TGV et Intercités Tous les retards de plus de 30 minutes désormais indemnisés

TGV et Intercités

Tous les retards de plus de 30 minutes désormais indemnisés

Publié le : 03/12/2016 

Les conditions de dédommagement de la SNCF en cas de retard ont évolué. Désormais, tous les retards de plus de 30 minutes sont concernés, quelle que soit leur cause. Auparavant, seuls les retards imputables à la compagnie ferroviaire étaient pris en charge.

 

Feuilles mortes, sangliers sur les voies, actes de malveillance… Depuis le 1er décembre, ces aléas donnent enfin le droit à un dédommagement pour les voyageurs de la SNCF, s’ils occasionnent un retard de plus de 30 minutes.

C’est une évolution bienvenue. Jusqu’à présent, seuls étaient indemnisés les retards imputables à la compagnie ferroviaire. Désormais, tous les motifs sont concernés. Une évolution loin d’être anodine : selon les calculs de la SNCF, cette avancée pourrait servir « à 50 % de voyageurs en plus ». Les incidents météorologiques et les actes de malveillance, qui étaient auparavant exclus, représentent à eux seuls un tiers des retards.

Désormais, en TGV et en Intercités, tout retard entre 30 minutes et 1 h donne le droit à un remboursement en bons d’achat (valables 1 an) de 25 % du prix du billet. Entre 1 h et 2 h, le remboursement est toujours de 25 %, mais peut être accordé en bons d’achat ou par virement bancaire. Entre 2 h et 3 h, l’indemnité se monte à 50 %. Elle passe à 75 % au-delà de 3 h.

Pour les trains Ouigo ou iDTGV, l’indemnité est de 25 % du prix du billet à partir de 1 h de retard et de 50 % au-delà de 2 h.

En indemnisant tous les retards, la SNCF se met enfin en règle vis-à-vis de Bruxelles. Une réglementation européenne de 2009 prévoit en effet un dédommagement pour tout type de motif. Chaque pays membre avait le droit de demander des délais jusqu’en 2019, ce que la France avait fait jusqu’en 2014. La compagnie française va toutefois plus loin, en proposant une indemnisation à partir de 30 minutes, alors que le texte européen ne l’impose qu’à partir d’une heure de retard. En outre, celui-ci la plafonne à 50 % à partir de 3 h de retard, alors que la SNCF monte à 75 %.

En outre, il est désormais plus simple d’obtenir ce dédommagement. L’usager peut faire sa demande en ligne, sur le site g30.sncf.com. Le bon d’achat, reçu « en 48 h » selon la SNCF, est utilisable « sur tous les canaux » (et non plus seulement en agence physique) et en plusieurs fois.

Si vous le souhaitez, vous pouvez faire votre demande par courrier en téléchargeant préalablement le formulaire présent sur le site de la SNCF. En cas d’impossibilité d’utiliser Internet, vous pouvez récupérer ce formulaire directement en gare.