détaillés, aurait accumulé 65 millions d’euros de dette, soit presque un an d’activité. Son taux de décroché (prise en ligne des appels) a chuté au-dessous des 45 %.

Le professionnalisme de la MGEN étant avéré, cette prise en main est sans doute une bonne nouvelle pour les assurés de la mutuelle, soit environ un étudiant sur deux. Néanmoins, le sauvetage de la LMDE, 13 ans seulement après sa création sur les ruines de la MNEF, redonne aussi du souffle à  l’exception contestable de la sécurité sociale étudiante. L’UFC-Que Choisir, tout comme le syndicat étudiant SUD, sont favorables à sa suppression pure et simple et à l’intégration directe des étudiants au régime général, ce qui éviterait nombre de procédures administratives coûteuses et superflues.

Pour l’anecdote, on relèvera aussi que la mutuelle des enseignants se retrouve désormais en mesure de contrôler l’Unef, le  principal syndicat étudiant. Il ressort en effet clairement d’éléments publiés par Le Monde du 18 février 2013 que le syndicat est financièrement dépendant des largesses de la LMDE, dont il a toujours tenu le conseil d’administration…

Erwan Seznec