Sièges auto

Les conséquences d'une mauvaise installation

Publié le : 14/07/2010 

L'absence de système de retenue pour enfant ou une mauvaise installation sont monnaie courante. Pourtant, les répercussions en cas d'accident peuvent être terribles. En complément de nos tests classiques, notre laboratoire a réalisé des essais dynamiques avec des sièges mal installés ou sans siège. Ces essais ont été filmés, les vidéos parlent d'elles-mêmes.

 

1. Différents chocs frontaux à la place avant

1.1 - Siège catapulté par l'airbag - Groupe 0+

Cette vidéo illustre l'accident le plus redouté en cas d'installation d'une coque 0+ à l'avant. Le siège est bien installé, dos à la route, mais l'airbag n'est pas désactivé. Il projette très violemment le siège enfant vers l'arrière. Le risque de blessure grave au niveau de la nuque et du cerveau est très élevé.

 

1.2 - L'airbag est désactivé - Groupe 0+

Ici, le siège du groupe 0+ est bien installé et l'airbag désactivé. La coque est bien retenue et ne touche pas la planche de bord. Cette vidéo sert de référence pour le groupe 0+ et doit être comparée avec la précédente.

 

1.3 - Installation correcte du siège auto à l'avant - Groupe 2-3

Dans cette configuration, un « grand » de 10 ans a été installé à l'avant car il n'y avait plus de place à l'arrière. Le siège du passager a bien été reculé et l'on observe que l'airbag frontal accueille la tête de l'enfant après s'être complètement déployé. Il limite la course vers l'avant et prévient de tout contact avec la planche de bord.

 

1.4 - Le siège auto à l'avant est installé trop près de l'airbag - Groupe 2-3

Nous sommes dans le même cas que précédemment, mais le conducteur a oublié de reculer le siège du passager. En se déployant, l'airbag frappe la tête et le thorax de l'enfant. La violence du choc peut causer des blessures graves au niveau du visage et de la tête.

 

Un enfant à l'avant

Il est possible d'installer un enfant de moins de 10 ans à la place du passager avant mais la réglementation ne le permet que dans les trois cas suivants :

- si le véhicule ne dispose pas de banquette arrière ou si celle-ci n'est pas équipée de ceinture de sécurité ;

- si la banquette arrière est momentanément inutilisable ou déjà occupée par des enfants de moins de 10 ans (installés dans des systèmes de retenue adéquats) ;

- si l'enfant est transporté dans un siège "dos à la route" (sièges du groupe 0+ et certains sièges du groupe 0+/1).

Il faut en outre prendre certaines précautions : reculer le siège adulte en butée arrière et si le siège est dos à la route, désactiver l'airbag passager impérativement.

Les systèmes de retenue du groupe 0 (nacelles) ne peuvent jamais être installés à l'avant car elles sont conçues pour être fixées sur la banquette arrière uniquement.

2. Choc frontal - Enfant de 10 ans sans siège auto

Cette vidéo illustre le phénomène de sous-marinage. Le grand de 10 ans n'a pas voulu s'installer dans un siège spécifique (groupe 2-3) car c'est pour les bébés... et les parents ont jugé que leur enfant était finalement presque assez grand pour pouvoir se passer d'un rehausseur avec dossier. Pas de chance, c'est justement ce jour-là qu'un chauffard dépasse en côte et heurte le véhicule de face. Comme l'enfant n'est pas encore assez grand en taille, la partie ventrale de la ceinture de sécurité adulte est placée trop haut et repose sur l'abdomen, zone molle, et non sur de solides hanches qui pourraient retenir tout le corps. On observe que le mannequin glisse sous la ceinture ventrale. C'est ce que l'on appelle le sous-marinage. La ceinture s'enfonce profondément dans l'abdomen en faisant probablement éclater plusieurs organes. Pour (mal) finir, c'est la tête de l'enfant qui retient le corps en fin de course en s'accrochant à la partie diagonale de la ceinture : au mieux, il y aura une coupure superficielle, mais l'enfant risque d'être blessé au niveau des vertèbres.

