Remboursements - Pour le 100 % santé sur l'optique, le dentaire et les audioprothèses

Remboursements - Pour le 100 % santé sur l'optique, le dentaire et les audioprothèses

Le « 100 % santé » (ou reste à charge zéro) vise à permettre à tous les assurés d’accéder à des soins dentaires, optiques et auditifs pris en charge à 100 %. Pour que cette avancée sociale se concrétise, l’UFC-Que Choisir veille à la qualité des prestations, ainsi qu’à la bonne information des consommateurs, et à ce que les cotisations de complémentaires santé ne soient pas indûment renchéries.

Ce qu’il faut savoir

Parmi les principales sources de renoncement à se soigner par manque de moyens, figurent en bonne place les achats de lunettes, d’aides auditives ainsi que les soins dentaires. Cette situation inacceptable tient notamment à des défaillances concurrentielles.

En optique, une multiplication incontrôlée des points de vente alliée à l’opacité du secteur pousse les prix et les marges brutes vers des sommets (1). Quant au secteur des audioprothèses, il est verrouillé au profit des professionnels et au détriment des malentendants : avec des appareils revendus 4,5 fois leur prix d’achat, plus de 1 malentendant sur 2 ne parvient pas s’équiper à cause du prix (2) !

C’est pourquoi l’UFC-Que Choisir a soutenu et travaillé à améliorer la réforme du 100 % Santé, qui se déploie progressivement depuis 2019. Il permettra à tous les Français bénéficiant d’une complémentaire santé dite « responsable » d’accéder à des équipements en audiologie, optique et dentaire sans reste à charge.

Si les tarifs doivent être contenus, nous ne saurions accepter que cela se fasse au prix d’une qualité moindre. Souhaitant s’assurer que ce n’était pas le cas, l’UFC-Que Choisir a conduit un test en laboratoire sur des audioprothèses bénéficiant de ce dispositif (3), qui montre une qualité équivalente aux modèles les plus chers.

Cependant, compte tenu du rôle prescripteur majeur des audioprothésistes, mais aussi des dentistes et des opticiens, il est essentiel que les professionnels jouent leur rôle de conseiller de manière impartiale. Un dénigrement injuste des soins et produits sans reste à charge serait de nature à mettre en péril la réussite de la réforme, et à creuser un peu plus les inégalités sociales devant la santé


L’UFC-Que Choisir, après étude de plus de 600 contrats de complémentaires, ne peut cautionner l'inflation massive subie par les usagers en 2021 (+ 4 %, après + 5 % en 2020) (4). La grande disparité des augmentations de prime est frappante, allant de
0 à 8,5 %, alors même que tous les organismes complémentaires sont concernés par la mise en place du 100 % santé.

Notes

(1) Surcoûts de l’optique : les marges exorbitantes des opticiens, https://www.quechoisir.org/action-ufc-que-choisir-surcouts-de-l-optique-les-marges-exorbitantes-des-opticiens-n11637/, 23/04/2013.
(2) Marché des aides auditives : la scandaleuse rente des audioprothésistes, https://www.quechoisir.org/action-ufc-que-choisir-marche-des-aides-auditives-la-scandaleuse-rente-des-audioprothesistes-n13413/, 28/09/2015.
(3) Prothèses auditives : le 100% santé n'est pas une offre au rabais, https://www.quechoisir.org/action-ufc-que-choisir-protheses-auditives-le-100-sante-n-est-pas-une-offre-au-rabais-n76127/, 20/02/2020.
(4) Complémentaires santé : plus de 4% d’inflation en 2021, https://www.quechoisir.org/action-ufc-que-choisir-complementaires-sante-plus-de-4-d-inflation-en-2021-n87515/, 21/01/2021.

 

 

 

Ce que nous demandons

  • Un contrôle du respect du 100 % santé par les professionnels de santé concernés (présentation systématique des offres sans reste à charge, non-dénigrement de ces produits), afin que les usagers puissent faire un choix éclairé entre les offres classiques et les offres 100 % santé.
     
  • Un suivi strict dans le temps de la qualité des lunettes, prothèses dentaires et aides auditives proposées dans le cadre du 100 % santé, pour s’assurer que les usagers qui font le choix du 100 % santé seront bien soignés.
     
  • L’augmentation du numerus clausus pour les études d’audioprothésiste ainsi que la dissociation de l’achat de l’audioprothèse et des prestations associées (suivi), pour permettre, par une plus grande concurrence, une baisse des prix et une amélioration de la qualité de service.
     
  • Un suivi par les pouvoirs publics de l’inflation des complémentaires santé en lien avec cette réforme.

 

 

CONNEXION

Erreur

Comment retrouver votre numéro d’abonné ?

Votre numéro d’abonné se trouve sur le film transparent d’expédition de votre mensuel et dans nos courriers.

Je n’ai pas de compte, je souhaite m’abonner.