Covid-19 Le moustique tigre victime de fake news

Covid-19

Le moustique tigre victime de fake news

Publié le : 02/05/2020 

Le moustique tigre a débarqué avec les premières chaleurs quasi estivales. Depuis, la rumeur affirme qu’il transmettrait le coronavirus. Vrai ou faux ?

 

C’est ce qu’on appelle une fake news, et comme d’habitude, elle se répand vite. Mais il faut admettre que le moustique tigre est un bon client. Il transmet à la fois la dengue, Zika et le chikungunya, autant de maladies provoquées par des virus. Alors pourquoi pas le Covid-19 ? Tout simplement parce qu’il ne se comporte pas du tout comme les autres virus. Ni la dengue, ni Zika, pas plus que le chikungunya, ne sont contagieux. Ils ne se transmettent pas d’une personne à une autre. Seul le moustique tigre peut contaminer un individu. La femelle l’infecte en lui pompant du sang pour pouvoir pondre ses œufs.

Rien de tel avec le Covid-19. Il est éminemment contagieux, et c’est par voie respiratoire. Il se propage via les postillons, la toux, les éternuements des malades, même lors d’une simple discussion rapprochée avec un porteur du virus, ou par des mains contaminées qu’on porte à la bouche, près du nez ou des yeux, d’où l’importance des masques et du lavage de mains minutieux.

Contrairement à la dengue, à Zika ou au chikungunya, le coronavirus ne se transmet pas par le sang. Une piqûre de moustique, tigre ou pas d’ailleurs, est donc bien incapable de contaminer quelqu’un. Les entomologistes de l’EID, l’Entente interdépartementale pour la démoustication du littoral méditerranéen, l’ont expliqué et démontré dès le mois de mars, mais l’expertise scientifique pèse peu face aux rumeurs et aux fake news plus angoissantes les unes que les autres dont raffolent les réseaux sociaux.

Reste que s’il n’est pour rien dans l’épidémie de coronavirus, le moustique tigre est un ennemi public. Et privé car il n’est pas voyageur. « Celui qui vous pique est né chez vous », aiment à rappeler les spécialistes, à juste titre. Il est heureusement possible de le priver de son habitat et il est temps de le faire. Mieux vaut quand même prévoir un répulsif efficace pour les moustiques récalcitrants.

Élisabeth Chesnais

Contacter l’auteur(e)