Mutuelle des étudiants

La question des emplois politiques à nouveau posée

Publié le : 17/06/2014 

L’actuelle secrétaire d’État à la famille et aux personnes âgées, Laurence Rossignol a été salariée de la Mutuelle des étudiants (LMDE) pendant 18 ans, dans la plus complète discrétion.

 

« Cette mutuelle a trop de cadres au sommet et pas assez de petites mains pour faire le travail administratif. Et ces cadres, qui plus est, sont souvent choisis sur des critères politiques. » Tels étaient les propos d’un ancien responsable de la Mutuelle des étudiants (LMDE), dont nous détaillions les graves difficultés dans un article publié il y a 2 ans. Notre enquête auprès des étudiants pointait des dysfonctionnements de toute sorte : carte Vitale non délivrée, retards considérables dans les remboursements de frais médicaux, erreurs de saisie des dossiers, renseignements impossibles à obtenir… La solution la plus appropriée à l’intérêt des étudiants, avançait l’UFC-Que Choisir, serait une remise à plat complète, avec gestion directe par l’assurance maladie. Un point de vue partagé par le directeur général de la CNAMTS (Caisse nationale d’assurance maladie des travailleurs salariés) : « Si les mutuelles étudiantes n’arrivent pas à gérer à bon prix, autant les réintégrer dans l’assurance maladie », suggérait Frédéric van Roekeghem devant une commission sénatoriale en novembre 2011.

Le débat est toujours d'actualité d'autant que, depuis, la situation de la LMDE ne s’est guère arrangée. Malgré la prise de contrôle par la puissante Mutuelle générale de l’Éducation nationale (MGEN), l’an dernier, le traitement des dossiers est toujours aussi lent et chaotique. Les courriers reçus à Que Choisir et les forums en attestent. Père d’un étudiant adhérent de la LMDE, Gérard Pain a monté le site « Se grouper pour agir » (1) afin d’aider les mécontents dans l’espoir de débloquer des dossiers. Passé une période de contacts plutôt positifs avec la direction, il « désespère aujourd’hui de voir s’améliorer un jour la gestion de cette mutuelle ».

Un cas particulier ravive les interrogations sur cette gestion chaotique, et plus particulièrement sur la question des recrutements des cadres gestionnaires de la LMDE, où l'appartenance politique semble être un critère de sélection. C’est celui de Laurence Rossignol, actuelle secrétaire d’État à la famille et aux personnes âgées. Mme Rossignol a toujours dit avoir travaillé à la Mnef, ancêtre de la LMDE, à partir de 1993. « Le Monde » du 9 avril 2014 parle d’un « passage à la Mnef » dans le portrait qu’il lui consacre. Ce passage a en fait duré 18 ans, de 1993 à 2011, date à laquelle Mme Rossignol est devenue sénatrice.

Interrogé, son cabinet nous a fait savoir qu’elle avait été chargée d’études à la direction Santé et Prévention de la mutuelle, à temps plein jusqu’en 2004, puis à tiers-temps jusqu’en 2011, avec une rémunération de l’ordre de 1 200 € nets par mois (soit 3 600 € nets équivalent plein temps).

La seule trace de son activité que nous ayons trouvée sur Internet est un rapport datant de 2006. Il s’agit d’un guide humoristique de 24 pages sur la sexualité des jeunes, où elle est mentionnée comme rédactrice en chef. Mme Rossignol a « pensé, élaboré et rédigé » de nombreuses autres brochures à destination des jeunes, fait savoir une collaboratrice de son cabinet.

« Elle est créditée comme rédactrice en chef pour quelques brochures, mais je sais qu’elle ne les a pas écrites parce que c’est moi et des collègues qui les avons faites, soutient de son côté un ancien salarié de la LMDE. Elle venait très rarement. Son bureau, pas très loin du mien, était toujours fermé. Les syndicats ont d’ailleurs fini par s’émouvoir de cette situation quand on a commencé à parler de suppressions de postes à la LMDE. La question s’est réglée car elle a démissionné quand elle est devenue sénatrice. » Propos confirmés par un autre cadre, lui aussi parti de la LMDE.

Ces 10 dernières années, avant de devenir sénatrice, Mme Rossignol a occupé plusieurs fonctions : conseillère municipale d’opposition à Compiègne, vice-présidente du Conseil régional de Picardie chargée de la vie associative, de la jeunesse et de l’économie sociale, mais également secrétaire nationale du PS chargée des droits des femmes, puis de l’environnement.

Longue carrière à la LMDE

Jamais Mme Rossignol, qui anime un blog et qui s’exprime fréquemment dans les médias, n’a mentionné son activité de chargée d’étude à la LMDE. Des personnalités politiques de Picardie que nous avons interrogées ignoraient sa longue carrière à la mutuelle.

Tant à Compiègne qu’à la Région, Mme Rossignol a été une élue travailleuse et assidue, les comptes rendus de conseils en attestent. Il est difficile de ne pas s’interroger sur le temps que la chargée d’étude LMDE a pu réellement consacrer aux étudiants pendant de longues périodes, en particulier les campagnes électorales. Nous avons évidemment sollicité la LMDE et le cabinet de Mme Rossignol à ce sujet, sans obtenir de réponse claire à deux interrogations élémentaires : si Mme Rossignol a vraiment été au service de la santé des étudiants si longtemps, ce qui est tout à fait honorable, pourquoi l’avoir tu ? Si, au contraire, sa contribution à la marche de la LMDE a seulement été épisodique, pourquoi la mutuelle l’a-t-elle rétribuée si longtemps malgré ses difficultés financières récurrentes ?

Même modeste, la carrière de Mme Rossignol au sein de la LMDE n’en jette pas moins un trouble sur la bonne gestion d’une mutuelle étudiante toujours en proie à de grandes difficultés financières et qui répond toujours aussi mal aux attentes des étudiants. « Le statu quo n’est guère envisageable », concluait la mission sénatoriale. Le constat d’insuffisance dénoncé par l’UFC-Que Choisir a largement été étayé depuis par la Cour des comptes. A l’heure où Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales, est à la recherche d’économies budgétaires, l’UFC-Que Choisir déplore l’immobilisme des pouvoirs publics sur le dossier des mutuelles étudiantes. 

 

1. http://mutuelles-sgpa.fr/