Téléviseurs

L’OLED s’installe

Publié le : 11/12/2013 

Les écrans OLED sont appelés à se développer dans les mois à venir. Une technologie qui améliore sensiblement la qualité de l’image des téléviseurs comme le montre notre test sur un modèle Samsung de 55 pouces (140 cm), le KE55S9 vendu 8 000 €.

 

 

Test Que Choisir : Comparatif Téléviseurs

 

Les écrans plats LCD ou plasma ont été les produits phares des années 2000. Les fabricants de téléviseurs se sont livrés une lutte acharnée pour se tailler une bonne part du marché en baissant les prix de façon spectaculaire. Aujourd’hui, le vent semble avoir tourné et il reste peu d’acteurs. Même la sortie de nouvelles options telles que la Smart TV (télé connectée) ou l’écran 3D (télé en relief), n’ont pas réussi à faire repartir les ventes et les prix à la hausse. Pour un prix inférieur à 800 €, il est assez facile de trouver un appareil à rétroéclairage LED de 42 pouces (107 cm) qui soit full HD, équipé de la 3D et de la Smart TV, du Wi-Fi ou encore qui permette l’enregistrement sur disque dur externe. Dès lors, il devient difficile pour les fabricants de réaliser des marges importantes. Résultat, ils sont condamnés à proposer en permanence des nouveautés qui, ils l’espèrent, relanceront le marché à la hausse.

Les deux grandes innovations de l’année 2013 auront été les écrans à ultra haute définition (UHD), également appelés 4K, et les écrans OLED. En septembre 2013, nous avons publié les résultats d’un test effectué sur trois appareils UHD (Samsung UE85S9, LG 84 LM960V et Sony KD-65X9005A), vendus entre 7 000 et… 35 000 €. La qualité d’image était dans l’ensemble tout simplement exceptionnelle mais le prix dissuasif et le manque de contenus spécifiques nous avaient poussés à conseiller aux consommateurs d’attendre avant de se lancer dans l’achat d’un téléviseur UHD.

Cette fois-ci, notre test porte sur l’autre nouveauté de l’année, les écrans OLED. Le terme nouveauté n’est cependant pas rigoureusement exact puisque cela fait maintenant plusieurs années que des industriels proposent des écrans équipés de cette technologie. Cependant, il ne s’agissait jusqu’à présent que d’appareils de petite taille et vendus de façon assez anecdotique à des prix très élevés. Mais l’offre évolue. Les fabricants commencent à mettre sur le marché des téléviseurs OLED avec de plus grandes diagonales d’écran et à des prix qui vont progressivement devenir plus acceptables.

Gros plan sur la technologie OLED

 

Agrandissement de l’affichage d’un écran OLED : les diodes rouges, vertes et bleues sont placées les unes en dessous des autres.
Agrandissement de l’affichage d’un écran OLED : les diodes rouges, vertes et bleues sont placées les unes en dessous des autres.

Organic Light-Emmitting Diode (diode électroluminescente organique) : c’est la signification de l’abréviation OLED qui se caractérise par une superposition de plusieurs couches semi-conductrices organiques placées entre deux électrodes dont l’une au moins est transparente. Son principal intérêt ? Être capable d’émettre de la lumière lorsque l’on impose une tension aux bornes des électrodes. La technologie OLED présente des avantages évidents par rapport à celle principalement utilisée par les téléviseurs actuels, la technologie LCD, à rétroéclairage à LED. L’OLED ne nécessite pas de rétroéclairage, ce qui permet d’obtenir des niveaux de noir et des nuances de gris bien supérieurs à ce que l’on obtient avec un LCD. Autre avantage, l’OLED permet de produire des écrans flexibles et de les intégrer à des supports très variés. L’espace colorimétrique est aussi plus étendu (meilleure fidélité colorimétrique) et les temps de réponse très réduits (inférieurs à 0,1 milliseconde). En outre, la lumière étant plus diffuse, les écrans OLED ne présentent pas les problèmes de directivité rencontrés sur leurs homologues LCD. Enfin, cette technologie encore nouvelle devrait permettre de produire des téléviseurs beaucoup plus économes en énergie. Malgré tous ces avantages, l’OLED s’est fait attendre. Il est vrai que jusqu’à maintenant, les fabricants ont buté sur un obstacle majeur : la durée de vie limitée des diodes. Il a fallu aux fabricants des années d’études pour résoudre le problème. Et arriver à lancer sur le marché des appareils ayant une durée de vie acceptable, supérieure à 50 000 heures.

