Ventilateurs et cubes rafraîchisseurs Prise en main

Ventilateurs et cubes rafraîchisseurs

Prise en main

Publié le : 31/07/2018 

Pendant la vague de chaleur qui s’étend sur la France, tout est bon pour se rafraîchir. Ventilateurs, humidificateurs, climatiseurs et « rafraîchisseurs » sont pris d’assaut. Nous avons pris en main quatre modèles populaires, aux promesses variées : un ventilateur Rowenta classique, deux ventilateurs haut de gamme Dyson, dont un ventilateur humidificateur, et un « cube » rafraîchisseur, omniprésent dans les publicités sur Internet et à la télévision.

 

Fatigue, perte d’appétit, transpiration… Difficile de supporter la vague de chaleur qui s’est abattue sur une grande partie du pays ces derniers jours, avec un pic à 38 °C dans la vallée du Rhône. Il faudra s’y préparer : selon les climatologues, les épisodes de canicule sont amenés à se multiplier et à s'intensifier. Isoler son logement et acquérir les bons réflexes pour éviter qu’il se transforme en fournaise est primordial. Mais, à court terme, le premier réflexe est de s’équiper. Tandis que les plus sensibles à la chaleur craqueront pour un climatiseur (consulter notre test de climatiseurs mobiles), d’autres préféreront se tourner vers des ventilateurs, pour des raisons de prix ou d’écologie. Nous avons pris en main plusieurs modèles avec, à l'arrivée, des appareils satisfaisants et quelques déceptions.

Ventilateurs Rowenta et Dyson
Le ventilateur basique Rowenta VU2110F0, le ventilateur Dyson AM06 COOL et le ventilateur humidificateur Dyson AM10.

Le ventilateur Rowenta VU2110F0 (39,99 €)

Un ventilateur classique, sans options superflues. Il propose deux vitesses de ventilation uniquement (17,5 W et 28 W de puissance) et son inclinaison peut être réglée. Un bouton permet de le faire tourner de gauche à droite et inversement. Son montage est fastidieux, mais son fonctionnement enfantin. Attention, comme tous les ventilateurs, il ne produit pas de froid mais se contente de brasser de l’air. Pour qu’il soit efficace, il faut donc se trouver dans son flux ; et cet effet disparaît dès l’appareil éteint. En effet, la sensation de fraîcheur vient du fait que le ventilateur évacue l’air situé à proximité immédiate du corps. 

Un ventilateur ne peut donc répondre qu’à un besoin très ponctuel et localisé : ne pensez pas rafraîchir une pièce avec. Si vous désirez l’utiliser la nuit, ce modèle est bruyant : à un mètre, le volume sonore est de 72 dB environ en vitesse moyenne, et 81 dB en vitesse maximale. 

 

Le ventilateur Dyson AM06 COOL (279,99 €)

Vendu 7 fois plus cher que notre Rowenta « classique », ce ventilateur Dyson apparaît comme la Rolls-Royce des ventilateurs… Mais souffre des mêmes limites : sortez de son flux d’air ou éteignez-le et son effet se dissipe totalement. Sa particularité est son absence de pales. Derrière l’argument de la sécurité (mais qui s’est déjà blessé avec les pales d’un ventilateur ?) se cache une innovation que Dyson a intitulé « Air Multiplier ». Il s’agit d’un anneau amplificateur dans lequel l'air est accéléré à travers une rampe aérodynamique. Dans les faits, la sensation de fraîcheur est la même que celle d’un ventilateur classique, mais cette innovation présente un avantage : sans pales, l’appareil est très silencieux. Nous avons mesuré, à un mètre, un volume d’environ 55 dB, pour une puissance maximale de 22 W. À vitesse moyenne, il tombe à 45 dB. Cet appareil peut donc plus facilement être utilisé la nuit. La télécommande fournie permet de sélectionner dix niveaux de puissance et de programmer l’extinction de l’appareil. Facile à installer, léger et aux finitions impeccables, ce ventilateur peut aussi compter sur un design réussi. En plus d’être moins bruyant, il est aussi plus économe que notre ventilateur Rowenta : à puissance moyenne, il consomme 10 watts (contre 17,5 watts pour le Rowenta), et monte à 22 watts en puissance maximale (28 watts pour son concurrent). Il est néanmoins plus imposant qu’un ventilateur classique, pour une puissance similaire.

