Santé et alimentation (infographie)

Les chiffres clés du déséquilibre alimentaire

Publié le : 02/07/2015 

Creuser sa tombe avec sa fourchette, c’est ce qui risque d’arriver si l’on mange trop déséquilibré. Alors que jadis on s’inquiétait des carences alimentaires, ce sont aujourd’hui les « maladies de pléthore » qui préoccupent les scientifiques : toutes ces pathologies qui se diffusent à grande vitesse dans des populations qui mangent trop et trop riche.

 

 

Perte des savoir-faire culinaires et manque de temps se sont conjugués pour orienter l’alimentation des Français vers davantage de produits industriels. « La consommation alimentaire depuis 40 ans : de plus en plus de produits élaborés » titrait déjà l’Insee en 2002. La tendance n’a fait que se confirmer depuis. C’est dire que l’industrie alimentaire détient une part de responsabilité dans l’évolution de notre état de santé. Or, les maladies liées à une alimentation inappropriée explosent.  

Obésité, diabète, maladies cardiovasculaires sont trois pathologies étroitement intriquées lorsqu’on mange trop gras et/ou trop sucré et que l’on ne pratique pas assez d’activité physique. Traditionnellement, on liait davantage le diabète à l’excès de sucre et les maladies cardiovasculaires à l’excès de graisses, mais ces déséquilibres semblent se conjuguer pour faire le lit de toutes ces maladies. Quant à l’hypertension artérielle, étroitement liée à la surconsommation de sel, ce n’est pas une pathologie  en soi mais un facteur de risque majeur pour les maladies cardiovasculaires. Enfin, même si les croyances populaires associent peu le cancer à l’alimentation, certaines habitudes comme l’excès d’alcool accroissent notablement le risque et toutes les bonnes habitudes propres à éviter le surpoids permettent aussi de prévenir la plupart des cancers.

Même si les industriels se sont engagés à améliorer leurs recettes, la révolution se fait attendre. Les formulations ne changent souvent qu’à la marge et les consommateurs ne modifient pas toujours leurs habitudes alimentaires dans le sens souhaité. Résultat : les consommations des différents nutriments ne correspondent pas toujours aux recommandations.

 

Calculateur Que Choisir : Étiquetage nutritionnel des aliments

Fabienne Maleysson

Contacter l’auteur(e)