Les délais d’attente se réduisent

Permis de conduire

Les délais d’attente se réduisent

Publié le : 05/03/2017 

Le délai pour repasser l’examen du permis de conduire après un premier échec a été réduit de 27 jours en moyenne entre 2014 et 2016. Malgré les efforts de la filière, les inégalités persistent, avec un délai de 40 à 80 jours suivant les départements.

 

Seulement 6 élèves sur 10 réussissent l’épreuve pratique de l’examen du permis de conduire du premier coup. Un chiffre tiré vers le haut par le bon taux de réussite de la conduite accompagnée (75 %) car, pour la filière classique, on redescend à 54 % ! Près d’un élève sur deux se voit donc obligé de prendre des leçons supplémentaires, tant pour corriger ses faiblesses que pour se maintenir à niveau en attendant qu’un nouveau créneau d’examen se libère. Car l’attente est longue : plusieurs semaines, dans le meilleur des cas.

En 2014, le gouvernement a décidé de faire passer le délai d’attente entre deux passages à 45 jours en moyenne, contre 98 jours en 2014. Pour y parvenir, il a confié au secteur privé l’organisation de l’examen du code et libéré les inspecteurs de cette tâche, ce qui les a recentrés sur l’épreuve pratique. Depuis, la moitié du chemin a été parcouru. Lors d’une visite dans un centre d’examen du code de la route du groupe La Poste, à Bobigny (Seine-Saint-Denis), le ministre de l’Intérieur Bruno Le Roux a annoncé que le délai d’attente entre deux passages de l’épreuve s’est réduit de plus de 30 jours en moyenne, passant de 98 jours en 2013 (12 jours de plus qu’en 2012) à 63 jours en décembre 2016.

La Seine-Saint-Denis, où le ministre faisait son déplacement, a connu la plus forte baisse, passant de 161 jours à 80 jours, soit un délai d’attente divisé par deux. « Ne compensant plus ce délai d’attente par des heures de cours supplémentaires, les candidats font ainsi des économies importantes », s’enorgueillit le ministère de l’Intérieur. Mais le délai d’attente dyonisien, supérieur à la moyenne nationale, prouve que les inégalités sont sévères.

Certes, il n’existe plus de département où le délai d’attente est supérieur à 100 jours (ils étaient 18 en 2014), mais il faut toujours patienter 98 jours dans les Hauts-de-Seine, contre 40 jours dans la Haute-Marne. Le reste des Franciliens se doit aussi d’être patient, avec des délais de 67 jours en Essonne, 70 dans les Yvelines, 77 en Seine-et-Marne, 78 dans le Val d’Oise, 85 à Paris et 87 dans le Val-de-Marne.

À titre de comparaison, le délai est inférieur à 50 jours dans près d’un quart des départements français : Morbihan, Mayenne, Maine-et-Loire, Vendée, Charente, Charente-Maritime, Creuse, Cantal, Lot-et-Garonne, Gers, Hautes-Pyrénées, Hautes-Alpes, Loire, Saône-et-Loire, Jura, Doubs, Meuse, Meurthe-et-Moselle, Vosges, Haute-Marne, Aube, Ardennes, Haute-Corse et Corse-du-Sud.

Il reste supérieur à 70 jours en Gironde, dans le Calvados, en Eure-et-Loir, dans l’Yonne, dans le Rhône, le Vaucluse, les Bouches-du-Rhône, l’Hérault, l’Ariège et les départements franciliens suscités.

Rappelons que ce délai n’est pas forcément contraint : il correspond au temps moyen entre le premier passage de l’examen pratique et le second. Ce délai prend donc en compte les heures de conduite nécessaires en auto-école pour corriger les erreurs repérées lors de l’épreuve de conduite.

Financement possible du permis de conduire grâce au compte personnel d’activité (CPA)

Un décret publié le vendredi 3 mars au Journal officiel autorise le financement du permis de conduire grâce au compte personnel d'activité (CPA). La mesure concernera, à partir du 15 mars, les « actifs en situation d'emploi ou en recherche d'emploi ». Ils pourront débloquer les heures de formation de leur compte personnel de formation (CPF) pour financer la préparation à l’examen du code de la route, mais aussi les heures de conduite. Pour être éligible, le permis devra « contribuer à la réalisation d'un projet professionnel ou favoriser la sécurisation du parcours professionnel », précise le décret. Une définition suffisamment large pour inclure le maximum de bénéficiaires, le permis étant reconnu comme l’un des principaux facteurs d’insertion professionnelle.