Prime Vivrelec

EDF sur la sellette

Publié le : 17/02/2009 

L'affaire de la prime Vivrelec, promise par EDF aux acquéreurs d'un logement neuf équipé d'un chauffage électrique performant, prend des proportions nationales. Elle pourrait porter sur quelques centaines de millions d'euros.

 

« Pour rafler le marché du logement neuf, EDF promettait une prime Vivrelec à l'acquéreur s'il s'équipait d'un chauffage électrique performant. Mais certains l'attendent encore. » En février 2008, « Que Choisir » racontait le combat judiciaire que Jean-Paul Roumieu avait mené pour faire reconnaître ses droits et les drôles d'ententes que les constructeurs de maisons individuelles et EDF avaient nouées sur le dos des acquéreurs (Pour lire cette enquête, cliquez ICI). En principe, la prime Vivrelec promise par EDF entre 1997 et 2004 devait être versée au particulier qui faisait construire une maison correspondant aux exigences du label Promotelec.

En réalité, Jean-Paul Roumieu avait découvert que dans son département, le Tarn-et-Garonne, elle était empochée par les constructeurs avec la bénédiction d'EDF ! Une pratique illégale, a tranché la cour d'appel de Toulouse en juin 2006 : le seul bénéficiaire de la prime, c'est le particulier.

L'affaire pourrait devenir embarrassante pour EDF, car d'après des recoupements récents, si l'entourloupe a été nationale, elle porterait sur quelques centaines de millions d'euros. C'est peut-être pourquoi la direction de la communication d'EDF, suite à notre article, a rédigé une note interne intitulée « Éléments de langage à destination des médias » dont nous avons pris connaissance. On y lit que tous les constructeurs du Sud-Ouest épinglés par Jean-Paul Roumieu sont éliminés des partenariats EDF. Pour le reste, la prime Vivrelec est présentée comme une « aide », ce qui vise sans doute à semer la confusion dans les esprits. Pas sûr que ça suffise à éteindre l'incendie. D'après ce document interne, le lièvre soulevé dans le Tarn-et-Garonne semble bien d'ampleur nationale.

Élisabeth Chesnais

Contacter l’auteur(e)