Nouvelle Opel Corsa

Prise en main

Publié le : 13/02/2015 

En plus de corriger les défauts majeurs de l’ancienne version, notamment en termes de confort, la nouvelle Corsa propose aussi un très bon niveau d’équipement technologique. Mais, du côté des motorisations, rien ne change ou presque sur la citadine d’Opel et seule une version à 3 cylindres fait son apparition.

 

 

ouverture

La cinquième génération d’Opel Corsa s’apparente plus à un restylage en profondeur car la ligne reste très proche de l’ancienne version. Par contre, les dessous ont été revus et corrigés avec de nouvelle suspensions, un intérieur amélioré et l’apparition de nouvelles motorisations comme le tout nouveau moteur essence à 3 cylindres de 115 ch.

 

Qualité de vie à bord

 

photo 1
L'intérieur, complètement revisité, est très agréable à vivre.

La finition intérieure progresse nettement avec l’utilisation de matériaux rembourrés sur la partie supérieure de la planche disponibles sur tous les niveaux de finition. Le bandeau horizontal, qui participe lui aussi à l’impression générale de qualité, annonce bien l’ambiance par son revêtement brillant. De même, nous avons apprécié la sobriété de la console centrale et, surtout, les commandes au volant bien rangées et ergonomiques. Elles tombent facilement sous la main et le conducteur en prendra vite possession pour une utilisation optimale.

La nouvelle Corsa se veut aussi une voiture connectée, mais le résultat est un peu moins convaincant. Son dispositif IntelliLink (en option sur la finition Édition et de série sur la Cosmo) permet de relier un smartphone à la voiture et d’en visualiser le contenu sur un écran couleur de 7 pouces. S’il a l’avantage d’accepter différents systèmes d’exploitation (Android ou iOS), on regrette qu’il ne s’avère pas aussi abouti que la récente fonction Mirror Link que l’on rencontre par exemple sur la nouvelle Volkswagen Polo ni même que le système RLink de la nouvelle Renault Twingo. En effet, il ne permet pas l’utilisation d’une application GPS personnelle qui serait chargée dans son smartphone. Il faut impérativement utiliser celle proposée par le constructeur, BringGo, dont l’efficacité est perfectible. Sur le même principe, deux applications sont préinstallées, TuneIn et Stitcher, pour recevoir les radios et les podcasts du monde entier. Grâce à l’écran tactile, la gestion de toutes les fonctions est simple et intuitive. La prise en main et la maîtrise des fonctions de la Corsa se fera donc aisément.

 

photos 2 et 3
Les commandes au volant sont bien placées et ergonomiques, tout comme l'écran tactile de 7 pouces.

Autre point positif : le confort général. Grâce aux multiples réglages du volant et du siège, le conducteur trouvera facilement une position de conduite confortable même si les sièges avant, qui assurent un maintien correct, s’avèrent un peu fermes à la longue. À l’arrière les places sont plutôt généreuses. Pas tant en largeur mais surtout en garde au toit et en place disponible pour les jambes. Attention toutefois aux petites mesquineries du constructeur : le troisième appui-tête n’est proposé qu’en option… à 60 € !

Avec 285 litres (jusqu’à 1 120 l pour la version 5 portes) de volume de chargement, le coffre est dans la moyenne haute du segment. En comparaison, une Clio 4 offre 285 litres et une Peugeot 208, légèrement plus petite, 260 litres. Son plancher amovible est astucieux et assure un double rôle : il permet en effet de dissimuler des objets de la vue de tous et offre un plancher plat lorsque la banquette arrière est rabattue.

 

photo 4
Pour 40 €, le plancher amovible FlexFloor permet de moduler le coffre.