Notre test

Compte tenu du coût élevé des téléviseurs OLED et du fait que nous ne souhaitons pas les intégrer à notre test comparatif téléviseurs, nous avons décidé de nous faire prêter l’un de ces appareils pour réaliser ce test. Il s’agit du Samsung KE55S9. Ce téléviseur fait partie de la série 9000 (en fait, il est seul dans cette série) qui constitue le haut de gamme de la marque sud-coréenne. Il coûte autour de 8 000 € dans les magasins spécialisés.

Les caractéristiques du Samsung KE55S9

Profitant des capacités de la technologie OLED, Samsung présente un écran incurvé de 55 pouces (soit 140 cm de diagonale), entouré d’un cadre métallique. Comme sur les modèles UHD, le téléviseur est livré avec un boîtier séparé (voir ci-dessous) sur lequel viennent se connecter les différentes sources.

 

Boîtier OLED
Un boîtier séparé permet de connecter les différentes sources.

 

La télécommande standard, à gauche, et la télécommande Smart Touch Control, à droite.

Compte tenu de sa forme incurvée, ce modèle Samsung ne peut pas être fixé à un mur. Côté équipements et fonctionnalités, il est sans surprise très bien fourni… mais pas davantage qu’un modèle de 40 pouces (101 cm) des séries 7000 et 8000 de la marque. On retrouve ainsi la 3D (l’appareil est livré avec une paire de lunettes intégrant des écouteurs), la Smart TV, la navigation complète sur Internet, la possibilité d’enregistrer des contenus issus des tuners TNT et TNT-HD sur un disque dur externe, le contrôle vocal et gestuel… Il est aussi fourni avec deux télécommandes, l’une standard et l’autre simplifiée dite Smart Touch Control. Un équipement répandu chez Samsung.

 

Ce téléviseur OLED Samsung propose une option assez surprenante, le multi-vue. Ce mode permet à deux personnes de regarder deux programmes différents en même temps.

Les lunettes 3D intégrant des écouteurs.
Les lunettes 3D intégrant des écouteurs.

Il faut pour cela s’équiper des lunettes 3D équipées d’écouteurs et données avec le téléviseur. Les deux images s’affichant simultanément, elles sont indispensables pour pouvoir ne regarder qu’un seul des deux programmes. Le seul souci provient de la partie audio puisque le son transmis via Bluetooth est perturbé et presque inaudible dans 90 % des cas.

Les résultats du test du Samsung KE55S9

Le jury de vision. En dehors d’un aspect marketing évident (l’identification rapide d’un téléviseur OLED) et de la possibilité d’offrir un nouveau design, l’intérêt de l’écran incurvé n’apparaît pas très clairement. Il présente même un défaut qui peut être désagréable. Dès que l’on bouge légèrement, on peut être gêné par des reflets si l’on se trouve dans un environnement éclairé. En revanche, dès lors que l’on baisse un peu le niveau de luminosité, la qualité d’image est vraiment excellente.

Ainsi, nous n’avions encore jamais testé de téléviseur avec une telle qualité de contraste. Le Samsung KE55S9 est capable de fournir des niveaux de noir très profonds, mais sans perdre aucun détail dans les images sombres, tous les niveaux de gris étant parfaitement distincts. On obtient les mêmes niveaux de détails dans les scènes très lumineuses. Et, cerise sur le gâteau, ce téléviseur est capable de reproduire toute la finesse des images composées à la fois de zones sombres et de zones lumineuses.

