Dépannage à domicile L’arnaque au prospectus, toujours et encore

Dépannage à domicile

L’arnaque au prospectus, toujours et encore

Publié le : 29/04/2019 

Les escrocs n’ont pas de limite. En témoigne ce nouveau carton de numéros d’urgence avec le logo de la mairie de Paris qui inonde les boîtes aux lettres. Et qui n’a en réalité rien à voir avec la mairie de Paris. Vous recevez certainement le même type de mémo aux couleurs de votre ville : méfiance.

 

Aucun doute quand on reçoit une telle missive dans sa boîte aux lettres, on a la certitude que la mairie de Paris a ouvert un numéro pour répondre à diverses urgences que décline d’ailleurs la carte sous l’intitulé « Propreté de Paris ». On y croit d’autant plus que ce service existe, et que les problèmes listés sont d’actualité. Dératisation, punaises de lit… les escrocs ont tapé dans le mille, ces sujets-là font régulièrement les gros titres de la presse. 

Pourtant, le numéro à appeler n’a strictement rien à voir avec les services de la ville de Paris, c’est celui d’une entreprise qu’il est même impossible d’identifier. Elle n’a pas de RCS, ce numéro d’identification obligatoire, unique et officiel. C’est lui qui permet de connaître l’identité, les gérants et le capital d’une société.

L’arnaque est d’autant mieux ficelée que la carte fournit aussi de vrais numéros qui correspondent à des services municipaux. Tout est fait pour que les ménages appellent en confiance.

Une nouvelle fois, Que Choisir recommande de jeter tous les prospectus et petits cartons déposés dans les boîtes aux lettres. Même quand ils ont une allure tout ce qu’il y a de plus officiel, ils ont pour seul but de vous facturer une intervention à prix d’or le jour où vous aurez le malheur d’appeler.

visuel-verso-prospectus-arnaque-depannage-domicile
Le carton actuellement distribué dans les boîtes aux lettres parisiennes avec, à droite, les vrais numéros des services municipaux.

Démarchage en vue

Pour l’instant, l’entreprise qui se cache derrière le numéro à appeler se contente d’engranger le plus de contacts possible, avec noms et téléphones. Mais il n’y a pas de quoi être rassuré, elle va les revendre à un maximum d’acquéreurs. Gare au démarchage téléphonique ! 

Élisabeth Chesnais

Contacter l’auteur(e)