 

3. Choc frontal - Groupe 0+ avec le siège auto installé face à la route

Les parents n'ont pas lu « Que Choisir » ni les conseils de base que l'on trouve un peu partout, notamment dans le manuel d'utilisation du siège, qui disent de toujours installer un siège du groupe 0+ dos à la route.

Le conducteur a installé son tout-petit à l'arrière mais pour plus de convivialité et pour garder un oeil sur lui (ce qui n'est pas prudent au volant), il l'a installé face à la route. Grave erreur : le siège n'est pas conçu pour être retenu dans cette position et l'enfant n'a pas la nuque assez solide pour retenir sa tête si elle est projetée vers l'avant. Non retenue en rotation, la coque se voit projetée loin de la banquette. Le bébé risque fort de percuter le siège du passager ou le pilier central du véhicule. Quant à ses vertèbres cervicales, il y a une grande probabilité pour qu'elles soient très gravement endommagées.

 

4. Choc frontal - Groupe 0+ avec les sangles de la ceinture de sécurité interverties

Le parent étourdi a mal lu (ou pas lu du tout) le manuel d'utilisation du siège. Il l'a mal installé en intervertissant les parties ventrale et transversale de la ceinture de sécurité adulte. Lors du choc, des zones non conçues pour encaisser de fortes contraintes mécaniques cèdent immédiatement (on voit nettement sur la vidéo les morceaux s'arracher), libérant le siège et le bébé qui sont projetés de manière impressionnante vers l'avant. Les images sont parlantes et l'enfant a très peu de chances de s'en sortir vivant.

 

5. Choc frontal - Groupe 2-3 avec la ceinture mal engagée et phénomène de sous-marinage

Dans ce cas de figure, la ceinture de sécurité adulte a été engagée par-dessus les accoudoirs du siège du groupe 2-3 avant d'être bouclée. Elle aurait dû passer dessous, de part et d'autre du siège.

Placée trop haut, la partie basse de la ceinture de sécurité pénètre dans l'abdomen et l'enfant glisse dessous (phénomène de sous-marinage) ; il est finalement retenu par sa tête qui s'accroche à la partie diagonale de la ceinture adulte. Le risque de blessure grave est élevé et multiple : éclatement d'organes au niveau de l'abdomen, blessure au niveau des vertèbres cervicales, plus blessure superficielle au niveau du cou (cisaillement de la ceinture de sécurité).

 

6. Choc frontal - Groupe 2-3 avec installation correcte du siège auto

Ici, le siège du groupe 2-3 est bien installé. Cette vidéo doit être comparée à la précédente. Bien que l'installation soit correcte et la protection bien meilleure que précédemment, cet exemple n'est pas un cas idéal : le buste du mannequin subit une rotation autour de la partie diagonale de la ceinture de sécurité et son épaule n'est plus retenue en fin de choc.

 

7. Choc latéral - Groupe 2-3 avec installation correcte du siège auto

Le siège du groupe 2-3 est bien installé. La protection est très bonne ; la tête reste bien dans le volume de protection du siège et le coussin latéral amortit parfaitement le choc, notamment au niveau de la tête.

 

8. Choc latéral - Groupe 2-3 sans le dossier

Nous conseillons de ne jamais retirer le dossier des sièges du groupe 2-3 et de ne pas utiliser de rehausseurs simples sans dossier. Cette vidéo en illustre la raison : en cas de choc latéral, la tête heurte directement la portière, avec les conséquences que l'on imagine au niveau du cerveau. L'épaule non plus n'est pas épargnée.

 

9. Choc latéral - Groupe 2-3 sans le dossier et avec un airbag rideau

Cette vidéo montre que la présence d'un airbag rideau ne remplace pas le dossier d'un siège du groupe 2-3. Il est placé trop haut et la tête du mannequin heurte quand même la portière.

Lars Ly

Rédacteur technique