Apple Watch Series 2 (vidéo) Premières impressions

Apple Watch Series 2 (vidéo)

Premières impressions

Publié le : 11/10/2016 

Apple a récemment dépoussiéré son offre de montres connectées. À la première Apple Watch, lancée en 2015, succèdent deux nouveaux modèles. L’Apple Watch Series 1 est identique à la précédente, seul son processeur évolue. L’Apple Watch Series 2 embarque elle aussi un nouveau processeur, mais aussi un écran lumineux, et surtout, elle est étanche et intègre un GPS. Il était temps ! Ces caractéristiques incontournables manquaient cruellement pour séduire les sportifs, premier public concerné par les montres connectées. Apple n’innove pas réellement, mais ses montres restent des produits très réussis dans leur catégorie. Tour d’horizon des principales nouveautés et présentation de 5 utilisations au quotidien avec la Watch Series 2.

 

Test de la nouvelle Apple Watch

Depuis la réalisation de cette vidéo, nous avons testé en laboratoire l’Apple Watch Series 2.

 

La première Apple Watch, lancée au printemps 2015, a vécu. Désormais, Apple propose deux nouveaux modèles, l’Apple Watch Series 1 et l’Apple Watch Series 2, dont les prix démarrent respectivement à 319 et 419 €. L’an dernier, le modèle le moins cher coûtait 399 €. Trop, sans doute, pour séduire le public pourtant d’habitude acquis à Apple.

Ne cherchez pas d’évolutions esthétiques, il n’y en a aucune. Les Series 1 et Series 2 reprennent le design rectangulaire de la première mouture, proposé en deux formats (38 mm et 42 mm). À droite, une molette et un bouton permettent de piloter l’appareil, à gauche haut-parleurs et microphone laissent passer le son et, en dessous, un capteur surveille votre fréquence cardiaque. Les bracelets interchangeables sont compatibles d’une montre à l’autre. La Series 2 se distingue par un écran Retina OLED promis comme deux fois plus lumineux (la différence ne saute pas aux yeux). Surtout, ce modèle est étanche jusqu’à 50 mètres (la Series 1 n’est que résistante aux éclaboussures).

À l’intérieur, Apple a remplacé le processeur S1 de la Series 1 par un modèle bicœur plus performant, le S1P. C’est l’unique différence avec l’Apple Watch de 2015. Quant à la Series 2, elle embarque un autre processeur encore plus rapide, le S2. Mais surtout, ce modèle intègre le GPS qui manquait cruellement au modèle de 2015. Apple annonce une autonomie maximum de 18 heures pour les deux montres. Nos tests en laboratoire permettront de le vérifier.

 

Watch OS 3 : la nouvelle interface

Installation et prise en main de la montre sont simplissimes, notre vidéo de la première Apple Watch toujours d’actualité, le démontre. Depuis, Apple a toutefois fait évoluer le logiciel interne de ses montres. Une simple mise à jour permet d’installer Watch OS 3 sur la montre de 2015 ; il est installé par défaut sur les deux modèles 2016. Cette nouvelle interface offre quelques changements. Outre les petits lissages ergonomiques (un clic de moins pour répondre à un message, fonds d’écran plus personnalisables, etc.), Watch OS 3 propose un « dock » qui permet d’accéder d’un geste aux applications les plus utilisées. Il est accessible depuis le bouton latéral, lequel permettait auparavant d’afficher en un clic une liste de contacts choisis. Quatre nouvelles applications étoffent par ailleurs le système. En plus de compter les pas, de mesurer la fréquence cardiaque et d’inciter l’utilisateur à se lever de temps en temps, l’Apple Watch invite désormais à la relaxation avec l’application Respirer. Elle suggère de se concentrer 1 minute sur sa respiration et insuffle la cadence des inspirations et expirations en vibrant au poignet (si elle vous énerve plus qu’elle ne vous relaxe, il est possible de désactiver la fonction…). La prise de pouls a maintenant une appli dédiée (elle s’affichait simplement dans un menu). L’appli Localiser mes amis, pour partager sa position avec ses proches, est désormais accessible depuis la montre. Enfin, Apple a décliné l’application domotique Maison apparue sur iOS10 (dont nous donnons un aperçu dans la vidéo de l’iPhone 7), qui permet de piloter à distance ses accessoires connectés

 

Vraiment utile, l’Apple Watch ?

L’Apple Watch apparaît comme un gadget inutile à la majorité des utilisateurs, et ils ont raison : seul(e) un(e) incorrigible technophile a envie de recevoir toutes ses notifications instantanément via un accessoire greffé au poignet (qui accessoirement donne l’heure, quand même). Ceci dit, si vous êtes souvent en déplacement, que votre smartphone est encombrant (5 pouces), si vous êtes accro aux SMS ou aux réseaux sociaux, possible que vous y trouviez un intérêt. Comme le montre notre vidéo, l’Apple Watch Series 2 devient très pratique pour les sportifs : le GPS enregistre le parcours des coureurs (plus besoin d’apporter leur iPhone) et mesure leur vitesse. La montre, étanche, compte également les longueurs de piscine. 

 

Choisir son Apple Watch

Entre les modèles, les tailles, les matériaux et les bracelets, l’Apple Watch offre des dizaines de déclinaisons. Une Series 1 de 38 mm avec un boîtier en aluminium et un bracelet sport coûte 319 €, et à l’autre bout de l’échelle de prix, une Series 2 de 42 mm avec un boîtier en céramique (baptisée Apple Watch « Edition ») coûte 1 499 €. Faut-il dépenser autant pour la montre d’Apple ? Non, c’est ridicule ! Mais découvrir l’univers d’une montre connectée avec un modèle plus raisonnable, pourquoi pas. L’Apple Watch est parmi les plus réussies du marché, si ce n’est la plus réussie. Une montre connectée doit être pratique, mais aussi de taille raisonnable et jolie. Rares sur le marché sont celles qui réunissent aujourd’hui tous ces critères.

Quitte à investir, autant choisir l’Apple Watch Series 2, qui ne coûte, dans une déclinaison raisonnable, que 100 € de plus que le modèle dépourvu de GPS. Si le sport ne fait pas partie de vos priorités et que seules les notifications de votre smartphone vous intéressent, la Series 1 peut toutefois faire l’affaire.

Test de la nouvelle Apple Watch

Depuis la réalisation de cette vidéo, nous avons testé en laboratoire l’Apple Watch Series 2.