Dépannage à domicile

Publicités piégées !

Publié le : 10/09/2015 

Les entreprises de dépannage à domicile à la réputation sulfureuse inondent de prospectus les boîtes aux lettres des particuliers. Des publicités dont le coût est répercuté dans les lourdes factures qu’elles présentent au consommateur une fois l’intervention terminée.

 

Les entreprises de dépannage à domicile (serrurerie, plomberie, électricité…) ne manquent pas d’imagination pour se faire connaître auprès des particuliers vivant dans les grandes villes.

Dans leurs boîtes aux lettres ou halls d’immeuble, ces derniers avaient l’habitude d’y trouver leurs petits cartons publicitaires, leurs calendriers ou encore leurs répertoires de numéros utiles (pompiers, mairie…) avec, glissé au milieu, le leur. Voilà maintenant le magnet à coller sur le frigo (voir photo). Il avait fait une première apparition il y a quelques années, à Paris. Il revient aujourd’hui en force !

Ce gadget publicitaire comporte un petit espace-mémo sur lequel le consommateur peut écrire ses messages avec un stylo effaçable fourni. En bonne place sur ce support, figurent bien sûr les coordonnées téléphoniques de l’entreprise de dépannage de même que ses « spécialités ». En cas d’urgence (fuite d’eau, problème électrique…), nul doute que les consommateurs auront le réflexe de composer ce numéro. Le piège se referme alors sur eux…

Car les prestations fournies sont souvent facturées de manière exorbitante (voir encadré) et essayer d’obtenir un remboursement partiel de la somme versée s’avère en pratique bien compliqué.

Face à ces collections de factures injustifiées, nous reviennent alors en mémoire les propos tenus voici quelques années par le gérant d’une société de dépannage à domicile : « C’est normal que nos prix soient élevés. Nous sommes disponibles 24 heures sur 24 et puis, surtout, nous avons un gros budget publicitaire qu’il faut bien financer ». Vu comme ça…

 

Des factures de plus de 3 000 € !

Le flot de plaintes de consommateurs floués par les dépanneurs à domicile adressées à Que Choisir ne se tarit jamais. Deux exemples.

 

Dominique B., Saint-Leu (95), août 2015

« Suite à une odeur de brûlé électrique, j’ai fermé le compteur et après divers appels infructueux, je me suis résolu à appeler un dépanneur à domicile, les Établissements Meunier. À son arrivée, son diagnostic tombe : "Arc électrique dans le compteur". Vu l’urgence, j’ai signé le devis et payé dans la foulée, en carte bancaire. Une heure plus tard, le jeune homme qui intervenait me tend à nouveau le terminal pour que je paie le reliquat. À peine était-il parti, j’ai dû lui courir après pour qu’il revienne, les lumières du premier étage ne fonctionnant pas. Au total, la facture s’est élevée à 3 121 €. Difficile à digérer. »

 

Nicole M., Alfortville (94), juillet 2015

« En rentrant chez moi un soir, je constate que mes fenêtres sont bloquées. Impossible donc d’aérer l’appartement après la canicule de la journée. Le lendemain, je contacte Allo Vitrier qui diligente une autre entreprise, HM.Com Service. À leur arrivée, j’ai signé simultanément un devis et une facture de 3 318 €. Le dépanneur avait bien débloqué la fenêtre mais le remplacement des éléments mentionnés sur la facture n’avait pas été effectué. J’ai dû rappeler à plusieurs reprises l’entreprise. Cinq jours plus tard, ses dépanneurs m’ont joué une belle comédie. Ils m’ont certifié avoir changé les pièces facturées et m’ont présentées celles qu’ils avaient remplacées. Problème, elles ne correspondent absolument pas (longueur) à celle de ma fenêtre. Ils ont dû les récupérer sur d’autres chantiers pour continuer de me tromper. »

Arnaud de Blauwe

Contacter l’auteur(e)