Cosmétofood

Fausses promesses

Publié le : 29/09/2008 

Toujours en quête de nouveaux créneaux marketing, l'industrie agroalimentaire tente de transformer nos assiettes en soins de beauté. Un miroir aux alouettes ?

 

La « cosmétofood » (1), dernier concept marketing inventé par l'industrie agroalimentaire, semble promise à un bel avenir dans nos sociétés où le culte de l'apparence est roi. Ressuscitant le vieux mythe de la potion magique, certains aliments auraient la faculté de nous rendre plus beaux, plus jeunes. Après Essensis, le yaourt « bon pour la peau » de Danone dont l'efficacité reste à démontrer, voici venir l'eau de Vichy Célestins Anti-Âge, le Thé Belle peau de Fauchon Beauté, ou le Glowelle Beauty Drink de Nestlé. Et ce n'est pas fini : selon la société d'études Kline, la « nutricosmétique », qui représente déjà un marché de 1,5 milliard de dollars, devrait connaître une croissance annuelle de plus de 11 % jusqu'en 2012. Comme la minceur fait plus que jamais partie des canons esthétiques dominants, les services Recherche et Développement des grandes marques rivalisent d'imagination pour nous aider à perdre nos kilos superflus. Les aliments allégés ont fait leur temps. Pas assez efficaces. De nouvelles armes anticellulite arrivent en rangs serrés. La nouveauté ? On maigrit sans effort grâce à leurs principes actifs. Ainsi les bouchons brûle-graisse de Gayelord Hauser s'acharnent sur nos capitons, tandis que « Pectiligne Minceur Draineur au délicieux goût de pomme » « détoxifie » notre organisme. Plus fort encore, le concept d'aliment à « calories négatives » concocté conjointement par Nestlé et Coca-Cola (cf. la boisson Enviga-Nestea), qui fait actuellement florès aux États-Unis, ne devrait pas tarder à traverser l'Atlantique.

Émulsion spécifique d'huile de palme

Autre tendance dominante : les modérateurs d'appétit. « On est foutu, on mange trop », chantait déjà Alain Souchon dans les années 80. Heureusement, Candia a trouvé le remède : « Silhouette active, la première boisson lactée qui vous aide naturellement à manger moins », affirme la publicité. Grâce à Fabuless, une émulsion spécifique d'huile de palme, Silhouette active apporterait, selon son fabricant, une « satiété supérieure aux composants habituels des aliments ». Peut-être... mais c'est oublier un peu vite qu'il n'est pas si facile de leurrer son corps. « La façon la plus précise d'ajuster son apport en énergie (calories) aux besoins du corps est d'écouter les messages de son organisme. La faim nous signale la nécessité de manger, le rassasiement nous dit d'arrêter », expliquent le psychiatre Gérard Apfeldorfer et le nutritionniste Philippe Zermati sur leur site (www.gros.org). Autrement dit, si vous avez besoin de 700 kcal, 200 ne suffiront pas à vous rassasier. Et tôt ou tard, l'organisme réclamera son content de calories... mais aussi de plaisir gustatif et de convivialité, sans lesquels l'acte de s'alimenter perd tout son sens.

(1) Appelée également dermo-nutrition ou cosmetic food.

Florence Humbert