Vélo cargo Ce qu’il faut savoir avant de s’équiper

Vélo cargo

Ce qu’il faut savoir avant de s’équiper

Publié le : 09/02/2022 

À mesure que la voiture cède du terrain en ville, les vélos cargos, qui permettent de transporter des enfants ou bien de la marchandise, se font une place. Biporteur, triporteur ou longtail, électrique ou pas, tarifs : ce qu’il faut savoir pour bien choisir.

 

Un vélo cargo, pour quoi faire ?

Parce qu’il permet d’emporter de lourdes charges et de transporter ses enfants, le vélo cargo apparaît comme une solution idéale pour se déplacer en ville au quotidien. Ludique et écologique, il répond aux attentes actuelles des consommateurs. La preuve, les ventes de vélos cargos ont bondi de 60 % en Europe entre 2018 et 2019 ! Des dizaines de marques proposent leurs modèles (Babboe, Butcher & Bicycles, Carqon, Cube, Douze Cycles, Kiffy, Moustache, O2Feel, Riese & Muller, Tern, Urban Arrow, Yuba…) parmi les 3 principaux formats aujourd’hui disponibles : les biporteurs, les triporteurs et les longtails.

Biporteur, triporteur, longtail

Ces trois types de vélos cargos répondent à des usages différents et présentent chacun leurs avantages et leurs inconvénients.

Biporteur
Le biporteur est un vélo long à deux roues dont le plateau de charge se situe à l’avant. La plupart des modèles proposent une caisse confortable, avec ceintures de sécurité, pour transporter deux ou trois enfants. Ce type de vélo se faufile facilement en ville, mais sa longueur (généralement supérieure à 2,50 m) complique le stationnement.

Image

Triporteur
Ce vélo à trois roues est hyperstable et offre un espace de stockage à l’avant. Il peut être fixe (les roues avant sont solidaires de la caisse) ou pendulaire (les roues avant se penchent dans l’axe du virage). Dans tous les cas, sa caisse imposante nuit à son agilité.

Image

Longtail
Ce vélo doté d’un porte-bagages allongé est capable d’accueillir une assise sécurisée pour un ou deux enfants. Sa maniabilité très proche de celle d’un vélo classique et son encombrement contenu sont deux atouts indéniables, mais la surface de portage ne permet pas de transporter des objets très encombrants.

Image

Taillés pour l’assistance électrique

Les vélos cargos sont particulièrement adaptés à l’électrique. D’abord parce qu’ils sont lourds (entre 30 et 55 kg), ensuite parce qu’ils ont vocation à transporter de la charge (jusqu’à 200 kg). On trouve aussi des vélos cargos « musculaires », mais leur usage n’est à concevoir que pour de courts trajets plats sans chargement massif.

Un budget de 2 000 à… 9 500 €

Entre un vélo cargo « musculaire » d’entrée de gamme et un modèle électrique haut de gamme, les prix varient du simple au triple. Comptez 2 000 € pour un simple biporteur sans suspension et 9 500 € pour un modèle ultra-haut de gamme avec deux batteries et des commandes électroniques. Le cœur de marché se situe entre les deux, de 3 500 à 4 500 €.

Image
Le Babboe City est parmi les plus abordables du marché (environ 2 000 €), contrairement au Tern GSD R14 (9 430 €), qui accumule les options luxueuses : fourche télescopique, tige de selle suspendue, antivol Abus intégré, courroie carbone, moyeu électronique, deux batteries de 500 Wh, un moteur Bosch Cargo Line…

Les accessoires

Quel que soit le type de vélo, biporteur, triporteur ou longtail, les fabricants cherchent à augmenter la polyvalence à travers les accessoires. La caisse d’un biporteur est souvent amovible pour profiter d’un plateau de chargement au besoin, le porte-bagages d’un longtail peut accueillir des sièges pour les enfants ou des caisses empilables, mais aussi des sacoches, etc. Évidemment, les fabricants ont aussi pensé aux protections pour les jours pluvieux, aux pare-jupes pour protéger les enfants des rayons de la roue arrière, aux repose-pieds pour les plus grands passagers, etc. À chaque marque ses propres accessoires qui, à coups de 50 € par-ci, 200 € par-là, finissent par alourdir sérieusement la facture.

Image
Tente de pluie (Babboe) à 200 €, paire de sacoches (Yuba) à 200 €, caisse (Moustache) à 45 €… Les accessoires sont pratiques, mais finissent par coûter cher !

Des aides financières dédiées

Les vélos cargos électriques sont éligibles à différentes aides financières, comme les vélos électriques classiques. Mais les modalités varient parfois.

Aides locales
Il y a d’abord les aides locales fixées par les collectivités territoriales. Les municipalités, les départements, les régions ont pour la plupart mis en place des dispositifs. Paris accorde par exemple une aide de 400 € pour tout VAE, cargo ou pas. Mais la région, avec le dispositif Île-de-France Mobilités, accorde 50 % du prix d’achat jusqu’à 500 € pour un VAE ou un vélo cargo sans assistance électrique ; le plafond monte à 600 € pour un vélo cargo avec assistance électrique.

Bonus vélo
Depuis juillet 2021 (1), vous pouvez par ailleurs bénéficier du bonus vélo pour financer l’achat d’un vélo cargo électrique ou pas. Ce dispositif national réservé aux plus modestes (revenu fiscal inférieur à 13 489 €) complète la subvention locale obtenue au préalable et se limite à 200 € pour les VAE classiques. Pour les vélos cargos, le plafond grimpe à 1 000 €, et l’aide locale n’est plus un préalable obligatoire. Le détail du dispositif est disponible sur https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F35475.

Les règles de circulation

Un vélo cargo reste un vélo. Il est donc soumis aux mêmes règles de circulation : voies vertes, zones partagées et pistes cyclables lui sont ouvertes ; il est tenu de s’arrêter aux feux rouges (sauf si un panneau lui permet de tourner à droite) ; il est bien sûr interdit sur les voies réservées aux automobiles et dans certaines voies de bus (un panneau le signale alors). Une exception : les vélos cargos, parce qu’ils ont plus de deux roues et/ou embarquent une remorque, ne doivent jamais rouler côte à côte sur la chaussée (art. R.431-6 du Code de la route).

(1) Décret n2021-977 du 23 juillet 2021 relatif aux aides à l’acquisition ou à la location de véhicules peu polluants.

Camille Gruhier