 

Au volant

Pour cette nouvelle Corsa, les ingénieurs ont donc revu leur copie de fond en comble : nouvelle direction, nouvelles suspensions, abaissement du centre de gravité pour une meilleure tenue de route… Autant de points qui permettent désormais à la voiture d’offrir un véritable confort de conduite. Sur route, elle se montre agréable et offre un bon comportement. En toutes circonstances, la voiture est sereine et très stable. Nous avons toutefois relevé un défaut sur les petits dénivelés car les suspensions s’avèrent un peu trop sèches et engendrent des secousses désagréables. De même, sur une route pavée, les roues semblent taper sur la chaussée, au grand dam des occupants. Dans toutes les autres situations, sur route comme sur autoroute, le niveau de confort a sensiblement progressé et les occupants ne sont pas malmenés.

 

photo 5
Les suspensions de la nouvelle Corsa ont été améliorées pour plus de confort.

La Corsa inaugure également une nouvelle direction. Là aussi, le gain est appréciable dans quasiment toutes les situations. Un bémol lorsqu’on évolue à basse ou moyenne vitesse car la direction ne s’avère pas très informative. Trop assistée, elle génère un léger « flou » qui demande un petit temps d’adaptation. À noter que la Corsa propose un mode City qui accroît encore l’assistance lorsqu’on l’enclenche. Toute manœuvre devient alors un jeu d’enfant. Heureusement, lorsque la vitesse augmente, elle devient plus ferme et offre alors une bonne précision de conduite.

Sous le capot, la principale nouveauté consiste en un innovant moteur 3 cylindres de 115 ch à injection directe. Ce dernier remplit bien son rôle et se montre assez sobre même si son appétit est assez éloigné des 5 litres annoncés avec une moyenne de 6,7 l/100 km constatée sur un trajet mixte de plus de 200 km. Silencieux et volontaire, ce bloc ne pose aucun souci pour s’insérer dans le trafic ou dépasser un autre véhicule. Ce moteur est associé à une nouvelle boîte de vitesses à 6 rapports dont la commande est précise et douce.

 

photo 6
Le nouveau moteur 3 cylindres de 115 ch à injection directe.

 

Sécurité

La nouvelle Corsa affiche un très bon niveau d’équipement de sécurité, très rare dans ce segment. Ainsi, on retrouve sur tous les modèles des systèmes comme l’aide au démarrage en côté, l’allumage automatique des feux de détresse en cas de freinage d’urgence ou de déclenchement des airbags/prétensionneurs de ceinture, 6 airbags… À noter, pour 650 €, la possibilité d’opter pour le Pack Opel Eye qui, grâce à une caméra, offre la reconnaissance des panneaux de signalisation, l’avertisseur de franchissement de ligne, l’alerte anticollision (un flash lumineux rouge est projeté sur le pare-brise en cas de distance trop faible avec le véhicule qui précède) et même, pour la finition Cosmo uniquement, la gestion automatique des feux de route si l’option des feux xénon est sélectionnée (600 €).

 

fermeture

 

 

L’Opel Corsa en résumé

Avec cette cinquième génération, l’Opel Corsa gagne nettement en qualité de fabrication, même si de légers défauts d’ajustement persistent, et gagne en confort de conduite. Et, même si elle reste moins confortable qu’une Renault Clio ou qu’une Peugeot 208, elle prend bien soin de ses occupants. Dommage que le nouveau moteur à 3 cylindres ne soit disponible que sur la finition haut de gamme Cosmo. Ainsi, les prix débutent à 17 990 € en version à 3 portes et à partir de 18 590 € pour la 5 portes. Cette dernière reste toutefois plus abordable qu’une Clio TCe 120 ch EDC (boîte de vitesses à double embrayage) affichée à 20 250 € ou qu’une Peugeot 208 1.6 VTi 120 ch à 18 625 €.

 

Les +

Qualité des matériaux

Confort

Habitabilité

Moteur 3 cylindres agréable et performant

 

Les -

Suspensions sèches sur les petits défauts

Bruit de fermeture du coffre

Ajustements perfectibles

Volume de coffre juste

 

Les anciennes Opel Corsa testées par Que Choisir

Opel Corsa 1.2 Twinport 80 ch

Opel Corsa 1.3 CDTI 95 ch ecoFLEX Stop&Start

Le test de la nouvelle Corsa, version diesel