Alimentation

Où trouver des produits en circuit court ?

Publié le : 24/09/2015 

Au marché, dans un magasin de producteurs, un Jardin de Cocagne, une Amap ou dans une « Ruche qui dit oui », directement à la ferme ou même sur Internet, les possibilités sont nombreuses pour s'approvisionner en circuit court et manger local. Nos conseils.

 

 

Au marché

Les producteurs se signalent en général par des affiches bien visibles. Certains, pour compléter leur gamme, sont aussi revendeurs. Rien à redire si c’est clairement indiqué, ce qui n’est pas toujours le cas, comme l’ont récemment constaté les services des fraudes. N’hésitez pas à poser des questions et ne vous laissez pas abuser par des « produits locaux » trop beaux pour être vrais. Le logo « marché des producteurs de pays » offre de bonnes garanties.

 

Au magasin de producteurs

Image
Magasin Myriade du réseau Terre d’Envies à Grésy-sur-Aix (73).

Les producteurs s’y relaient pour tenir des permanences. C’est moins chronophage pour eux que le marché et le client y trouve une variété de produits locaux.

• www.magasin-de-producteurs.fr

 

Dans un Jardin de Cocagne

Jardin de Cocagne
Jardin de Cocagne de Thaon dans les Vosges.

Cette association loi 1901 fait travailler sur ses exploitations des personnes en insertion. Elle distribue des paniers bio et locaux sur abonnement.

• www.reseaucocagne.asso.fr

 

Dans une Amap (association pour le maintien d’une agriculture paysanne)

Amap
Une Amap à Surrain (14).

Cette formule dans laquelle les consommateurs s’engagent sur la durée et paient d’avance leur consommation (en général un panier par semaine) procure une sécurité appréciable au producteur. Mais le fait que le contenu du panier soit imposé et parfois pas très varié lasse certains adhérents.

• Explications ­détaillées et adresses www.reseau-amap.org.

 

À la ferme

Image
Un drive fermier à Bordeaux.

Outre le bouche-à-oreille, vous pouvez trouver des adresses sur bienvenue-a-la-ferme.com ou encore bioetlocalcestlideal.org.
Le réseau Bienvenue à la ferme propose désormais des drives fermiers où l’on peut récupérer en une fois différents achats locaux faits par Internet.

 

Dans une « Ruche qui dit oui »

Image
Une « Ruche qui dit oui » dans le 12e arrondissement de Paris.

Les adhérents à la ruche commandent ce qu’ils souhaitent parmi une liste de possibilités et récupèrent les produits lors d’une distribution ­hebdomadaire où sont présents les producteurs. Avantage : c’est peu contraignant pour le client. Mais avec deux intermédiaires (le responsable de ruche et la structure centrale, qui s’octroient 16,7 % du chiffre d’affaires du producteur) et un rayon d’action de 250 km autour des ruches, le circuit n’est ni vraiment court ni toujours local.

• laruchequiditoui.fr

 

Sur Internet

Il y a à boire et à manger : un contrôle des Fraudes en 2012 a constaté beaucoup d’irrégularités. Les producteurs sont-ils nommés ? Les produits vraiment locaux ? Quel engagement sur le délai entre récolte et livraison ? Vérifiez ces points et au besoin posez des questions aux administrateurs. Si tout n’est pas clair, passez votre chemin. Même un site parapublic comme www.mangeonslocal-en-idf.com recense des professionnels dont l’engagement en faveur de l’approvisionnement local est plus que douteux.

 

Fabienne Maleysson

Contacter l’auteur(e)