Ce qu’il faut savoir avant de choisir un dentifrice

Dentifrice

Ce qu’il faut savoir avant de choisir un dentifrice

Pour gagner des parts de marché, les fabricants de dentifrice segmentent leur offre. Sensibilité dentaire, gencives saines, élimination de la plaque… les allégations fleurissent et il devient difficile de s’y retrouver. Le point sur les critères de choix importants.

 

 

 

La teneur en fluor

C’est prouvé, se brosser les dents avec un dentifrice fluoré est un excellent moyen de prévenir l’apparition de caries. Avec une teneur de 1 000 ppm (100 mg/100 g), les résultats sont déjà probants et l’efficacité augmente avec la teneur, au moins jusqu’à 2 500 ppm. Veillez donc à choisir un dentifrice suffisamment fluoré. La plupart des références sur le marché affichent entre 1 000 et 1 500 ppm, l’emballage l’exprime parfois en mg de fluor pour 100 g de dentifrice (100 à 150 mg/100 g).

Ce conseil est valable pour les adultes, pas pour les enfants. En effet, pendant la période de minéralisation de la dentition, un excès de fluor peut engendrer une fluorose dentaire, qui se traduit principalement par des taches sur les dents. Jusqu’à 6 ans au moins, préférez un dentifrice « spécial enfant » dont la teneur n’excède pas les 500 ppm (50 mg/100 g). La plupart des références bio, même celles destinées aux adultes, n’ont pas de fluor dans leur formule.

1 490 ppm de fluor pour ce dentifrice.
1 490 ppm de fluor pour ce dentifrice.

Médicaments et cosmétiques

Les dentifrices peuvent relever de plusieurs statuts. La plupart sont des cosmétiques, qu’ils soient vendus en pharmacies, parapharmacies, ou grandes surfaces. Ils n’ont pas à faire la preuve de leur efficacité avant leur mise sur le marché. Seules obligations : garantir leur innocuité et se conformer à une liste d’ingrédients autorisés ou interdits. Cela ne signifie pas qu’ils soient inefficaces dans la prévention de la carie : la plupart affichent une teneur en fluor suffisante, c’est un bon point sur ce plan. En revanche, il faut savoir que les autres allégations n’ont pas à être prouvées avant la mise sur le marché.

À l’inverse, les dentifrices qui ont le statut de médicament doivent avoir obtenu une autorisation de mise sur le marché (AMM) délivrée sur la foi d’un dossier qui comprend notamment des études cliniques prouvant leur efficacité. Ils ne peuvent être vendus qu’en pharmacie.

Allégations

« Renforce les gencives », « spécial dents sensibles », « anti-tartre »… Les allégations fleurissent sur les emballages. Mais encore une fois, les dentifrices ayant le statut de cosmétique n’ont jamais eu à les prouver avant la mise sur le marché. Ne vous y fiez pas aveuglément. En la matière, votre expérience sera la meilleure conseillère : votre dentifrice s’affiche comme luttant contre la sensibilité dentaire et vous avez toujours aussi mal en buvant votre thé brûlant ou en savourant votre glace ? Changez-en !

Ne vous laissez pas impressionner par les logos d’organismes tels que l’UFSBD (Union française pour la santé bucco-dentaire) ou la FDI (Fédération dentaire internationale). Ce sont les fabricants qui sollicitent leur caution pour des raisons purement marketing. La première ne se base que sur la teneur en fluor et une abrasivité limitée, la seconde sur le respect de la norme. Elles ne cautionnent que l’efficacité sur la prévention de la carie, pas le reste.

Pas moins de 8 allégations sur l’emballage de ce dentifrice Signal.
Pas moins de 8 allégations sur l’emballage de ce dentifrice Signal.

Traquez les composants indésirables

Comme d’autres produits d’hygiène, les dentifrices sont susceptibles de renfermer des perturbateurs endocriniens. Ces composés toxiques qui interfèrent avec notre système hormonal sont à éviter autant que possible. Les plus répandus dans les dentifrices sont le butylparaben et le propylparaben ainsi que le triclosan, doublement indésirable car il s’agit d’un antibactérien auquel les microbes pourraient devenir résistants.

Subtilité supplémentaire : pour les dentifrices médicaments, vendus en pharmacie, le propylparaben est nommé p-hydroxybenzoate de propyle sur les listes d’ingrédients. On trouve aussi du sodium propylparaben sous le nom p-hydroxybenzoate de propyle sodique.

Par ailleurs, le sodium lauryl sulfate, un composant qui peut provoquer des irritations, est assez souvent employé. Si vous constatez une sensation d’irritation après le brossage, c’est peut-être lui le coupable. Opter pour un dentifrice sans sodium lauryl sulfate permettra d’en avoir le cœur net.

Quelle quantité de dentifrice ?

Inutile de forcer sur la dose de dentifrice. Pour un enfant, la taille de l’ongle de son auriculaire suffit. Ce repère pratique peut être conservé à l’âge adulte.

Quand changer de brosse à dents ?

De nombreux fabricants conseillent, sur l’emballage de leurs tubes, de changer de brosse à dents tous les trois mois. La plupart étant aussi vendeurs de brosses, ils ont intérêt à augmenter la fréquence d’achat. En réalité, ce chiffre n’a aucun fondement scientifique. L’état de votre brosse à dents dépend énormément de la façon dont vous l’utilisez comme le prouve, notamment, une étude sur une quarantaine de jeunes gens : certains avaient réussi à rendre leur brosse hors d’usage en deux semaines tandis que pour d’autres, elle était toujours impeccable après deux mois et demi. Le bon moment pour changer, c’est quand les poils sont ébouriffés. Ce qui ne devrait pas survenir trop rapidement si on suit le conseil des spécialistes : lors du brossage, il faut exercer une pression très légère, inutile d’être trop énergique.

Enfin, pour éviter que votre brosse ne se transforme en bouillon de culture, un rinçage soigneux suivi d’une secousse énergique pour réduire autant que possible l’humidité est recommandé.

Fabienne Maleysson