Lors de son évaluation par le jury de vision, notre appareil OLED était comparé à trois modèles LED de la même taille (Samsung UE55F9090, LG 55LA7909, Panasonic TX-65WT600) : tous les membres du jury l’ont décrit comme bien supérieur. Outre un bien meilleur contraste, il est aussi plus fluide et présente moins d’artefacts que les trois téléviseurs LED. Le rendu des couleurs et la restitution des effets 3D sont également bien supérieurs.

Le laboratoire. Les mesures de l’angle de vision montrent clairement la supériorité de cette technologie sur les écrans LCD et même sur les plasmas. Même à un angle de 80° de la normale à l’écran la chute de contraste n’atteint pas 10 %. À 50°, cette perte de contraste est à peine mesurable. Sans surprise, les taux de contraste mesurés sont très élevés, l’écran OLED étant capable d’offrir une luminosité très forte tout en gardant des niveaux de noir très faibles. Constat surprenant et paradoxal : si notre jury de vision a constaté que l’écran incurvé de ce modèle a tendance à rendre les réflexions gênantes, celles mesurées sont très faibles… les plus faibles jamais mesurées ! Il semble donc que cet écran soit intrinsèquement capable d’absorber une bonne partie de l’éclairage direct.

Le dispositif d’amélioration de la fluidité de l’image « Motion Enhancement » adopté par Samsung donne de très bons résultats sans générer d’artefacts comme c’est assez souvent le cas. Il n’y a pas non plus d’effet de « clouding » (manque d’homogénéité de luminosité) avec cette technologie.

Le point noir vient de la consommation, alors que c’est souvent un des points forts mis en avant dès que l’on parle de l’OLED. Elle est de 137 watts en fonctionnement avec le réglage « Home mode » et passe à 157 watts une fois les réglages optimisés. C’est beaucoup mieux qu’un écran plasma, mais de nombreux écrans LCD de cette taille sont maintenant capables de proposer des consommations de 80 watts ou moins après avoir été optimisés au niveau des réglages.

L’ergonomie n’ayant aucun lien avec la technologie d’affichage choisie, cet écran OLED offre une très bonne facilité d’emploi, en tout point comparable à ce que l’on peut trouver sur d’autres modèles haut de gamme de chez Samsung.

Cet écran OLED Samsung nous a réellement impressionnés par la qualité de l’image restituée. Il se situe assez nettement au-dessus de ce que l’on peut attendre des meilleurs LCD-LED du moment et préfigure très certainement la qualité d’image que nous aurons tous dans nos foyers d’ici quelques années. Contrairement aux quelques écrans UHD testés il y a trois mois et qui eux aussi offraient une qualité d’image étonnante, leur réussite n’est pas conditionnée par l’existence de programmes (en UHD) ou de lecteurs spécifiques. En ce sens, l’écran OLED – et pour peu que son prix soit divisé par deux ou trois dans les prochaines années  – semble être une alternative nettement plus crédible aux téléviseurs LCD-LED actuels.

 

Téléviseur OLED

 

Le protocole de test

Test de vision. La qualité des images a été évaluée par un jury d’experts en mode haute définition (1080i) via une entrée HDMI, en standard via un décodeur TNT et en 3D via un lecteur Blu-ray.

Mesures techniques. Nous avons mesuré le contraste maximum utilisable, l’angle de vision, la restitution de l’image dans un environnement lumineux et la fluidité de celle-ci.

Consommation. Elle a été évaluée en stand-by, en fonctionnement après optimisation des réglages et avec les réglages d’origine.

Test Que Choisir : Comparatif Téléviseurs

Arnaud de Blauwe

Contacter l’auteur(e)

François Palemon

Rédacteur technique

Contacter l’auteur(e)