Qualité de l’ADSL  Vous avez dit dégradée ?

Qualité de l’ADSL

Vous avez dit dégradée ?

Publié le : 15/10/2018 

En prenant connaissance de l’information du jour selon laquelle les concurrents d’Orange l’accuseraient de ne plus entretenir son réseau cuivre par lequel transitent les offres ADSL, je ne peux m’empêcher de faire référence à deux éléments évoqués par le passé par l’UFC-Que Choisir.

 

Le premier concernait la situation du marché consécutive à l’arrivée de la 4G avec un risque d’une transhumance forcée des consommateurs vers cette nouvelle technologie via la dégradation de la qualité de la 3G ; le second, évoqué dans une étude parue l’année dernière, soulignait les risques liés à la coexistence des réseaux ADSL et très haut débit (fibre, câble) et mettait en évidence le risque d’une nouvelle transhumance forcée du haut vers le très haut débit, particulièrement via l’instrument tarifaire d’une augmentation du prix des offres ADSL. La problématique aujourd’hui soulignée est à l’intersection des craintes exposées par l’UFC-Que Choisir.

La question de la dégradation de l’ADSL n’est pas seulement théorique si je me fie aux alertes que nous adressent régulièrement les consommateurs mais aussi celles émanant d’élus locaux. Le fait de forcer par quelque instrument que ce soit la main aux consommateurs dans leurs achats est quelque chose de particulièrement intolérable. La façon dont les concurrents d’Orange semblent appréhender le problème n’est pas pour autant louable.

Je lis en effet qu’ils demandent à Orange de baisser le prix de location de la boucle locale en raison du manque d’entretien du réseau cuivre qu’ils pointent. Cette approche n’est pas acceptable du point de vue des consommateurs car, d’une part, rien ne garantirait qu’une baisse du prix de location se répercuterait sur une baisse du prix des abonnements ADSL, et, d’autre part, ce serait accepter le principe d’une baisse de qualité de l’ADSL. Or, les consommateurs ne voulant pas aller vers des offres très haut débit sont en droit d’attendre une qualité maximale de l’ADSL. Quant aux consommateurs n’ayant même pas la capacité de se tourner vers une offre très haut débit en raison de l’absence de la fibre ou du câble à leur domicile, une bonne qualité de l’ADSL est essentielle, a fortiori dans un contexte de dématérialisation des actes administratifs, ou encore de développement de la télémédecine.

J’attends donc du régulateur des télécoms (Arcep) qu’il fasse toute la lumière sur la réalité de l’entretien du réseau en cuivre, pour, le cas échéant, contraindre Orange à engager les ressources financières nécessaires afin d’assurer à tous les consommateurs un accès à un ADSL de qualité !

Alain Bazot

Président de l'UFC - Que Choisir