Comment s’en prémunir ?

Perturbateurs endocriniens

Comment s’en prémunir ?

Même si les perturbateurs endocriniens (PE) sont omniprésents, quelques bonnes habitudes permettent de limiter notre exposition. Il faut notamment être vigilant pour les femmes enceintes et les enfants.

 

L’effet des perturbateurs endocriniens est particulièrement délétère pendant certaines « fenêtres d’exposition » : la vie fœtale (d’où l’importance pour les femmes enceintes d’être vigilantes), les premières années de vie et la puberté, qui débute parfois dès huit à neuf ans. L’enfant n’est pas à l’abri, car son système nerveux est en développement. On peut donc considérer que la période à risque s’étend de la conception à la post-puberté. Celles et ceux qui projettent d’avoir un enfant doivent aussi être prudents, car l’exposition préconceptionnelle des parents pourrait avoir des répercussions sur l’enfant. Pour les autres périodes de la vie, la littérature scientifique est moins abondante. Voici les bons réflexes pour circonscrire l’exposition aux PE.

 

Alimentation

  • N’utilisez pas de récipients en polycarbonate. Ils contiennent du bisphénol A. Ils portent parfois le sigle PC ou le chiffre 7 à l’intérieur d’un triangle (ce marquage n’est cependant pas obligatoire). Ils sont désormais interdits à la vente. Si vous en avez, ne vous en servez pas. 
  • Ne faites pas chauffer les ­aliments dans du plastique. Transférez sur une assiette les plats préparés du commerce et utilisez une casserole en Inox plutôt qu’une bouilloire en plastique pour faire bouillir de l’eau. Préférez les récipients (biberons inclus) en verre.
  • N’abusez pas des produits type fast-food car leurs emballages en carton ou papier (carton à pizza, cornet de frites, étui à sandwich) peuvent aussi être contaminés par les PE.
  • Consommez moins d’aliments transformés. En effet, la chaîne de fabrication et/ou l’emballage peuvent donner lieu à des ­contaminations. Limitez les chewing-gums avec BHA (E320) ou BHT (E321).
  • Préférez les fruits, légumes et céréales biologiques. Vous diminuez l’exposition aux pesticides potentiellement perturbateurs endocriniens. À défaut, pelez les végétaux qui peuvent l’être.
  • Consultez notre carte interactive de la qualité de l’eau. Si vous habitez une des rares communes desservies par une eau contaminée en pesticides, préférez l’eau en bouteilles.

 

Santé et beauté

  • Si vous êtes enceinte, évitez autant que possible les antalgiques (paracétamol, aspirine). Ne prenez pas d'ibuprofène : pendant le premier trimestre de grossesse, il peut avoir des effets perturbateurs endocriniens et par la suite, d'autres effets nocifs sur le fœtus. Tous les anti-inflammatoires non stéroïdiens sont d'ailleurs contre-indiqués au troisième trimestre.
  • Consultez notre dossier pour éviter les cosmétiques contenant des PE. Évitez surtout ceux qui ne se rincent pas ou ont un long temps de pose avant rinçage. Pour votre bébé, soyez sobre : bannissez le parfum, utilisez eau et savon plutôt que lingettes et produits pour le change.
  • Si votre enfant a des poux, n’utilisez pas un insecticide neurotoxique. Choisissez un produit étouffeur.
  • Préférez le dispositif intra-utérin (stérilet) à la pilule contraceptive. La pose d’un stérilet est envisageable même chez la jeune fille.
  • N’achetez pas de vêtements antibactériens. Ils contiennent souvent du triclosan, un PE.

 

Air intérieur et extérieur

  • Ne fumez pas et évitez les atmosphères enfumées.
  • Bannissez tous les produits supposés parfumer ou assainir l’atmosphère et préférez une bonne aération.
  • Passez l’aspirateur très régulièrement puis la serpillière humide pour que les enfants jouent sur un sol dépoussiéré.
  • Peignez et meublez la chambre d’un bébé à naître bien à l’avance et aérez abondamment. Si vous êtes la maman, laissez les travaux de peinture à d’autres.
  • Luttez contre les mouches avec des moyens mécaniques (bandes collantes, tapette).
  • Portez des gants si vous devez utiliser des biocides (antiparasitaires pour animaux domestiques, produits de traitement du bois). Éloignez les enfants et aérez ; faites-le dehors si c’est possible.
  • Jardinez sans pesticides, de nombreuses techniques sont efficaces (associations de plantes, rotations, paillage, etc.).

Fabienne Maleysson