iPad Pro

Bugs à répétition chez Apple

Publié le : 28/11/2015 

Depuis le 11 novembre, Apple commercialise une version géante de sa tablette tactile, l'iPad Pro. Son nom la suppose destinée aux professionnels, mais rien n'empêche le grand public de s'y intéresser. Deux conditions toutefois : consacrer 919 € minimum à cet achat (version 32 Go), et s'armer de patience pour les accessoires dédiés. Le stylet Apple Pencil (109 €) est en rupture de stock depuis plusieurs jours, tout comme le clavier Smart keyboard (179 €), qui n'est de toute façon proposé qu'en version américaine. À ces ratés s'ajoute une question centrale, celle de l'intérêt d'une telle machine. Contrairement à ce qu'affirme Apple, elle ne peut pas remplacer un ordinateur. Et les ordinateur de la marque sont, pour certains, vendus moins chers. 

 

Prenez un iPad standard, comme l’iPad Air ou l’iPad Air 2, doublez sa surface d’affichage, et vous obtiendrez, à quelques millimètres près, l’iPad Pro. Pour sa nouvelle tablette tactile, Apple a en effet choisi un format géant. La diagonale de l’écran frôle les 13 pouces (33 cm), autant qu’un petit ordinateur portable. Tim Cook, le PDG d’Apple, expliquait d’ailleurs lors de la présentation à la presse que l’iPad Pro pourrait remplacer un ordinateur portable ou un ordinateur de bureau pour de nombreux utilisateurs.

Plus cher qu’un MacBook Air

C’est exagéré : l’iPad Pro reste une tablette. Comme les autres iPad, celui-ci fonctionne avec iOS9, la version mobile du système d’exploitation d’Apple, ce qui limite les applications compatibles à celles disponibles dans la boutique en ligne App Store. Or les ordinateurs d’Apple fonctionnent avec OSX, la version complète du système. Certes, dans l’App Store, on trouve des applications de tous genres, à tous prix, pour différents publics. Les jeux côtoient les applis de bureautique, de retouche photo, de montage vidéo ou encore de création musicale. Mais dans le cadre d’un usage professionnel, rares sont celles capables de remplacer totalement les logiciels informatiques traditionnels. Côté matériel, pourtant, l’iPad Pro est en théorie capable de supporter des tâches complexes. Apple l’a en effet équipé d’un processeur puissant, l’A9X, capable de rivaliser avec les meilleurs ordinateurs portables. Pour convertir le plus grand nombre, Apple a aussi présenté deux accessoires vendus en option : un stylet baptisé Pencil (109 €) et un clavier, le Smart Keyboard (179 €). Ainsi équipé, l’iPad Pro ressemble à un ordinateur portable. Mais il n’en offre donc pas les fonctions. Et qui plus est, il en dépasse largement le budget : la version la moins chère de l’iPad Pro (Wi-Fi 32 Go) coûte 919 €, ce qui porte à 1 207 € le prix total, accessoires compris. C’est autant que la plupart des ultrabooks du marché et comparable, même, aux ordinateurs portables de la marque. À titre d’exemple, un MacBook Air 13 pouces 128 Go coûte 1 099 €, et un MacBook Pro 256 Go coûte 1 450 €.

Ruptures de stock et bugs

 

iPad Pro clavier et stylet

À ces incohérences de positionnement dans la gamme de produits Apple se sont greffés de nombreux problèmes qui ont entaché le lancement de cette tablette. D’abord, aussi incroyable que cela puisse paraître, Apple ne commercialise pour l’instant qu’une seule version du clavier, la version américaine. Autrement dit, il s’agit d’un clavier Qwerty, et pas Azerty comme en Europe. Mais finalement peu importe, il est de toute façon en rupture de stock. Tout comme le stylet, d’ailleurs, et ce depuis des jours. Le délai de livraison annoncé sur le site d’Apple atteint 4 à 5 semaines. Aucun problème, en revanche, pour se procurer l’iPad Pro lui-même. Mais il faut s’accommoder de quelques bugs. Reconnaissons d’abord la réussite du nouveau clavier virtuel qu’Apple a développé pour cet iPad. La taille de l’écran permet en effet d’afficher un clavier intégral (sans pavé numérique) qui permet de saisir du texte à deux mains, comme sur un clavier physique. Mais lorsque l’utilisateur veut saisir un « 4 », l’iPad Pro affiche « 4’ ». Cette apostrophe non désirée doit être effacée à chaque fois. De nombreux utilisateurs ont par ailleurs relayé un problème rencontré lors de la recharge de l’iPad Pro : il arrive qu’il se fige complètement sur un écran noir, ne laissant nul autre choix que de le redémarrer. Apple a reconnu ce problème, et décrit la procédure de redémarrage sur son site (1). Ces bugs ne sont pas dramatiques, et Apple devrait les résoudre rapidement. Mais ils restent un peu agaçants, surtout avec un appareil aussi cher.

 

Principales caractéristiques de l’iPad Pro

 

  • Écran 12,9 pouces (2732 x 2048 pixels, 264 pixels par pouce)

  • Processeur A9X architecture 64 bits

  • 305,7 x 220,6 x 6,9 mm

  • 720 grammes environ

  • Photo : capteur frontal 1,2 Mpx et 8 Mpx à l’arrière

  • Vidéo HD 1080p

  • Disponible en version Wi-Fi (32 ou 128 Go) et Wi-Fi + 4G (128 Go)

  • Prix : entre 919 et 1 249 €

Tablettes géantes : les tentatives de HP, Microsoft, Samsung

 

Galaxy Note Pro 12.2
La Galaxy Note Pro 12.2 : la tablette grand format de Samsung.
Apple n’est pas le premier constructeur à s’essayer à la tablette grand format. Déjà, en 2014, Samsung lançait deux modèles, les Galaxy Note Pro 12.2 (avec stylet) et Galaxy Tab Pro 12.2. Sans dénigrer leur qualité (ces tablettes avaient obtenu de bons résultats en laboratoire), peut-être faut-il interpréter comme un succès relatif le fait que Samsung n’ait pas renouvelé ces formats en 2015. En janvier dernier, HP lançait à son tour la Pro Slate 12 (12,3 pouces). Évoquons aussi les Surface Pro 3 et Surface Pro 4 de Microsoft, dont les diagonales atteignent respectivement 12,2 et 12,3 pouces. Mais il s’agit cette fois de « vrais » ordinateurs, au sens où ces tablettes fonctionnent avec le système d’exploitation Windows de Microsoft. Il est d’ailleurs amusant de noter qu’au lancement de sa première Surface, l’éditeur proposait deux modèles : l’un fonctionnant sous Windows, l’autre sous Windows RT, version allégée du système destiné aux tablettes (aux processeurs ARM, plus précisément). Celle-ci ne permettait d’exécuter que les applications de la boutique en ligne Windows Store, exactement comme Apple iOS9, sur l’iPad Pro, ne peut exécuter que les applications de l’App Store. Or, en mars dernier, Microsoft a abandonné Windows RT. Une décision qui aurait pu faire douter Apple du potentiel de son iPad Pro.

 

(1) https://support.apple.com/en-us/HT6671