Free mobile prend les devants

Fin des frais de roaming

Free mobile prend les devants

Publié le : 15/03/2017 

À partir du 15 juin prochain, plus aucun opérateur ne pourra facturer les appels, SMS et MMS passés depuis les autres pays de l’Union européenne. Trois mois avant la date limite, Free Mobile a décidé de supprimer les frais d’itinérance (roaming) en Europe et même un peu au-delà.

 

Ceux qui voyagent appréciaient déjà le forfait Free mobile à 19,99 €/mois (15,99 €/mois pour les abonnés Freebox). Désormais, ils vont encore plus pouvoir en profiter. Hier, l’opérateur a annoncé que son forfait inclurait dorénavant tous les appels, SMS et MMS passés depuis l’Union européenne (UE), mais aussi depuis les USA, les DOM, l’Afrique du Sud, l’Australie, le Canada, Israël et la Nouvelle-Zélande, soit au total plus de 35 pays. Auparavant, ces communications étaient incluses dans le forfait, mais dans la limite de 35 jours par an. Désormais, c’est autant qu’on le souhaite. Qui plus est, le forfait ne permettait jusque-là que d’appeler vers le pays où l’on se trouvait ou vers la France. Désormais, les appels passés d’un pays de l’UE vers un autre pays de l’UE (de l’Allemagne vers la Suède, par exemple) sont aussi inclus. Enfin, le forfait inclut 5 Go de data par mois utilisables toute l’année depuis ces mêmes destinations (contre 3 Go/mois auparavant dans la limite de 35 jours par an). Enfin, cerise sur le gâteau : ces nouvelles dispositions s’appliquent à tous, aux nouveaux comme aux anciens abonnés, sans qu’ils n’aient rien à faire.

 

Trois mois d’avance sur la réglementation

Avec ce nouveau forfait, Free mobile compte bien reprendre une longueur d’avance sur les autres opérateurs de téléphonie mobile, dont certains l’avaient imité en intégrant eux aussi à certains de leurs forfaits des appels depuis l’étranger. En réalité, il ne fait que les prendre de vitesse. Car dans trois mois, plus aucun opérateur européen ne pourra surfacturer les appels, les SMS, les MMS et les connexions à Internet passés depuis les autres pays de l’Union européenne. La Commission européenne a en effet acté la suppression totale des frais d’itinérance au 15 juin prochain. Pour éviter que les opérateurs européens ne se livrent une concurrence acharnée, Bruxelles a toutefois mis en place quelques garde-fous, que Free a déjà pris en compte. Ainsi son offre sera « réservée aux abonnés résidant ou justifiant de liens stables impliquant une présence fréquente et significative en France métropolitaine ». Quant aux appels, SMS et MMS en itinérance, ils seront soumis à une « utilisation raisonnable ». Free se donne ainsi le droit de vérifier que l’abonné est plus présent en France qu’à l’étranger ou qu’une carte SIM n’est pas utilisée uniquement en itinérance. Si tel n’est pas le cas, l’abonné pourrait se voir facturer les communications.