Ce qu’il faut savoir pour choisir votre balance

Pèse-personnes

Ce qu’il faut savoir pour choisir votre balance

Mécanique, électronique, avec ou sans impédancemètre, pourquoi pas connectée ? Au rayon pèse-personnes, l’offre s’est considérablement enrichie avec des modèles aux fonctions évoluées. Les fourchettes de prix sont très larges, de 10 € à plus de 150 €. Nos conseils pour bien choisir.

 

Test Que Choisir : Comparatif Pèse-personnes

Mécanique ou électronique

Les balances mécaniques sont rudimentaires et pas très efficaces : leur graduation de 1 kg ne permet pas de connaître son poids très précisément. En revanche, elles n’ont pas besoin de piles et leur affichage se réduit à un cadran à aiguille. Les utilisateurs sans problème de poids particulier pourront s’en contenter pour leur contrôle de routine.

Les balances électroniques ne sont pas forcément plus chères et offrent généralement de meilleures performances. L’affichage sur écran LCD est plus lisible, la graduation de 100 g plus précise, et la plupart des modèles que nous avons testés sont justes et fiables. Une grande partie des balances électroniques gardent le poids en mémoire pour le comparer d’une fois sur l’autre (entre 4 et 10 utilisateurs selon les modèles).

Dans les deux cas, ces balances simples sont assez bon marché, entre 10 et 50 € environ.

Les prix commencent à grimper (jusqu’à 150 € environ) lorsque s’ajoutent des fonctions évoluées, comme la mesure du taux de masse graisseuse ou bien la connexion Internet pour profiter d’une interface de suivi.

L’impédancemètre pour distinguer graisse et muscle

Une balance intégrant un impédancemètre vous intéressera peut-être si vous cherchez à perdre ou à prendre du poids, ou bien à sculpter votre corps. Grâce aux capteurs intégrés au plateau, un léger courant électrique traverse le corps de l’utilisateur. Pas de panique, il est imperceptible ! En fonction de la résistance que ce courant rencontre, l’appareil évalue le taux de graisse et aussi, selon qu’il est plus ou moins sophistiqué, la masse musculaire, le volume d’eau et la masse osseuse. Les résultats obtenus reposent également sur des données statistiques en fonction de l’âge, de la taille, du sexe et du niveau d’activité physique préalablement renseignés. Gardez en tête qu’ils sont approximatifs.

Balance connectée, statistiques dans la poche

Comme les montres connectées ou les brosses à dents avant elles, les balances sont récemment devenues « intelligentes » grâce à une connexion Bluetooth ou Wi-Fi avec votre smartphone. Pour que le système fonctionne, il est nécessaire de télécharger une application dans la boutique en ligne, App Store pour les iPhone, Google Play Store pour les smartphones Android (rares sont les applications compatibles avec les Windows Phone). Lorsque la balance et le smartphone sont connectés, les données sont automatiquement synchronisées entre les deux appareils. Principal avantage ? Cela évite de prendre des notes manuellement pour suivre l’évolution de son poids ou de son taux de graisse. Les plus technophiles pourront agrémenter le système d’un bracelet connecté de la même marque que leur balance pour mesurer leur activité physique et déterminer ainsi leurs besoins énergétiques en fonction d’un objectif de forme. Reste à voir si leur détermination vaincra la lassitude qui risque de s’installer au bout de quelques semaines. Précisons que vous pourrez vous peser même si votre smartphone n’est pas connecté à la balance ! Elle gardera alors les informations en mémoire jusqu’à la prochaine synchronisation.

Visualisation données balances
Une balance connectée permet de visualiser et de suivre ses données (poids, masse graisseuse, etc.) depuis son smartphone.

Bon à savoir : avant l’achat d’une balance connectée, deux points sont à vérifier auprès du fabricant. Tout d’abord, la compatibilité des smartphones Android n’est pas assurée, certaines balances connectées nécessitant un smartphone doté de la version Android 4.3 (ou plus récente) et du Bluetooth 4.0. Les conditions peuvent varier d’un modèle à un autre (les informations fournies sur le site Internet du fabricant et sur Google Play sont insuffisantes pour le déterminer avec précision). Ensuite, les balances permettent une utilisation par plusieurs personnes mais la polyvalence de l’appli associée varie d’une marque à une autre (par exemple, certaines ne sont pas conçues pour pouvoir gérer plusieurs comptes utilisateurs depuis un seul smartphone). Le choix de la balance dépend alors de l’utilisation prévue.

IMC, un bon indicateur

Une fois votre taille renseignée, certaines balances calculent votre IMC (indice de masse corporelle). L’Organisation mondiale de la santé l’a adopté comme standard pour évaluer les risques liés au surpoids. Bien qu’approximative, cette simple formule (poids/taille2) est bon indicateur de corpulence. L’OMS définit que :

  • IMC < 18,5 = maigreur

  • 18,5 < IMC < 25 = normal

  • 25 < IMC < 30 = surpoids

  • IMC > 30 = obésité

Balance connectée et données personnelles

Toute ludique qu’elle soit, l’utilisation d’une balance connectée soulève aussi des questions en ce qui concerne les données personnelles des utilisateurs, qui sont nécessairement stockées sur les serveurs informatiques du fabricant. Poids, masse graisseuse, masse osseuse… S’agit-il de données personnelles de santé, au sens où elles sont susceptibles de révéler l’état pathologique d’une personne ? Dans l’affirmative, le code de la santé publique les encadre, et il impose notamment à leurs hébergeurs d’être agréés par le ministère de la Santé (ce qui suppose au préalable un accord de la Commission nationale de l’informatique et des libertés [Cnil]). Les fabricants préfèrent les considérer comme des données de « bien-être », dont le traitement est moins contraignant (il s’agit de « simples » données personnelles). Pas de réponse claire, aujourd’hui, à cette question.

Test Que Choisir : Comparatif Pèse-personnes

Camille Gruhier

cgruhier