Pastilles pour lave-vaisselle

Des logos à la pelle

Mis à jour le : 07/10/2010 

Pour les détergents lave-vaisselle, promettre efficacité et éclat de la vaisselle ne suffit plus : ils multiplient les logos pour se donner l’air écolo. Passage en revue.

 

Une entourloupe écolo

sustainable cleaning
Sustainable Cleaning

Sur fond de planète bleue, ce logo signifie que le fabricant adhère à la charte du nettoyage durable élaborée par le syndicat professionnel européen des industriels. Celle-ci affirme concourir « à la protection de la santé et de la sécurité des utilisateurs tout en protégeant l’environnement pour les générations à venir », pas moins ! L’ennui et le paradoxe, c’est qu’elle n’impose aucune contrainte sur les composants. Du coup, certains détergents bourrés de phosphates arborent ce logo. Protéger l’environnement à coups de polluants envoyés dans les ressources en eau, il fallait y penser ! C’est une véritable entreprise de désinformation des consommateurs. L’industrie de la détergence a une drôle de conception du développement durable.

 

Le bon sens

Save energy and water

Ce logo est également une initiative du syndicat professionnel européen des fabricants. Le propos, cette fois, est acceptable. Il recommande d’utiliser des programmes à 50 ou 55 °C pour économiser l’énergie et l’eau : ce conseil correspond aux programmes éco des lave-vaisselle. Laver à basse température fait effectivement économiser de l’électricité, car c’est la montée en température de l’eau qui consomme le plus.

 

La planète mal aimée

Notre maison Notre planète

Ce logo est une exclusivité du fabricant Reckitt Benckiser. C’est assez savoureux de la part d’un fabricant qui continue à commercialiser un détergent bourré de phosphates. C’est ce qui s’appelle se moquer du monde.

 

Un seul label officiel

L'écolabel européen

Un détergent peut multiplier les logos qui évoquent la nature et la planète sans se soucier le moins du monde d’environnement. Il n’existe qu’un seul label officiel environnemental : l’écolabel européen. Il interdit les phosphates, il est plus exigeant que la réglementation sur la biodégradabilité des détergents et sur leur écotoxicité. Il devrait être plus sévère dès 2016.

Élisabeth Chesnais

Contacter l’auteur(e)