Diabète

Les boissons "light" sur la sellette

Publié le : 09/02/2013 

Alors que les boissons « light » sont considérées comme moins néfastes que les sodas sucrés, une étude de l’Inserm démontre qu’elles sont associées à une plus forte augmentation du risque de diabète de type 2.

 

Boisson light diabète

Boire des sodas quotidiennement n’est pas anodin. Selon plusieurs études, cette habitude induit un risque accru d’obésité, de maladies cardiovasculaires et de diabète. La corrélation avec le diabète n’est pas très étonnante quand on connaît les liens entre la consommation de sucre et cette pathologie. Dès lors, les boissons « light », contenant de l’aspartame, de l’acésulfame K ou d’autres édulcorants, pourraient sembler une alternative judicieuse. Il n’en est rien, d’après une étude de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) portant sur 66 000 femmes.

En observant leurs habitudes de consommation, les chercheurs ont même constaté que le risque était supérieur avec les boissons light. Par rapport aux femmes qui ne consomment que de l’eau ou des jus de fruits, celles qui boivent 1,5 litre de soda sucré par semaine ont moitié plus de risque de déclarer un diabète à terme. Pour la même quantité de boisson aux édulcorants, elles ont 2,3 fois plus de risques. Les chercheurs ont tenu compte des autres paramètres pouvant constituer des biais tels que la consommation de sucre par ailleurs, la corpulence, etc.

Parmi les explications proposées, ils soulignent que l’aspartame, largement présent dans les produits édulcorés, semble induire une augmentation de la glycémie (taux de sucre dans le sang) comparable à celle induite par le sucre. Si cet effet est confirmé, les messages de santé publique qui conseillent de préférer les boissons light aux sodas sucrés devront être revus. Ce n’est pas parce que ces boissons n’apportent pas de calories qu’elles n’ont aucun effet.

En attendant des études complémentaires, gardons à l’esprit que l’eau reste la seule boisson indispensable et dénuée de risques.

Fabienne Maleysson

Contacter l’auteur(e)