 

Le ventilateur humidificateur Dyson AM10 (419,99 €)

Le design de ce modèle est dans la veine du AM06, à l’exception d’un réservoir d’eau situé à sa base. En plus de sa fonction ventilation (dix niveaux de puissance, comme pour le AM06), ce modèle embarque une technologie diffusant une légère brume relativement fraîche : la télécommande permet de régler le taux d’humidité souhaité dans la pièce, jusqu’à 70 %. Avec un taux d’humidité à 50 %, l’air devient plus respirable et assèche moins la peau et la gorge. Son utilisation est plus contraignante que celle d’un ventilateur classique : son réservoir doit être rempli régulièrement (l’autonomie annoncée est de 12 h maximum, mais il nous est arrivé de devoir le remplir au milieu de la nuit) et cette opération ne peut se faire qu’en retirant le réservoir, car son bouchon est situé sur le dessous. En outre, Dyson recommande un nettoyage hebdomadaire de l’appareil, pour éviter le développement de bactéries. De notre sélection, ce modèle est le seul qui permette réellement de rafraîchir une pièce. Son prix est équivalent à ceux des climatiseurs mobiles, mais l’appareil a deux atouts par rapport à ces derniers : il est silencieux (52,5 dB mesurés à un mètre en vitesse maximum) et peu énergivore (34,5 watts en vitesse maximum).

 

Le mini-rafraîchisseur « cube » (49,99 €)

Le mini-rafraîchisseur « cube »
Le cube rafraîchisseur Jiejia Cool Down.

Ce type d’appareil a envahi les écrans de télévisions, notamment les émissions de téléshopping, et les publicités sur Internet. Vendu environ une cinquantaine d’euros, il se décline sous de nombreuses marques (Arctic Cube, Arctic Air, Air Cooler, CoolAir, etc.) qui promettent monts et merveilles : « Imaginez un appareil portable très peu gourmand en énergie et capable de refroidir en un temps record n'importe quelle pièce de votre maison, magasin, entrepôt, etc. », peut-on lire dans un pseudo-test sur un site Internet créé pour l’occasion. Cet appareil « fait trembler les entreprises de climatiseurs », alpague une publicité affichée sur le site d’un grand média français. Cette stratégie de communication tous azimuts semble fonctionner : il nous a été difficile de commander un modèle, en rupture de stock sur la plupart des sites français de e-commerce. Nous avons finalement réussi à trouver sur le site Cdiscount le Jiejia Cool Down, vendu 49,99 €. À la réception, l’objet ressemble comme deux gouttes d’eau à ceux présentés dans les publicités. Il prend la forme d’un cube de 18 cm de côté, avec un bouton on/off sur la partie supérieure et deux boutons de réglage : l’un permet de choisir parmi trois vitesses de ventilation, l’autre parmi sept couleurs de LED pour éclairer le réservoir d’eau. Ce dernier est situé sur le côté droit de l’appareil. Mauvaise surprise : la boîte ne contient que le cube et un câble USB pour le brancher. L’adaptateur secteur n’est pas fourni et il n’y a ni notice, ni filtre de remplacement. C’est pourtant indiqué sur la boîte.

Défauts du cube Jiejia Cool Down
Parmi les défauts du cube Jiejia Cool Down, des fuites d’eau abondantes.

De plus, ce cube est, contrairement à ses allégations, très bruyant en fonctionnement : jusqu’à 70 dB en vitesse maximale. Lorsqu’il fonctionne, l’appareil fait passer l’air à travers un filtre imbibé de l’eau du réservoir. Cela permet, notamment si l’eau est très froide, de gagner un peu de fraîcheur par rapport à un ventilateur classique… à condition de rester très proche de l’appareil : là où le flux d’air des Rowenta et Dyson de notre sélection se ressent jusqu’à 6 mètres, celui de ce cube s’estompe dès 70 centimètres (il faut dire qu’il ne consomme que 4,5 watts en vitesse maximale). Et ne comptez pas sur nous pour vous dire de l’installer sur votre bureau ou à proximité de votre lit : à deux reprises, l’appareil s’est mis à fuir abondamment. Cette mauvaise expérience pourrait être due à notre modèle, mais les avis laissés sur Internet montrent que ce problème de conception est généralisé : sur le site de l’émission Téléshopping, un acheteur recommande même de laisser l’appareil dans une soucoupe ! Pour ce prix, un ventilateur est à privilégier.

Aissam Haddad

Rédacteur technique