Parfums

Une entente qui coûte cher

Publié le : 31/01/2012 

La cour d'appel de Paris a confirmé l'existence d'une entente sur les prix entre les parfumeurs de luxe et leurs distributeurs. Ils ont été condamnés à 40 millions d’euros d’amende.

 

L’Oréal, Dior, Guerlain, Chanel, mais aussi Marionnaud ou Sephora : quinze grands noms du luxe et trois distributeurs de parfums et cosmétiques ont été condamnés en mars 2006 à de lourdes amendes pour une entente qui s'était traduite par une hausse des prix pour le consommateur. Ces amendes ont été largement confirmées le 26 janvier par la cour d’appel de Paris. Elles s’élèvent au total à 40,2 millions d’euros, dont 13,3 millions pour les marques du groupe LVMH (Sephora, Dior, Guerlain, Kenzo) et 12,8 millions pour la chaîne Marionnaud.

C’est la fin d’un long processus judiciaire, pour une entente présumée entre 1997 et 2000. Le dossier du Conseil de la concurrence (depuis rebaptisé Autorité de la concurrence) a été examiné par trois fois par la cour d’appel, les deux précédentes décisions ayant été contestées devant la Cour de cassation.

Une « police des prix » menaçante

Le Conseil, qui s’était autosaisi, reprochait aux fournisseurs de fixer à leurs distributeurs un « prix public indicatif » ainsi que le taux de remise maximum qu'ils étaient autorisés à pratiquer.  Une « police des prix » avait également été mise en place. Elle contrôlait les tarifs pratiqués et menaçait de représailles commerciales les distributeurs qui refusaient d'appliquer les prix imposés par les marques. Selon le Conseil de la concurrence, ces pratiques avaient pour but d’uniformiser à la hausse les prix de détail des produits proposés à la vente. Au final, le consommateur trouvait les parfums au même prix chez différents distributeurs et ne pouvait donc pas faire jouer la concurrence.

« C'est en vain que les marques poursuivies ont fait valoir que l'uniformisation des prix de détail à un niveau élevé faisait partie de la défense de "l'image de luxe" de leur produits », avait indiqué le Conseil, qui avait infligé des amendes proportionnelles aux chiffres d'affaire des groupes respectifs. Seuls les gros distributeurs ont été poursuivis, car leur taille leur aurait permis de s’opposer aux demandes des fournisseurs, selon le Conseil.

Le détail de l’amende

 

Marque

Amende infligée

Beauté Prestige International (Jean-Paul Gautier, Issey Miake)

476 000 €

Chanel

2 636 000 €

Christian Dior

2 200 000 €

Comptoir Nouveau de la parfumerie – Hermès Parfums

310 000 €

Elco (Clinique et Estée Lauder)

1 240 000 €

LVMH (Parfums Givenchy et Kenzo Parfums)

769 000 €

Guerlain

1 700 000 €

Kenzo

350 000 €

L’Oréal

4 100 000 €

Marionnaud

12 800 000 €

Nocibé

3 150 000 €

Sephora

8 300 000 €

Shiseido Europe

200 000 €

Clarance (ex Thierry Mugler parfums)

490 000 €

Yves Saint Laurent

1 800 000 €