Le loueur passe en force

Publié le : 22/06/2015 

En voyage en Irlande, un couple de Bretons loue pour trois jours un véhicule auprès de Rent a car. À la prise de la voiture à Dublin, tout se passe bien. Ce n’est qu’au bout de 100 km que de la fumée s’échappe du moteur et qu’ils tombent en panne. Un taxi est dépêché et le loueur leur prête un nouveau véhicule. Mais à leur retour en France, ils découvrent un prélèvement de 2 005,99 € sur leur compte à la demande de Rent a car en paiement de la réparation. Malgré plusieurs réclamations, aucun remboursement ne vient et la société ayant son siège en Irlande, une action en justice se révèle compromise. Le couple sollicite l’aide de l’UFC-Que Choisir de Nantes. L’association locale lui suggère d’adresser un courrier à sa banque, pour contester ce prélèvement qui ne correspond pas à celui auquel il pouvait s’attendre pour une location de voiture de trois jours. Cette disposition est prévue à l’article L. 133-25 du code monétaire et financier. Pareil courrier est également adressé par l’association locale. Trois semaines plus tard, la banque restituait la somme litigieuse. La nouvelle réglementation Sepa protège en effet contre les fraudes et les paiements non consentis par le client. Et c’est la banque qui doit rembourser directement le particulier.