Dans des dentifrices aussi

Perturbateurs endocriniens

Dans des dentifrices aussi

Publié le : 05/05/2016 

Une vingtaine de dentifrices font partie de notre liste de produits contenant des substances toxiques. Certains dentifrices n’ayant pas le statut de produit cosmétique, ils ne sont pas soumis aux mêmes obligations d’étiquetage. Explications.

 

Produits de santé utilisés plusieurs fois par jour par une population qui va des tout-petits aux personnes âgées en passant par les femmes enceintes et les adolescents, les dentifrices devraient être au-dessus de tout soupçon. Ce n’est pas toujours le cas, comme en témoigne la présence de 21 d’entre eux dans notre liste de cosmétiques contenant des ingrédients indésirables.

 

Mais il existe une subtilité supplémentaire : les dentifrices n’ont pas tous le statut de cosmétique. Une petite douzaine de dentifrices sont des médicaments. À ce titre, ils ne sont pas soumis aux mêmes obligations d’étiquetage : s’ils doivent bien faire figurer une liste d’ingrédients, elle ne suit pas la nomenclature internationale applicable aux cosmétiques. Les dénominations peuvent différer. Ainsi, Elgydium contient du p-hydroxybenzoate de propyle sodique qui n’est autre que le sodium propylparaben que nous épinglons dans notre liste d’ingrédients à risque. Le gel Fluocaril bifluoré contient, lui, du p-hydroxybenzoate de propyle, autre nom du propylparaben. La présence de ces perturbateurs endocriniens dans ces produits est d’autant moins admissible qu’elle est facilement évitable. Pour preuve, les pâtes Fluocaril bifluoré, d’une autre texture que le gel, n’en contiennent pas.

À noter que plusieurs dentifrices médicaments contiennent aussi du sodium lauryl sulfate mais sa dénomination est la même que celle des cosmétiques et cet irritant est surtout problématique pour les bébés.

Fabienne Maleysson